Nous suivre Industrie Techno

Peut-on vraiment se passer des terres rares ?

Ludovic Fery
Peut-on vraiment se passer des terres rares ?

Les membranes de filtration ou les piles à combustible emploient aussi des terres rares.

© DR

L’essor des énergies vertes risque d’accroitre la dépendance aux terres rares, ces métaux dont la production est pour l'instant le monopole de la Chine. Mais d’autres technologies cruciales misent également dessus.

L'institut allemand d'écologie appliquée Öko, a publié début 2011 une étude approfondie sur les terres rares et leur recyclage. Elle passe en revue, application par application, l’usage dans l’industrie de cette famille de 17 métaux qui se révèlent indispensables dans de nombreux secteurs.

Le rapport recense également les stratégies qui se développent pour limiter leur utilisation, augmenter le recyclage ou tout simplement les substituer. On y apprend que le remplacement est rarement possible sans une baisse de performances, et que certaines technologies stratégiques pour l'avenir en dépendent fortement :
 

 

  • réfrigération magnétique : alternative aux gaz comprimés et aux fluides frigorigènes, cette technique emploie des terres rares, principalement des aimants néodyme-fer-bore ou du gadolinium ;
  • potabilisation et dépollution de l’eau : la société américaine Molycorp a conçu des dispositifs à base de terres rares pour rendre l’eau potable, ou filtrer l’arsenic et d’autres contaminants ;
  • piles à combustible : l’yttrium et un alliage de terres rares appelé mischmétal sont les meilleurs matériaux pour fabriquer à bas coût des piles à combustible efficaces.

 


Ludovic Fery 

Consultez ci-dessous le rapport de l'Institut Öko :

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Aéronautique : Dassault aviation et le CNRS lancent un laboratoire commun pour la mise au point de matériaux nanostructurés

Aéronautique : Dassault aviation et le CNRS lancent un laboratoire commun pour la mise au point de matériaux nanostructurés

Le CNRS et Dassault aviation ont lancé le 5 juillet un laboratoire commun. Son objectif : mettre au point de nouveaux matériaux[…]

Semi-conducteurs : le LAAS et Riber créent un laboratoire commun pour repousser les limites de l’épitaxie par jet moléculaire

Semi-conducteurs : le LAAS et Riber créent un laboratoire commun pour repousser les limites de l’épitaxie par jet moléculaire

Repsol, Axens et IFPEN améliorent la recyclabilité des déchets plastiques traités par pyrolyse

Repsol, Axens et IFPEN améliorent la recyclabilité des déchets plastiques traités par pyrolyse

Le chimiste allemand Covestro produit un précurseur du polyuréthane à partir de CO2 plutôt que de pétrole

Le chimiste allemand Covestro produit un précurseur du polyuréthane à partir de CO2 plutôt que de pétrole

Plus d'articles