Nous suivre Industrie Techno

Mondial de l'Automobile 2014

Peugeot 208 Hybrid-air : PSA dévoilera son proto "2L" au Mondial

Thibaut De Jaegher

Mis à jour le 20/10/2014 à 21h38

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Peugeot 208 Hybrid-air : PSA dévoilera son proto

La technologie hybride air de PSA propulsera une Peugeot 208 pendant le Mondial de l'Automobile.

© PSA Peugeot-Citroën

C'était l'une des plus belles technologies de l'année 2013 : le système hybride à base d'huile sous pression signé PSA (primé par L'Usine Nouvelle et IT lors du prix des Ingénieurs de l'année). Le constructeur vient d'annoncer qu'il allait présenter un démonstrateur lors du prochain Mondial de l'Automobile de Paris, qui se tiendra du 4 au 19 octobre prochain à Paris. Le système sera embarqué sur une Peugeot 208.

La technologie Hybrid-air signée PSA a-t-elle un avenir ? Sans doute. En tout cas le projet n'est pas enterré. Peugeot a en effet décidé de présenter lors du Mondial de l’Automobile de Paris, qui se tiendra du 4 au 19 octobre, une 208 embarquant cette technologie. Ce démonstrateur, baptisé 208 HYbrid Air 2L, est une des pistes explorées pour répondre au projet gouvernemental d’une voiture ne consommant que 2 litres aux 100 km.

Faurecia, Michelin, Plastic Omnium et Valeo ont accompagné PSA pour développer ce démonstrateur basé sur un modèle de série. Selon Peugeot, "pour abaisser sa consommation, les ingénieurs ont utilisé des technologies jusqu’alors réservées à la compétition ou au domaine du luxe". Des matériaux alternatifs ont aussi été employés pour alléger le véhicule. Composites et aluminium ont permis d'abaisser de 100 kg le poids total de l'automobile.

>> Comment ça marche, la techno Hybrid-air ? >>

Sous le capot, en lieu et place du bon vieux moteur de série, se niche une chaîne de traction hybride essence-hydraulique-azote sous pression. Cette technologie permet (comme les autres technos hybrides de Toyota et Honda) de récupérer l’énergie de freinage et de décélération grâce à une pompe hydraulique calée sur la transmission en la stockant dans un accumulateur hydraulique (huile/azote sous pression). Cette énergie est ensuite restituée grâce à un moteur hydraulique pour assister le moteur à essence, voire le remplacer sur de très courtes distances.

Trois modes de conduite sont disponibles : un mode 100 % "air", un mode 100 % essence et un mode combiné.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Véhicule autonome : des déploiements qui s'adaptent aux terrains

Dossiers

Véhicule autonome : des déploiements qui s'adaptent aux terrains

Un tiens vaut mieux que deux tu l’auras. Pour la quasi-totalité des acteurs, l’heure n’est plus aux promesses de Gascons[…]

23/10/2020 | TransportGoogle
Véhicule autonome : « La barre a été mise trop haut, mais cela a réveillé tout l'écosystème », souligne Fawzi Nashashibi (Inria)

Dossiers

Véhicule autonome : « La barre a été mise trop haut, mais cela a réveillé tout l'écosystème », souligne Fawzi Nashashibi (Inria)

Véhicule autonome : De l'échec au nouveau départ

Dossiers

Véhicule autonome : De l'échec au nouveau départ

Batteries Lithium-ion : une vague de gigafactories déferle sur l'Europe

Batteries Lithium-ion : une vague de gigafactories déferle sur l'Europe

Plus d'articles