Nous suivre Industrie Techno

[Pépite à suivre] Exagan remplace le silicium par du nitrure de galium

Baptiste Cessieux
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

[Pépite à suivre] Exagan remplace le silicium par du nitrure de galium

Exagan Switch de puissance G-FET™ family en Nitrune de Galium

© Exagan

De l'électronique imprimée aux lasers high tech, en passant par l'ultraminiaturisation des puces, la conception de composants en nitrure de gallium ou encore la fabrication d'Oleds sur-mesure et la sécurité des circuits intégrés, la rédaction d'Industrie & Technologies a repéré dix pépites françaises de l'électronique. Parmi elles, Exagan qui développe des composants électroniques en nitrure de gallium (GaN) plus économes en énergie.

Les composants électroniques de puissance sont des accumulateurs utilisés comme interrupteurs dans les convertisseurs électriques. Cette place de choix, au cœur de l’alimentation de tous nos produits électroniques, en fait des produits indispensables dont l’efficacité énergétique doit être la meilleure possible. C’est justement sur ce point que les composants de puissance de l’entreprise grenobloise Exagan sortent du lot. En fabriquant leur produit en nitrure de galium à la place du silicium habituellement prisé, l’entreprise réduit les pertes électriques par deux ! « Cette technologie répond à des enjeux d’efficacité énergétique », expliquait justement le fondateur de l’entreprise, Frédéric Dupont, à nos confrères de l’Usine Digitale en juin 2015. « Le nitrure de gallium permet d’augmenter de 3 à 10 fois la fréquence de commutation de l’interrupteur. »

Pourquoi elle ?
Parce qu’Exagan espère devenir la source européenne de référence des composants électronique en nitrure de gallium (GaN). Le projet est en bonne voie : en deux ans, l’entreprise a levé près de 6 millions d’euros et emploie aujourd’hui 6 salariés.

Date de naissance : 2014

Lieu de naissance : Grenoble

Fondateurs : Frédéric Dupont et Fabrice Letertre
Ainsi accéléré, l’interrupteur peut servir plus souvent et l’on réduit du même coup l’encombrement d’objets électroniques sur un même circuit. « Pour des appareils de grande puissance, le gain d’énergie est énorme » ajoute le scientifique. Exagan n’est d’ailleurs pas la seule entreprise à s’intéresser à ce marché qui représentera 600 millions de dollars en 2020, selon le cabinet Yole Développement. Alors ? En quoi cette start-up issue du CEA-Litec et de Soitec se démarque-t-elle ? « Notre avantage par rapport aux grands des semi-conducteurs comme Infineon ou NXP, c’est notre couche tampon G-Stack. » En effet, nitrure de gallium et silicium n’ont pas les mêmes coefficients de dilatation thermique et cette différence peut entrainer des ruptures dans le circuit. La solution apportée par Exagan tiens dans cette fameuse couche tampon, à la composition secrète, qui absorbe les contraintes de dilatation pour empêcher le composant de casser.

Baptiste Cessieux

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

"Il faut se lancer dans l'innovation parcimonieuse", lance Alain Cappy, ancien directeur de l'IEMN et de l'Ircica

Interview

"Il faut se lancer dans l'innovation parcimonieuse", lance Alain Cappy, ancien directeur de l'IEMN et de l'Ircica

Alors que la loi de Moore ne permet plus de gagner en performances à énergie constante, l'explosion de l'industrie du[…]

Grâce au neuromorphique, la rétine artificielle de Prophesee réinvente la vision

Grâce au neuromorphique, la rétine artificielle de Prophesee réinvente la vision

Le neuromorphique place les mémoires plus près du coeur

Analyse

Le neuromorphique place les mémoires plus près du coeur

Au bout de la logique neuromorphique

Au bout de la logique neuromorphique

Plus d'articles