Nous suivre Industrie Techno

Paris-Saclay : pourquoi le projet Digitec doit (déjà) changer de nom

Aurélie Barbaux
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Paris-Saclay : pourquoi le projet Digitec doit (déjà) changer de nom

Intérieur du bâtiment Nano-Innov de Paris-Saclay accueillant l'IRT SystemX

© Aurélie Barbaux

Pour boucler son tour de table, le projet Digitec, qui vise à doubler l’immobilier du site Nano-Innov de Paris-Saclay pour accueillir 1 500 chercheurs publics et industriels du numérique d’ici 2020, doit vite trouver un nom plus explicite.

Digitec est le nom du futur pôle du numérique à Paris-Saclay. Enfin, le nom d’un projet alliant CEA-List, Inria, l’université Paris-Saclay, le pôle Systematic, l’IRT SystemX, l’Institut Mines-Télécom et très fortement soutenu par Valérie Pécresse, présidente de la Région Île de France, également responsable de l’aménagement du site Paris-Saclay. Un projet immobilier, qui vise à doubler la surface du site de Nano-Innov, pour atteindre les 60 000 m2 et accueillir 1 500 personnes, contre 700 aujourd’hui.

Des plateaux d’innovations industrielles

Digitec est surtout un projet d’innovation, qui vise à « répondre à une demande d’industriels pour projeter leurs équipes dans des écosystèmes de recherche numérique », explique Philippe Watteau, directeur CEA-List et initiateur du projet. À commencer par Renault, qui a déjà trouvé à loger sur le site Nano-Innov plusieurs dizaines de personnes de son équipe de R&D sur le véhicule connecté. Un deuxième industriel, qui veut encore rester discret, devrait le rejoindre dès juin. Une préfiguration de ce que devrait être Digitec. « Le projet porte en lui l’objectif d’accueillir des équipes industrielles. On veut avoir des plateaux projet, notamment sur la problématique de l’IA. Rien que le CEA-List, a déjà 200 experts du sujet », explique Philippe Watteau.

Un design center

Digitec devrait aussi héberger le design centre de l’université Paris-Saclay, dont une préfiguration sera inaugurée à l’automne, dans les bâtiments actuels de Nano-Innov, pour faire travailler les entreprises sur les usages et design de service numérique en mode open innovation. Un projet développé notamment par Alain Cadix, ancien directeur de l’ENSCI-Les Ateliers (école publique de design) et ex-responsable de la mission design et Gilles Rougon, directeur du Design d’EDF, dont le campus innovation est situé à proximité sur le Plateau de Paris-Saclay. Il impliquera notamment les étudiants de l’école de design Strate.

FranceIA @ Paris-Saclay

Le concours d’architecte pour le nouveau bâtiment sera lancé en mai ou juin et le projet choisi fin 2017, pour une ouverture en 2020. « Il devra être un marqueur architectural fort », précise Philippe Watteau. Il est vrai que les actuels bâtiments de Nano-Innov, isolés en marge du site de Paris-Saclay, ne se distinguent que peu aujourd’hui. Mais pour exister, Digitec, qui doit succéder à Nano-Innov, doit aussi se trouver un nom plus explicite. Philippe Watteau le sait. Une agence de « naming » a même déjà été sollicitée. Le bref tient en trois points : le nom devrait indiquer que cela se passe à Paris Saclay, qu’il a une dimension numérique et doit permettre une visibilité internationale. Le futur centre de R&D concentrant la fine fleur de la France IA, qui n’a pas encore bouclé son tour de table, mérite bien ça.

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

A Lyon, la navette autonome de Navya circule sur route ouverte

A Lyon, la navette autonome de Navya circule sur route ouverte

Depuis le début du mois de mars, une navette autonome effectue un parcours de 2,4 km entre la gare ZI Meyzieu et la zone d'activité[…]

Les étudiants ingénieurs de l'UPS Toulouse développent un robot d'inspection de surfaces pour Airbus

Les étudiants ingénieurs de l'UPS Toulouse développent un robot d'inspection de surfaces pour Airbus

L'IRT Saint-Exupéry ouvre une antenne à Montréal pour booster ses projets en intelligence artificielle

L'IRT Saint-Exupéry ouvre une antenne à Montréal pour booster ses projets en intelligence artificielle

Avec Pando, l'Isae-Supaero muscle sa puissance de calcul

Avec Pando, l'Isae-Supaero muscle sa puissance de calcul

Plus d'articles