Nous suivre Industrie Techno

Parachèvement robotisé pour PMI

Jean-François Preveraud

Sujets relatifs :

, ,
Parachèvement robotisé pour PMI

Une cellule qui fonctionne avec la pièces ou les outils portés

© DR

Les PMI de la forge et de la fonderie vont avoir accès à une plate-forme de démonstration de parachèvement robotisé de leurs types de pièces. Une collaboration entre plusieurs Instituts Carnot et quelques industriels pour augmenter la productivité et réduire les TMS.

Afin d’améliorer la productivité des cellules de parachèvement dans les domaines de la forge et la fonderie tout en réduisant les troubles musculo-squelettiques (TMS) des personnels d’atelier, la robotisation apporte une réponse intéressante.

« La baisse des coûts des robots et leur plus grande facilité de programmation et d’utilisation a sensiblement changé la donne et beaucoup de dirigeants d’entreprises s’interrogent aujourd’hui sur l’opportunité d’une automatisation du parachèvement », explique Patrick Hairy, responsable de l’activité R&D Produit/Process fonderie au CTIF.

D’où l’idée de créer une cellule de parachèvement robotisée de démonstration dédiée aux petites séries afin de permettre aux industriels de tester différentes solutions et de conforter ainsi leur choix avant investissement. C’est ce que viennent de faire le Centre technique des industries mécaniques (Cetim), le Centre technique des industries de la fonderie (CTIF), l’intégrateur Actemium et un groupe d’industriels forgerons et fondeurs.

Cette cellule couvre un segment de marché jusque-là non-traité car si des systèmes automatisés existent déjà depuis plusieurs années pour les productions en grandes séries comme l’automobile, il n’existait rien jusqu’à présent pour les PMI qui ont à faire face à des petites, voire de très petites séries.

Conçue autour d’un robot, elle peut être utilisée pour des opérations de parachèvement (sciage, ébarbage, meulage) sur des alliages ferreux (fonte, acier) ou non ferreux (aluminium, alliages cuivreux et également composites). Utilisable dans deux configurations, «pièce portée» ou «outils portés», elle accepte des pièces d’une masse jusqu’à 500 kg et d’un volume important (1 m x 1 m x 0,5 m). Suivant la pièce, le robot, doté d’un palpeur mécanique, peut recaler si besoin ses trajectoires sur l’ensemble de la pièce (balançage global) ou sur des zones particulières, afin de tenir compte des variations dimensionnelles d’une pièce à l’autre.

Outre le parachèvement, la plate-forme permet de réaliser des opérations de pré-usinage (surfaçage local, pré-perçage, etc.), ce qui accroît davantage la valeur ajoutée des opérations.

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : Cliquez ici pour voir la vidéo de démonstration

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

"L’aéronautique est le premier de cordée dans la fabrication additive", pointe le directeur France d'EOS

Interview

"L’aéronautique est le premier de cordée dans la fabrication additive", pointe le directeur France d'EOS

L'impression 3D gagne du terrain dans l'industrie. Mais son intégration est inégale entre les différents secteurs.[…]

Drone anti-incendie, cybersécurité, nanosatellites… les meilleures innovations de la semaine

Drone anti-incendie, cybersécurité, nanosatellites… les meilleures innovations de la semaine

Avion hybride, nanosatellites, impression 3D... les innovations qui (re)donnent le sourire

Avion hybride, nanosatellites, impression 3D... les innovations qui (re)donnent le sourire

Aubert & Duval parie sur le couplage de la forge et de la fabrication additive pour gagner en compétitivité

Aubert & Duval parie sur le couplage de la forge et de la fabrication additive pour gagner en compétitivité

Plus d'articles