Nous suivre Industrie Techno

abonné

Panneaux solaires : l'intelligence artificielle contre la surchauffe

Panneaux solaires : l'intelligence artificielle contre la surchauffe

Sunibrain a conçu un procédé de refroidissement automatisé des panneaux solaires qui s’appuie sur l’IA pour optimiser l’apport et le stockage d’énergie.

Pour augmenter le rendement des panneaux photovoltaïques, le refroidissement est un élément important, dont l’efficacité peut être renforcée grâce à l’intelligence artificielle.

Quel est le comble pour une cellule photovoltaïque ? Attraper un coup de soleil… Pour produire un maximum d’électricité, ces dispositifs sont placés de façon à capter le plus de rayons UV possible. Or ils sont composés d’un semiconducteur – en général en silicium – qui subit des stress mécaniques dus à la dilatation des panneaux. La surchauffe le détériore et accélère son vieillissement. « 80 % des pathologies des panneaux solaires sont dues à la chaleur », souligne Nicolas Cristi, le directeur de Sunibrain. Cette start-up a mis au point un procédé de nettoyage et de refroidissement des panneaux de grandes centrales photovoltaïques. Elle s’est s’inspirée des semiconducteurs, toujours équipés d’un système de refroidissement, comme un ventilateur ou de l’eau. Elle propose une solution d’arrosage automatique en circuit fermé, qui utilise de l’eau de pluie. Celle-ci est stockée dans des citernes, utilisée pour asperger les panneaux, puis stockée à nouveau. « Arroser le panneau permet d’augmenter la production électrique jusqu’à 35 %. On limite ainsi l’importance des cycles thermiques des cellules. La température peut monter à plus de 100 °C la journée, et redescendre à 20 °C la nuit. On peut espérer que, au-delà de vingt ans, les panneaux équipés de notre système produisent 15 à 20 % de plus que les autres. » Mais, malgré ses performances, ce dispositif arrose uniquement à des heures prédéfinies.

Sunibrain a donc entrepris d’optimiser l’utilisation de l’eau de pluie grâce à l’intelligence artificielle (IA), avec un objectif de 20 % de rendement supplémentaire. Pour cela, il a fait appel aux chercheurs de l’équipe Systèmes multi-agents coopératifs de l’Institut de recherche en informatique de Toulouse (Irit). Ils[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°1010-1011

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2018 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Vu sur le web] Produire de l’hydrogène vert sans électrolyseur : une avancée prometteuse dans la photo-électrolyse de l’eau

[Vu sur le web] Produire de l’hydrogène vert sans électrolyseur : une avancée prometteuse dans la photo-électrolyse de l’eau

D’après une publication relayée par IEEE Spectrum, le journal de l’association professionnelle « Institut des[…]

La stratégie électrique de Renault en trois points technos clefs

La stratégie électrique de Renault en trois points technos clefs

« Nous avons amélioré d’un facteur 100 le code de dynamique moléculaire dédié à l’optimisation des batteries », se réjouit Mathieu Salanne, vainqueur du Prix Spécial Joseph Fourier

« Nous avons amélioré d’un facteur 100 le code de dynamique moléculaire dédié à l’optimisation des batteries », se réjouit Mathieu Salanne, vainqueur du Prix Spécial Joseph Fourier

« Nous allons construire la gigafactory de batteries la plus efficace au monde », lance Christophe Mille, de Verkor

« Nous allons construire la gigafactory de batteries la plus efficace au monde », lance Christophe Mille, de Verkor

Plus d'articles