Nous suivre Industrie Techno

Paléo-technologie Science des innovations disparues

CHARLES FOUCAULT

Sujets relatifs :

,
Quand avez-vous envoyé un fax pour la dernière fois ? Généralisée dans les années 70, cette technologie est devenue obsolète vingt ans plus tard. C'est désormais un technosaure. En racontant l'histoire du fax et de ses comparses oubliés, Nicola Nosengo veut montrer que « la réalité technologique n'est pas un processus linéaire et efficient ». Il rappelle à notre bon souvenir ces objets qui encombrent nos greniers.

Technophiles, voici votre prochain livre de chevets. Nicola Nosengo démonte l'histoire, trop séquentielle dans nos esprits, des technologies passées : l'iPod a tué le CD qui avait lui-même assassiné le vinyle, pour le plus grand plaisir (ou pas) des mélomanes. La cassette vidéo VHS a noyé le format Betamax avant d'être supplantée par le DVD chez les cinéphiles... Sans prétention et avec humour, l'auteur démontre qu'une technologie ne devient pas dominante uniquement parce qu'elle est meilleure qu'une autre mais que de nombreux facteurs entrent en jeux. Pour illustrer sa thèse, il décortique bien plus la vie des technologies vaincues, qu'il appelle technosaures, que celles des vainqueurs. La méthode est élémentaire mais efficace : trois idées, trois parties.

Finalement, le message essentiel de Nicola Nosengo est relégué au deuxième plan. Il disparaît presque, dissout par le plaisir pris à (re)découvrir des objets oubliés et à plonger dans les souvenirs dans lesquels nous entraînent les multiples anecdotes à leurs sujets. Comment ne pas sourire à la lecture des mots de Charles Emory Smith, directeur des Postes américaines, lorsqu'à la fin du XIXe siècle il écrit : « Il ne serait pas surprenant d'assister au développement de la poste pneumatique dont le réseau pourrait desservir chaque maison ». Pourtant, le directeur n'était pas timbré. À partir de 1850, les plus grandes villes du monde ont parié sur un réseau de tubes pneumatiques pour l'envoi de documents. Devant les coûts de déploiement et d'entretien, les capitales ont fini par abandonner ce système qui a survécu à Paris jusqu'en 1984 !

Avez-vous vu le film Photo obsession avec Robin Williams ? Il y incarne un employé de laboratoire photo qui conserve un double de toutes les photos que font développer la famille Yorkin et les affiche chez lui. C'était en 2002. La claque ! Les enfants de 8 ans aujourd'hui ne savent pas ce qu'est une pellicule photographique. Dans ses tentatives d'explications, l'auteur se livre à la psychologie : la pellicule a été beaucoup moins défendue que le vinyle car elle n'était pas un support final, capable de « susciter un attachement sentimental. » Mais le CD a tout de même exterminé le vinyle parce que « les adolescents qui avaient acheté les disques de Pink Floyd étaient devenus des adultes en pleine carrière, prêts à dépenser beaucoup d'argent pour acquérir des copies remastérisées et les faire écouter à leurs enfants. »

Bien plus que la quatrième et dernière partie, très théorique, voire universitaire, sur les analogies envisageables entre les évolutions biologiques et technologiques, c'est l'odyssée des espèces technologiques qui est passionnante en elle-même. De Thomas Edison à Bill Gates, de Denis Papin à George Martin, de Léonard de Vinci à Stanley Kubrick, les protagonistes ne manquent pas, nul besoin d'aller déranger Darwin pour cela.

LE LIVREL'EXTINCTION DES TECHNOSAURES

Histoire de technologies oubliées Éditions Belin 263 pages ; 19,50 euros

ET AUSSITHE CELLPHONE The history and technology of the gadget that changed the world

Les anglophones qui voudront aller plus loin dans l'évolutions des technologies commanderont ce livre de Guy Klemens. Après plus de 15 ans passés à travailler sur les communications sans fil, le docteur en ingénierie électrique reprend l'histoire du téléphone portable des années 40 à nos jours. Très technique sur les aspects fondamentaux de cette technologie, l'auteur n'oublie pas d'en évoquer tous les impacts au cours des âges.

NICOLA NOSENGO CHARGÉ DE COMMUNICATION POUR L'AGENCE SPATIALE ITALIENNE

Né à Gênes en 1973, Nicola Nosengo a étudié la communication à l'université de Sienne puis le journalisme scientifique à la Sissa, à Trieste. Après avoir longtemps collaboré avec L'Espresso, La Stampa, Le Scienze et Nature pour lesquels il écrivait des articles sur la technologie, la médecine et les neurosciences, il a rejoint l'Agence spatiale italienne. Après une première version de L'extinction des technosaures, sortie en Italie en 2003, le passionné de technologies l'a remis à jour en 2008, ce qui lui a permis d'être traduit en français en 2010.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0925

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2010 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

La créativité à la chaîne

La créativité à la chaîne

Pleins phares sur la créativité industrialisée. Pour systématiser la mise sur le marché de biens innovants, les industriels devraient s'inspirer de[…]

Obsolescence : faut-il souhaiter longue vie aux produits ?

Obsolescence : faut-il souhaiter longue vie aux produits ?

Errare tecnologicum est

Errare tecnologicum est

Faut-il manipuler le climat ?

Faut-il manipuler le climat ?

Plus d'articles