Nous suivre Industrie Techno

Ondes électromagnétiques : la dangerosité en question

Muriel de Véricourt

Sujets relatifs :

Alors que deux rapports sur l’exposition aux antennes relais de téléphonie mobile et sur la concertation viennent d'être remis à Philippe Martin, ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie, et à Fleur Pellerin, ministre déléguée auprès du ministre du Redressement productif, chargée des Petites et Moyennes Entreprises, de l’Innovation et de l’Economie numérique, retrouvez notre article publié en 2009, qui faisait le tour de la question de l'inocuité de ces ondes inévitables, mais qui suscitent la suspiscion.

Maux de tête, fatigue, étourdissements, nausées, troubles de la vision, sensibilité cutanée, stress... Non, il ne s'agit pas des symptômes d'une maladie exotique. Ce sont les manifestations du syndrome d'intolérance aux ondes électromagnétiques émises par les antennes relais du téléphone mobile, les bornes Wi-Fi ou encore les lignes électriques à haute tension. Dans le langage médical, les personnes qui en souffrent sont électrohypersensibles. Elles représenteraient 2 % de la population en France et jusqu'à 10 % en Europe. La grande majorité de la population semble épargnée par ce handicap des temps modernes, dont la réalité divise la communauté médicale. Consultez la suite de cet article sur l'impact sanitaire des ondes électromagnétiques dans nos archives.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Innover contre le virus] Le supercalcul à l’assaut du Covid-19

[Innover contre le virus] Le supercalcul à l’assaut du Covid-19

Pendant l'été, Industrie & Technologies revient sur plusieurs mois de mobilisation des industriels et des chercheurs pour faire[…]

Hydrogène vert, souveraineté du cloud et Lab Robotique, le best of de la semaine

Hydrogène vert, souveraineté du cloud et Lab Robotique, le best of de la semaine

« Que Bpifrance choisisse AWS quand le président de la République réclame la souveraineté numérique, ce n'est pas acceptable ! », assène Frans Imbert Vier (Ubcom)

« Que Bpifrance choisisse AWS quand le président de la République réclame la souveraineté numérique, ce n'est pas acceptable ! », assène Frans Imbert Vier (Ubcom)

Michel Morvan, président de Cosmo Tech : l'amoureux de la complexité

Interview

Michel Morvan, président de Cosmo Tech : l'amoureux de la complexité

Plus d'articles