Nous suivre Industrie Techno

Objets connectés : Samsung ouvre un centre de recherche à Paris, et mise sur Sigfox

Objets connectés : Samsung ouvre un centre de recherche à Paris, et mise sur Sigfox

© dr

Le géant sud-coréen Samsung a annoncé lundi 15 juin l'implantation d'une petite équipe d'innovation sur les objets connectés à Paris, et une collaboration avec la start-up française Sigfox, qui propose de miser sur un réseau bas-débit pour transmettre les informations émises par les objets connectés. Samsung utilisera le réseau de Sigfox et a investi dans le capital de la jeune pousse.

Samsung croit au potentiel de Sigfox. La stratégie du géant sud-coréen passe désormais, entre autres, par la start-up toulousaine pour conquérir le marché en plein développement des objets connectés. Non seulement le groupe mise sur le réseau bas-débit de Sigfox pour transmettre ces informations de faible volume, mais Samsung prend également part au capital de l’entreprise française, pour un montant non communiqué. Une double annonce présentée lundi 15 juin lors d'un événement organisé à Paris par le chaebol, qui annonçait aussi l'implantation à Paris d'une petite équipe (cinq personnes pour l'instant) pilotée par le français Luc Julia, qui travaillera sur la connectivité, les objets connectés et le Cloud.

Le réseau de Sigfox, déjà déployé sur plus d’un million de kilomètres carrés dans le monde et qui présente de bonnes performances énergétiques lors de l’échange de données, devrait permettre à Samsung de poursuivre la démocratisation des objets connectés. L’industriel a profité de cette annonce pour mettre à nouveau en avant sa gamme de modules Artik, annoncée en mai dernier lors de l’Internet of Things World de San Francisco. Ces trois modules (des SOC, systèmes sur une puce comprenant processeur, mémoire, solution de connectivité et capteurs), coûtent entre 10 et 100 euros et sont dévolus à trois types d’objets différents. L’Artik 1, le plus petit, vise les objets portables, comme les montres connectées ou les vêtements intelligents, et offre même la possibilité de piloter un écran. L’Artik 5, avec ses deux cœurs de 1 GHz, ses 512 Mo de RAM et ses 4 Go de flash, est, lui, plutôt dédié à la domotique familiale et industrielle. Enfin, l’Artik 10, possède des caractéristiques proches d’un smartphone et peut gérer l’encodage vidéo.

Pour soutenir ces modules, Samsung a également préparé un Cloud dédié : le Smart things open cloud. Soutenue par des outils de développement numérique mis à disposition des utilisateurs, l’entreprise espère amener des start-up et des universitaires à utiliser ses produits. Cette démarche profite d’ores et déjà à ses partenaires français comme Sigfox, qui avait déjà annoncé une levée de fonds de 100 millions d’euros en février 2015. Emmanuel Macron, présent lors de l’annonce, a salué les récents investissements réalisés en France par des entreprises  du numériques tel qu’Intel, Facebook, Nokia-Alcatel et maintenant Samsung. Le ministre a d’ailleurs déclamé au président de Samsung électronique : « France is back ! »

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Photovoltaïque européen, superalliages, smart-city… les meilleures innovations de la semaine

Photovoltaïque européen, superalliages, smart-city… les meilleures innovations de la semaine

Quelles sont les innovations qui vous ont le plus marqués au cours des sept derniers jours ? Cette semaine, vous avez apprécié[…]

Elle partage sa foi dans le code

Focus

Elle partage sa foi dans le code

Ce drone évite un ballon sans ralentir

Analyse

Ce drone évite un ballon sans ralentir

Masméca éprouve le navire vert

Dossiers

Masméca éprouve le navire vert

Plus d'articles