Nous suivre Industrie Techno

Objets connectés : Cap’Tronic remet ses trophées 2015

Objets connectés : Cap’Tronic remet ses trophées 2015

Développé par Physidia, cet appareil communicant permet de réaliser des dialyses à domicile. La machine ne pèse que 22 kg, contre 120 pour les appareils traditionnels.

© DR

Thermostat intelligent, robot neuro-inspiré, pédale connectée, consigne 2.0, appareil d’hémodialyse communicant… Lundi 21 septembre, le programme Cap’Tronic a récompensé six PME innovantes intégrant des solutions électroniques et des logiciels embarqués dans leur produit.

« 2900 PME ont été épaulées en 2014 par Cap’Tronic » s’est félicité Yves Bourbon, le président du programme lors de la 9e édition des Trophées Cap’Tronic,  qui s’est tenue lundi 21 septembre à la Cité internationale universitaire de Paris. Porté par l’association Jessica France, le programme Cap'Tronic vise à renforcer la compétitivité des PME grâce à l’intégration de solutions électroniques et logicielles dans leurs produits. Cette année, la manifestation s’est déroulée sous le signe des objets connectés et intelligents et a récompensé les innovations de quatre entreprises. Un prix spécial du jury et un prix du public ont également été attribués.

Catégorie "Industrie & Services" : le robot Diya One de Partnering Robotics

 Basée à Cergy-Pontoise, la start-up Partnering Robotics a mis au point le robot Diya One. Doté d’algorithmes d’intelligence artificielle inspirés du système nerveux du rat, l’engin est capable de se déplacer en toute autonomie, d’éviter les obstacles et de cartographier un espace intérieur pour détecter les zones les plus polluées. Ses capteurs et son système de filtre lui permettent ensuite de purifier l’air intérieur. La jeune pousse, dirigée par Ramesh Caussy, a noué un partenariat avec Cofely, filiale du groupe Engie, pour développer son offre B2B. Partnering Robotics entend également proposer une offre à destination des particuliers d’ici 12 à 18 mois. « L’idée serait d’imaginer une plate-forme plus petite, plus appropriée à la taille des foyers. Diya One est une plate-forme ouverte, on peut changer le design et ajouter de nouvelles fonctionnalités, comme des services d’efficacité énergétique, de surveillance ou d’interactions avec les humains », détaille Ramesh Caussy.

Catégorie "Produit à usage du grand public" : le thermostat intelligent de Qivivo

« Permettre aux consommateurs de reprendre le contrôle sur leur facteur énergétique ». Voilà le leitmotiv de la start-up nantaise Qivivo, à l’origine d'un thermostat intelligent. Grâce à des capteurs de présence, l’objet connecté détecte les habitudes des résidents et adapte son programme en fonction. Le dispositif permettrait de générer 31 % d’économies, selon Adrien Suire, le CEO de la jeune pousse. Le thermostat connecté de Qivivo peut également constituer un outil-clé dans les démarches de rénovations énergétiques. Enfin, il permettrait de gérer de manière collective les pics de chauffage. Plusieurs milliers de logements seraient d’ores et déjà équipés et la jeune entreprise vise les 100 000 logements d’ici la fin 2017. Sa récente levée de fonds auprès de Go Capital et de Saint-Gobain devrait lui permettre de soutenir cette accélération.

Catégorie "Jeune entreprise" : la consigne 2.0 de Terradona

Basée à Gardanne et fondée en 2013, l’entreprise Terradona a développé un container intelligent, équipé d’un capteur qui identifie, compte et estime le volume des déchets recyclés. Relié par Bluetooth à l’application mobile Cliiink, le dispositif permet aux utilisateurs de gagner des points lors du tri sélectif et de les convertir en promotions. Développé en partenariat avec le CEA-Leti de Grenoble, le dispositif intègre une technologie low tech qui permet de caractériser les matériaux grâce à des capteurs peu coûteux. Des expérimentations sont actuellement menées auprès de deux collectivités des Bouches-du-Rhône. Des tests seront ainsi menés pendant six mois sur 100 containers à verres.

Catégorie "Santé et bien-être" : l’appareil d’hémodialyse à domicile de Physidia

L’entreprise Physidia a développé une machine d’hémodialyse à domicile communicante, baptisée S3. Pour Michel Houdou, son président, ce produit est un concentré d’innovations : « On y retrouve une innovation d’usage, une innovation technologique avec un brevet déposé dans 40 pays, une innovation sociale en permettant une amélioration de la qualité de vie des patients et une innovation économique » a-t-il affirmé lors de son pitch. Conçue à partir de l’usage des patients, la machine ne pèse que 22 kg, contre 120 kg pour les machines traditionnelles. A l’intérieur, on y retrouve un logiciel de traitement numérique, une batterie de capteurs (température, pression, niveau d’air), de la micromécanique, de la plasturgie et de l’hydraulique. Une tablette dotée d’une application dédiée permet au patient de suivre la progression de sa dialyse et d’envoyer, s’il le désire, ses données à un centre de dialyse. Une soixantaine de personnes utiliseraient actuellement cette machine d’hémodialyse à domicile.

Enfin, Devialet a remporté le Prix du Jury pour son enceinte connectée PhanTom alors que Connected Cycle a séduit le public grâce à sa pédale connectée permettant de recevoir une notification en cas de vol, de localiser son vélo et de suivre son activité physique depuis une application mobile dédiée. 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Cobot Airbus, nano transistor, edge computing… les innovations qui (re)donnent le sourire

Cobot Airbus, nano transistor, edge computing… les innovations qui (re)donnent le sourire

Difficile de trouver la motivation en ce début de semaine ? Voici une petite sélection d’innovations qui pourraient vous aider[…]

Comment Samsung repousse les limites de la miniaturisation des transistors

Comment Samsung repousse les limites de la miniaturisation des transistors

Vocabulaire professionnel

Avis d'expert

Vocabulaire professionnel

Les cartes open source séduisent l'industrie

Dossiers

Les cartes open source séduisent l'industrie

Plus d'articles