Nous suivre Industrie Techno

Nucléaire : l'IRSN délivre un avis positif sur la cuve de l'EPR de Flamanville

Nucléaire : l'IRSN délivre un avis positif sur la cuve de l'EPR de Flamanville

La cuve de l'EPR de Flamanville est déjà placée en dessous d'une lourde chape de béton.

C'est peut-être la fin du cauchemar pour EDF et le chantier de Flamanville. Selon l'agence Reuters, l'IRSN déclare apte au service la cuve de Flamanville, malgré les défauts de concentration en carbone du matériau de la cuve. La décision de l'ASN concernant cette cuve devrait intervenir dans quelques jours.

Lire notre autre article : l'IRSN met en doute la fiabilité du couvercle de la cuve

Les défauts révélés fin 2014 sur la composition en carbone de la cuve de l’EPR de Flamanville pourraient n’être pas importants au point d'entrainer son remplacement. Un groupe d’experts se réunit aujourd’hui et demain au siège de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), près de Paris, pour donner un avis sur l’état de la cuve. Ils s’appuient sur un rapport délivré par l’IRSN (Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire), émanation technique de l’ASN (Autorité de sûreté nucléaire).

« L’anomalie ne remet pas en cause l’aptitude au service du fond de la cuve, sous réserve que les contrôles du fond de la cuve prévus par EDF soient adaptés de manière à pouvoir détecter l’ensemble des défauts », est-il écrit dans le rapport de l’IRSN dont l’Agence Reuters a obtenu une copie. Cet avis intervient après une campagne fouillée de tests sur la fiabilité de la cuve malgré ses défauts. S’appuyant sur les avis conjoints de l’IRSN et des experts indépendants, L’ASN statuera définitivement sur la mise en service ou non de la cuve début juillet, puis décidera ensuite après l’été si Flamanville peut démarrer en 2018. Pour EDF, un avis positif de l’ASN sur la cuve de l’EPR est crucial. Un avis négatif signifierait pour l’électricien qu’il devrait retirer la cuve du réacteur sachant que son dôme est déjà posé depuis 2013 et recouvert par plusieurs milliers de tonnes de béton. La chantier accuse déjà un retard de plusieurs années et un dépassement de plusieurs milliards d’euros de coûts de construction.

L’IRSN recommande toutefois de renforcer la surveillance de la cuve tout au long de son utilisation. Selon l’institut, l’aptitude de service de la cuve est « sous réserve que les contrôles prévus par EDF soient adaptés de manière à pouvoir détecter l’ensemble des défauts ». Aussi l’IRSN recommande-t-il que les premiers contrôles soient réalisés de manière anticipée par rapport à la première visite normalement prévue au bout de dix ans.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Ifpen se cale sur le calcul intensif pour développer des méthodes de conception réduisant les coûts de l’éolien flottant

Ifpen se cale sur le calcul intensif pour développer des méthodes de conception réduisant les coûts de l’éolien flottant

Grâce à 6 millions d’heures de calcul pour effectuer des simulations sur le supercalculateur Jean Zay, IFP Energies nouvelles[…]

Quand la simulation, l’intelligence artificielle et les capteurs favorisent l’économie circulaire

Quand la simulation, l’intelligence artificielle et les capteurs favorisent l’économie circulaire

« Nous préparons les électrodes des futures générations de batteries lithium », lance Pascal Boulanger (Nawatechnologies)

« Nous préparons les électrodes des futures générations de batteries lithium », lance Pascal Boulanger (Nawatechnologies)

« Pour l’industrie des batteries, la crise du Covid-19 est presque positive », souligne Christophe Pillot (Avicenne Energy)

« Pour l’industrie des batteries, la crise du Covid-19 est presque positive », souligne Christophe Pillot (Avicenne Energy)

Plus d'articles