Nous suivre Industrie Techno

NSA : Pourquoi Snowden a choisi le système d'exploitation sécurisé Tails

Julien Bergounhoux
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

NSA : Pourquoi Snowden a choisi le système d'exploitation sécurisé Tails

© Arneheijenga - Flickr - C.C.

Edward Snowden ne jure que par un seul système d'exploitation (OS) : Tails. Alors que la sécurité des données et la garantie de l'anonymat sur Internet préoccupent de plus en plus particuliers et entreprises, le système Tails, conçu pour être ultra-sécurisé et intraçable, se veut le dernier rempart contre ces atteintes à la vie privée.

Le système d'exploitation Tails (The Amnesic Incognito Live System), est une distribution Linux basée sur Debian et axée sur la sécurité des informations personnelles et de l'anonymat. Le projet avait débuté sous le nom d'Amnesia, et se voulait une évolution d'Incognito, un autre système sécurisé basé sur Gentoo. Ils ont rapidement fusionné pour devenir Tails. Cet OS fait partie du mouvement du logiciel libre, et est disponible sous une licence GNU/GPL.

Tails est conçu pour être installé sur un live DVD ou en live USB, c'est-à-dire qu'il démarre directement depuis un DVD ou une clé USB (ou même une carte SD), sans avoir besoin d'être d'installé sur un disque dur, et sans laisser de traces sur le système d'accueil après un redémarrage. Il a été créé dans l'optique d'intégrer tout ce dont un utilisateur peut avoir besoin pour travailler en gardant son anonymat, et intègre autant de services que possible : outils de cryptage (LUKS, GnuPG, TrueCrypt, Florence), navigateur internet (un Firefox modifié), messagerie instantanée (Pidgin avec OTR), client mail (Claws Mail), suite bureautique (OpenOffice), éditeurs d'image et de son (Gimp, Inkscape, PiTIvi, Audacity), etc.

POWERED BY TOR

Parmi les mesures que Tails implémente, la plus importante est certainement le fait que toutes les données entrantes et sortantes doivent passer par Tor. Tor (The Onion Router), est un réseau décentralisé reposant sur un principe de nœuds organisés sous forme de couches, comme la peau d'un oignon. Ce réseau héberge un certain nombre de services cachés (qui possèdent une adresse se terminant en .onion), qu'il est très difficile de traquer car leur identité est cachée à ceux qui y accèdent. Originellement développé par l'US Naval Research Laboratory, c'est désormais un projet autonome, sous license BSD. Une grande partie du financement de Tails provient du projet Tor.

Tails, tout comme Tor, a ses limites, mais sa politique d'ouverture sur ses limitations et les efforts fournis pour réaliser un système complet le plus sûr possible sont inégalés à l'heure actuelle. Des efforts d'autant plus appréciables qu'il devient de plus en plus difficile d'assurer la sécurité de ses informations vis-à-vis des grands groupes du web (Google, Facebook, etc.) et des agences gouvernementales de par le monde.

C'est pour cette raison qu'Edward Snowden, l'homme à l'origine des révélations sur les projets et pratiques de la NSA, n'utilise que lui depuis le début de l'affaire, notamment pour communiquer avec ses collaborateurs au sein de la presse.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Hydrogène vert, souveraineté du cloud et Lab Robotique, le best of de la semaine

Hydrogène vert, souveraineté du cloud et Lab Robotique, le best of de la semaine

Cette semaine, vous avez été nombreux à vous intéresser à la technologie d’électrolyse alcaline que[…]

« Que Bpifrance choisisse AWS quand le président de la République réclame la souveraineté numérique, ce n'est pas acceptable ! », assène Frans Imbert Vier (Ubcom)

« Que Bpifrance choisisse AWS quand le président de la République réclame la souveraineté numérique, ce n'est pas acceptable ! », assène Frans Imbert Vier (Ubcom)

Michel Morvan, président de Cosmo Tech : l'amoureux de la complexité

Interview

Michel Morvan, président de Cosmo Tech : l'amoureux de la complexité

StopCovid : La France prépare une appli plus performante en cas de deuxième vague

StopCovid : La France prépare une appli plus performante en cas de deuxième vague

Plus d'articles