Nous suivre Industrie Techno

NP Pharm choisit le traitement biologique des effluents

Nadège Aumond

Sujets relatifs :

,
Ce fabricant de microgranules pour l'industrie pharmaceutique a équipé son site de production d'une station de méthanisation.

Payer des taxes élevées ou investir dans une station de traitement des effluents. Tel est le dilemme auquel fut confronté NP Pharm, spécialiste de la fabrication de microgranules (diamètre compris entre 200 µm et 1 mm) pour l'industrie pharmaceutique. « Le choix ne fut pas trop difficile tant les taxes étaient dissuasives : 80 000 euros par an contre 160 000 euros d'investissement. Sans tenir compte d'éventuelles subventions, l'amortissement court sur deux ans », note Patrick Sanial, directeur de NP Pharm. À l'automne dernier, l'entreprise a inauguré sa station biologique de dépollution de ses effluents sur son site de production de Bazainville (Yvelines).

« Notre choix a également été influencé par le fait que ce pouvait être un argument commercial intéressant vis-à-vis des grands groupes pharmaceutiques clients engagés dans une politique de développement durable », poursuit le directeur.

Une première donc pour NP Pharm tout comme pour Naskeo, la jeune entreprise chargée du projet. Celle-ci développe des solutions qui font appel à une technologie mise au point et brevetée par le laboratoire de biotechnologie de l'environnement de l'Inria à Narbonne (Aude). L'efficacité du procédé, baptisé Proveo (pour procédé de valorisation des effluents organiques), est telle qu'elle permet de réduire la taille (jusqu'à deux fois par rapport aux stations anaérobies conventionnelles) et les coûts du réacteur, rendant ainsi Naskeo très compétitif.

Une maintenance très réduite

Les effluents à traiter proviennent des eaux de nettoyage des équipements de production. Si ces rejets sont peu volumineux, de l'ordre de 3 à 4 m3 par jour, ils sont très chargés en sucre et en amidon de maïs, matières premières des microgranules. Chargés à 300 000 mg/l DCO (demande chimique en oxygène) de matière organique, les effluents sont d'abord dirigés vers un décanteur, de sorte que l'amidon précipite et que la charge polluante tombe à 60 000 mg/l DCO. Ils sont ensuite acheminés jusqu'à la station qui divise alors la charge polluante par dix avant de les rejeter dans le tout-à-l'égout.

Cette station de méthanisation (cuve de 30 m3) génère seulement quelques mètres cubes de boues par an. Elle allège aussi la consommation de gaz de ville puisqu'elle produit du biogaz (60 % de méthane et 40 % de CO2) directement utilisable. NP Pharm utilise sur l'année 50 % de ce biogaz pour maintenir la température de la cuve et produire de l'eau chaude pour l'usine. Ainsi, environ 10 % des besoins de l'entreprise sont couverts. L'excédent est brûlé par torchère mais pourrait être stocké.

Autre atout de la solution de Naskeo, l'exploitation est totalement automatisée. L'unique maintenance hebdomadaire faite par NP Pharm consiste à suivre des paramètres tels que la température ou le pH et à s'assurer que tous les voyants sont au vert. Le nettoyage des canalisations a, quant à lui, été confié à la jeune pousse qui intervient à une fréquence trimestrielle.

« Le projet a débuté en mai 2005. De septembre à fin 2005, une étude pilote a été menée sur site. Les travaux ont débuté en janvier 2006 et la station a été mise en service en juillet. Elle sera opérationnelle à 100 % d'ici à fin février 2007 », explique Michel Duval, responsable production au sein de NP Pharm.

« Nous serons sûrement amenés à compléter ces installations pour descendre encore le niveau de la charge polluante... », prévient le responsable. Lorsque le montant des taxes rendra à nouveau l'investissement rentable...

EN BREF

Le problème - Diminuer suffisamment la charge des effluents en matière organique pour qu'ils puissent être rejetés et traités par la station d'épuration communale La solution - Construire une station biologique anaérobie pour dépolluer les effluents

UN PROCÉDÉ À HAUT RENDEMENT

Le procédé Proveo allie les atouts de la technique à "lit fixe", qui permet une croissance bactérienne importante, et ceux de la technique à "lit mobile", où la fluidisation permanente du lit évite les problèmes de colmatage. Le coeur des performances du procédé réside en l'utilisation de supports spécifiques dont la géométrie et les matériaux qui les constituent, optimisent la prolifération des bactéries et la surface d'échange entre celles-ci et les effluents.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0886

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2007 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Écocéane met le cap sur la haute mer

Écocéane met le cap sur la haute mer

Le chantier breton Écocéane construit des bateaux utilisant un procédé original pour le ramassage d'hydrocarbure. Après les côtes et les ports, cette[…]

01/01/2012 | EXPÉRIENCES
Le nec plus ultra de l'épuration des eaux

Le nec plus ultra de l'épuration des eaux

50 000 m3 de boues traités par les plantes

50 000 m3 de boues traités par les plantes

Oxyde de titane : la tornade blanche

Oxyde de titane : la tornade blanche

Plus d'articles