Nous suivre Industrie Techno

Nouvelles fuites d’eau radioactives à Fukushima

Nouvelles fuites d’eau radioactives à Fukushima

Le gouverneur de la région de Fukushima, Yuhei sato (casque orange), visite la centrale nucléaire, le 15 octobre 2013

© (Photo AFP)

Une fuite d’eau radioactive a été détectée dimanche 22 février à la centrale nucléaire de Fukushima, a annoncé l’opérateur Tokyo Electric Power (Tepco).
A l'approche du quatrième anniversaire de la catastrophe déclenchée par le tsunami, la sécurité du site est toujours source d'inquiétudes.
Un défi de long terme, puisque le démantèlement de quatre réacteurs prendra plusieurs décennies.

Près de quatre ans après la catastrophe de Fukushima en mars 2011, le site continue à présenter des signes d’inquiétude.  Des capteurs fixés sur une conduite d’évacuation d’eau de pluie et souterraines ont mesuré dimanche 22 février des taux de radioactivité jusqu’à 70 fois supérieurs aux valeurs déjà hautes enregistrées sur le site, a précisé un porte-parole de l’opérateur Tokyo Electric Power (Tepco). La conduite d’évacuation menant à la mer a été coupée pour en éviter la contamination. Les taux sont ensuite redescendus mais restent alarmants. Selon Tepco, qui s’est exprimé sur le sujet dans un communiqué publié mardi 24 février, une inspection n’a pas relevé d’anomalie dans les gigantesques réservoirs de stockage d’eau contaminée. L’opérateur affirme « n’avoir aucune raison de penser que les réservoirs de stockage des eaux contaminées n’aient fui ».

La fiabilité de ses réservoirs de stockage continue à inquiéter, ce dont l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) s’est fait l’écho cette semaine. A l’issue d’une mission sur place, l’AIEA a constaté un volume croissant d’eau plus ou moins contaminée stockée dans ces citernes. Cette eau provient des arrosages initiaux des réacteurs pour les refroidir, ainsi que des écoulements souterrains continus. L’eau est pompée et conservée dans un millier de réservoirs gigantesques. Tepco en construit plusieurs dizaines par mois pour absorber le flux.

Sur les conseils de l’AIEA, l’eau est débarrassée de l’essentiel de ses éléments radioactifs par des systèmes de traitement installés sur le site, puis rejetée en mer. Le directeur de l'équipe de l'AIEA, Juan Carlos Lentijo, a cependant salué les « progrès significatifs » accomplis depuis sa dernière mission en 2013. Le démantèlement des quatre réacteurs les plus endommagés sur les six prendra trois ou quatre décennies, un défi pour le maintien de la centrale en toute sécurité.
 

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Hydroquest annonce la mise en service de son hydrolienne marine à double axe vertical

Hydroquest annonce la mise en service de son hydrolienne marine à double axe vertical

Le fabriquant d’hydroliennes fluviales et marines Hydroquest et Construction mécaniques de Normandie (CMN) ont annoncé le 15[…]

Eolien marin flottant, impression 3D et design, satellites... Les innovations qui (re)donnent le sourire

Eolien marin flottant, impression 3D et design, satellites... Les innovations qui (re)donnent le sourire

Premier bilan positif pour l'éolienne marine flottante Floatgen

Premier bilan positif pour l'éolienne marine flottante Floatgen

Mobilité hydrogène, Tchernobyl, prix Atos-Joseph Fourier… les meilleures innovations de la semaine

Mobilité hydrogène, Tchernobyl, prix Atos-Joseph Fourier… les meilleures innovations de la semaine

Plus d'articles