Nous suivre Industrie Techno

Vidéo

Nouveau bouclier spatial pour les Etats-Unis

Ludovic Fery

Sujets relatifs :

, ,
Nouveau bouclier spatial pour les Etats-Unis

Représentation des débris dans l'orbite terrestre basse.

© DR

Pas de guerre des étoiles en vue au 21e siècle, seulement une mise à jour du système de géolocalisation des débris spatiaux. Le Département de la Défense américain vient d’accorder deux contrats pour le développement d’un prototype d’ici mi-2012.

Un projet faramineux qui pourrait couter près de 2,5 milliards d’euros : voilà le prix du recensement et de la surveillance des 500 000 débris qui encombrent, selon la NASA, l’orbite terrestre.

Il n’en est pas moins indispensable à la fois pour la survie des satellites et de leurs éventuels occupants, ainsi que pour la gestion de la pollution spatiale : à titre d’exemple, la collision entre deux satellites, comme celle survenue en février 2009 entre la sonde russe Cosmos et le satellite de télécommunication Iridium, peut générer plusieurs centaines de nouveaux débris. La station spatiale internationale doit quant à elle manœuvrer pour éviter des objets qui se déplacent sur leur propre orbite à près de 30 000 kilomètres par heure !    

 

        

Le département de défense américain (DoD) dispose déjà, via des radars très haute fréquence installés dans le Sud du pays, d’un système de géolocalisation des débris et des satellites qui survolent l’atmosphère. Mais l’idée du nouveau ''bouclier spatial'' est de pouvoir accéder à tout moment à un catalogue exhaustif des objets spatiaux, notamment les plus petits, grâce à deux ou trois capteurs plus puissants répartis en des endroits stratégiques du globe.   

Deux entreprises américaines sont en lice pour développer le système d’ici la mi-2012 : Raytheon et Lockheed Martin. Dans une vidéo expliquant la technologie, Lockheed Martin annonce vouloir agrandir le catalogue des objets spatiaux d’un facteur dix, soit jusqu’à 200 000 débris surveillés simultanément. Le département de la défense lui a accordé, comme à son concurrent, 77 millions d’euros pour concevoir le prototype.

Ludovic Fery

Pour en savoir plus : http://orbitaldebris.jsc.nasa.gov

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Avec SWOT, l'altimétrie spatiale s'intéresse aussi aux surfaces d'eau continentales

Avec SWOT, l'altimétrie spatiale s'intéresse aussi aux surfaces d'eau continentales

Le satellite SWOT (Surface Water Ocean Topography) entre en phase finale de réalisation : l'unité de radio-fréquence[…]

22/07/2019 | SpatialThales
Eolien marin flottant, impression 3D et design, satellites... Les innovations qui (re)donnent le sourire

Eolien marin flottant, impression 3D et design, satellites... Les innovations qui (re)donnent le sourire

Le lanceur Vega échoue à mettre en orbite le satellite FalconEye1

Le lanceur Vega échoue à mettre en orbite le satellite FalconEye1

Le Cnes choisit Airbus pour construire les satellites CO3D qui cartographieront en 3D la surface de la Terre

Le Cnes choisit Airbus pour construire les satellites CO3D qui cartographieront en 3D la surface de la Terre

Plus d'articles