Nous suivre Industrie Techno

« Nous voulons créer un véritable écosystème de recherche autour des drones industriels », lance Alexandre Labesse, fondateur d’Hexadrone

Alexandre Couto

Sujets relatifs :

,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

« Nous voulons créer un véritable écosystème de recherche autour des drones industriels », lance Alexandre Labesse, fondateur d’Hexadrone

© LAURENCE-BARRUEL

Spécialiste de drones sur-mesure dédiés à l’industrie, Hexadrone vient de recevoir un financement dans le cadre du plan France Relance. Il servira à bâtir un site d’assemblage et de R&D en région Auvergne-Rhône-Alpes. Alexandre Labesse, fondateur de la société, explique à Industrie & Technologies les ambitions de son projet, qui vise à structurer une filière de drones industriels dans l’Hexagone.

 

Industrie & Technologies : Hexadrone vient d’être sélectionné dans le cadre du plan France Relance et bénéficiera d’une subvention de 600 000 euros. Comment sera employé ce financement ?

Alexandre Labesse : Depuis la création de notre entreprise, en 2014, nous portons un projet ambitieux : créer une filière de production de drones 100% made in France ! L’enveloppe que nous accordent Bpifrance, l’Etat et les régions, dans le cadre de France Relance, va nous permettre de concrétiser cette ambition. Ces 600 000 euros – obtenus sur une aide maximum de 800 000 euros par projet – serviront au financement de notre nouveau site de R&D et d’assemblage de 900 m2, que nous construisons actuellement à Saint-Ferréol-d’Auroure, près de Saint-Etienne (Loire). Au total, ce site représente un investissement de 2,2 millions d’euros. Avec ce bâtiment, nous voulons créer un véritable écosystème de recherche autour des drones industriels, notamment en offrant la possibilité à des start-ups de nous rejoindre pour développer des solutions en lien avec nos drones.

Pourquoi misez-vous sur ces start-ups ?

Contrairement à nos concurrents, comme le chinois DJI qui possède 80% des parts du marché mondial, nous avons fait le choix d’une architecture de drone très ouverte. C’est notre force. Nous misons sur une approche modulaire pour couvrir le plus de marchés possibles et coller aux besoins de nos clients. Concrètement, notre drone – le Tundra – est un appareil très générique. Il peut facilement être adapté à des applications spécifiques.

L’idée est avant tout de travailler main dans la main avec un intégrateur qui équipera notre drone des caméras, des lidars ou des capteurs adaptés à l’usage que veut en faire le client. A côté de ce travail avec les intégrateurs, nous cherchons également des briques technologiques – comme des couches logicielles ou des équipements spécifiques – qui pourraient nous permettre de proposer certaines solutions. Le travail avec les start-ups va nous permettre d’identifier ces briques.

De notre côté, nous avons recruté des spécialistes en mécatronique pour continuer le développement de notre drone. Nous réfléchissons éventuellement à le modifier pour mettre au point des modèles pouvant se déplacer sur terre ou sur l’eau. Mais nous en sommes encore au début de la réflexion.

Quelles sont les caractéristiques techniques du Tundra ?

Il s’agit d’un drone à voilure tournante. Il est calibré pour porter des charges jusqu’à 25 kilos. Sa modularité se retrouve même dans sa motorisation. Il est possible par exemple d’avoir 4 ou 8 moteurs, en fonction des besoins du client, pour permettre une plus grande stabilité à l’appareil. En soit, le Tundra est un squelette sur lequel va venir se greffer des fonctionnalités.

Sur quels segments de marché se positionne votre société ?

Nous ciblons trois marchés en priorité : la sécurité, l’industrie et l’agriculture. Le premier segment représente 50 % de notre chiffre d’affaires et nous avons de nombreux contrat avec la DGA, ainsi que des collaborations avec des acteurs comme Thales ou Naval Group. L’industrie représente environ 20 % de notre activité pour le moment, mais notre nouveau site de production nous permettra de mieux répondre aux besoins de ce secteur. Il devrait connaître la croissance la plus forte dans les prochaines années. Après une période un peu foisonnante – où les drones ont été très médiatisés, les choses se rationalisent. Les drones sont en train de s’inscrire durablement dans les applications industrielles. D’autant plus que beaucoup d’industriels ont finalisé des preuves de concepts sur l’usage des drones et vont vouloir intégrer la solution en interne. Ils vont avoir besoin d’une traçabilité, de compétence en maintenance et de garder la main sur leurs données, c’est qu’Hexadrone leur propose.

Quelles sont les industries intéressées par vos équipements et pour quelles applications ?

Le domaine des télécoms est très demandeur, notamment pour l’inspection des antennes 4G ou 5G. Nous avons également des commandes venant du secteur de l’énergie, pour des opérations de maintenance. L’éolien est en forte progression. Enfin, nous avons des demandes d’industriels pour évaluer certains impacts environnementaux. Dans ce cas, notre drone est équipé de capteurs spécifiques pour évaluer la présence de certains composés chimiques à proximité des sites industriels. Les possibilités offertes aux industriels sont gigantesques.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Sony industrialise le capteur de vision événementielle de la start-up Prophesee

Sony industrialise le capteur de vision événementielle de la start-up Prophesee

Grâce à la poursuite d’un partenariat avec Sony, le capteur de vision dynamique de la sart-up Prophesee accède à la[…]

« La filière Solutions Industrie du Futur ne pourra se développer qu’à partir des besoins des industriels », clame Olivier Dario, délégué général du SYMOP

« La filière Solutions Industrie du Futur ne pourra se développer qu’à partir des besoins des industriels », clame Olivier Dario, délégué général du SYMOP

Avec la signature du contrat de Filière « Solutions Industrie du Futur », l'impression 3D affiche ses ambitions industrielles

Avec la signature du contrat de Filière « Solutions Industrie du Futur », l'impression 3D affiche ses ambitions industrielles

[Global Industrie 2021] Universal Robots étend sa palette d’applications de cobotique industrielle

[Global Industrie 2021] Universal Robots étend sa palette d’applications de cobotique industrielle

Plus d'articles