Nous suivre Industrie Techno

« Nous simplifions les technologies vocales pour que les entreprises créent leurs propres solutions », avance Florian Guichon, de Vivoka

Coline Buanic
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

« Nous simplifions les technologies vocales pour que les entreprises créent leurs propres solutions », avance Florian Guichon, de Vivoka

© Vivoka

Vivoka a lancé le 29 avril la deuxième version de son kit de développement d'assistants vocaux embarqués. Florian Guichon, directeur des opérations de cette start-up lorraine créée en 2015, détaille ses fonctionnalités et la façon dont les entreprises peuvent s'en emparer.

I&T : Quels sont les évolutions de votre kit de développement d'assistants vocaux ?

Florian Guichon : La principale nouveauté réside dans l’intégration du Free Speech embarqué à notre kit. Comme son nom l’indique, cet outil de reconnaissance automatique de la parole permet une dictée libre. Dans le cadre de comptes-rendus d’intervention, par exemple, le technicien pourra aller au-delà de la dictée de simples commandes (« le compteur X est au niveau tant », « telle réparation a été effectuée »). Il pourra ainsi remplir des champs libres de façon fluide (« je suis allé regarder la fuite, il y a un problème à tel niveau, il faudra revenir avec tel outil »), en employant son propre lexique. Bien sûr, à cela s’ajoute des améliorations techniques, notamment au niveau de l’ergonomie, et de nouvelles langues. Mais l’ajout du Free Speech reste le point fort de notre v2. Cette technologie est évidemment entièrement utilisable hors-ligne. Se passer du cloud est notre particularité. L’objectif reste le même : vulgariser et simplifier les technologies vocales pour que tout type d’entreprise puisse créer sa propre solution avec reconnaissance, retour et commande vocale.

Quels sont les principaux usages de l'assistant vocal dans l’industrie ?

Grâce à la combinaison de ses différentes technologies - Automatic Speech Recognition (ASR, la reconnaissance vocale), Natural Language Processing (NLP, le traitement du langage), Text To Speech (TTS, la synthèse vocale), et maintenant Free Speech –, notre Voice development kit offre trois principaux débouchés. Le « voice picking », must-have du secteur de la logistique, libère les mains des opérateurs [qui communiquent alors avec le système de gestion de l'entrepôt via un casque audio avec micro, ndlr]. Le gain de productivité peut atteindre 15%. Évidemment, la création de commandes vocales peut permettre de contrôler des robots de production. On peut aussi gagner en productivité lors d’un travail manuel - par exemple dans le secteur de la micro-électronique – en réalisant un compte-rendu à l’oral, juste en appuyant sur un bouton.

Comment s’effectue la personnalisation de l’assistant vocal ?

Quand l’utilisateur ouvre l’interface graphique, il trouve différents plugins et outils pour gérer par exemple les différentes langues et le lexique grammatical propre à l'application. Un outil permet notamment de créer les commandes vocales. L’utilisateur commence par écrire la phrase de base qui doit être comprise par le système de reconnaissance vocale [« je veux un coca »], ainsi que ses variations grammaticales [« je veux »/ « j’aimerais »] et phonétiques [« coca »/ « coke »/ « coca cola »]. Y est associée la phrase de retour prononcée par le système de synthèse vocale, et le script de l’action à produire. L’ensemble génère un exécutable, qui peut alors être intégrés aux appareils. Cette configuration est simple et ne prend que quelques jours à quelques semaines suivant le nombre de commandes et de variantes. Les moteurs de reconnaissance vocale et de traitement du langage s’appuient alors sur l’analyse des phonèmes, des mots-clés, des phrases dans leur ensemble ainsi que du lexique grammatical ajouté par l’utilisateur pour comprendre la commande prononcée et effectuer l’action prévue.

Pourquoi proposer une solution sous forme de kit de développement logiciel ?

A l’origine, Vivoka créait des assistants sur mesure, pour tout type d’entreprises, dans tous les domaines. Face à la demande croissante, l’équipe – 30 personnes dont deux tiers de développeurs - n’était plus en mesure de répondre à tous les projets. Car recruter des développeurs spécialisés dans le vocal n’est pas évident ! Comment faire alors pour continuer à donner du sur-mesure à nos clients ? Le choix de créer un kit de développement avec une interface graphique où n’importe qui peut créer son assistant vocal s’est alors imposé. Tout le traitement technologique est volontairement caché. Les développeurs qui souhaitent se plonger dans les codes pour créer des solutions très précises le peuvent, mais ce n’est pas nécessaire. L’idée est de donner de l’autonomie au client avec les meilleures technologies du marché : nous fournissons VDK et le client peut faire ce qu’il veut avec, nous sommes seulement là pour le support.

Comment envisagez-vous le futur ?

Nous avons deux objectifs primordiaux. Premièrement, continuer à améliorer notre produit – la version 3 du VDK sortira sous peu et contiendra deux technologies inédites. Deuxièmement, continuer notre expansion à l’international. Pour cela, booster l’équipe avec dix personnes supplémentaires ne serait pas du luxe !

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Collaboration start-up-grand groupe pour l'industrie 4.0 : tracer son chemin entre le sur-mesure et le générique

Collaboration start-up-grand groupe pour l'industrie 4.0 : tracer son chemin entre le sur-mesure et le générique

Arts et Métiers Accélération a organisé, mardi 6 juillet à Station F à Paris, un événement[…]

[Video] Grâce à la simulation, Facebook apprend aux robots à s’adapter à différents terrains

[Video] Grâce à la simulation, Facebook apprend aux robots à s’adapter à différents terrains

Comment le consortium « le Kollectiv » veut mettre l’exploitation des données au cœur du NewSpace

Comment le consortium « le Kollectiv » veut mettre l’exploitation des données au cœur du NewSpace

Cybersécurité dans le secteur de l'énergie : des infrastructures critiques à protéger

Avis d'expert

Cybersécurité dans le secteur de l'énergie : des infrastructures critiques à protéger

Plus d'articles