Nous suivre Industrie Techno

Notre palmarès 2010

Sujets relatifs :

,

Les écoles d'ingénieurs ne sont pas de simples lieux de formation. Dans leurs laboratoires, enseignants-chercheurs, doctorants et ingénieurs se mettent aussi au service de l'innovation. Ils effectuent leurs travaux dans le cadre de contrats de recherche bilatéraux ou multipartites et n'hésitent pas à déposer des brevets. Industrie et Technologies a choisi de classer ces établissements selon le montant total de leurs contrats de recherche, le nombre de brevets qu'ils ont déposés depuis 2005 et la quantité de doctorants qu'ils accueillent. Tableau voir PDF.

MÉTHODOLOGIE

Pour révéler le potentiel de recherche des écoles d'ingénieurs dans notre classement, nous avons retenu trois critères : le montant des contrats de recherche, le nombre de brevets déposés depuis 2005 et le nombre de doctorants et post doctorants. Pour chaque critère, l'école qui arrive en tête reçoit la note 100. Les scores des autres écoles sont ensuite calculés au prorata de leurs résultats sur cette référence.

Le classement final découle de la moyenne des trois notes correspondant aux trois critères.

MATIÈRE GRISE

Les 100 écoles d'ingénieurs les plus impliquées dans la recherche accueillent plus de 15 000 des 68 000 doctorants en France.

CONTRATS : Les ParisTech, des machines à signer

L'indétrônable Mines ParisTech, armée depuis 1967 d'Armines, structure de gestion de ses contrats de recherche, mène la danse sur ce critère. Un faible nombre de brevets la prive d'une meilleure place au classement général. Constat similaire pour les Arts et Métiers ParisTech qui rate l'accès au podium avec sa quatrième place. Tableau voir PDF.

BREVETS : ESPCI, le champion du depôt

Un rapport de 1 à 5 entre le dixième et le premier sur le critère des brevets ! Un ratio impressionnant dû au score réalisé par l'ESPCI ParisTech dont les chercheurs déposent collectivement un brevet par semaine. Notons ici les percées de l'ECPM et de l'ENSC, respectivement 29e et 41e au classement général. Tableau voir PDF.

DOCTORANTS : Insa Toulouse, le nid de thésards

Profitant du réseau tissé entre les laboratoires des universités, de l'INPT et des autres écoles d'ingénieurs de la ville rose, l'Insa de Toulouse double sa grande soeur lyonnaise sur ce critère et se place deuxième. Observons aussi l'apparition dans ce top 10 de Polytech'Paris - UPMC et de l'École des Ponts. Tableau voir PDF.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0922

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2010 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Pas à pas] Comment tirer parti de la réalité augmentée dans votre usine

[Pas à pas] Comment tirer parti de la réalité augmentée dans votre usine

Profitant des formidables progrès de l'informatique embarquée et de l'essor de l'usine 4.0, les exemples d'applications[…]

« Bâtiments intelligents : il faut placer l'utilisateur au centre », Olivier Cottet, Schneider Electric

Interview

« Bâtiments intelligents : il faut placer l'utilisateur au centre », Olivier Cottet, Schneider Electric

Bâtiments intelligents : des économies du sol au plafond

Bâtiments intelligents : des économies du sol au plafond

INNOVATION À TOUS LES ÉTAGES

Dossiers

INNOVATION À TOUS LES ÉTAGES

Plus d'articles