Nous suivre Industrie Techno

Non, la Chine ne fabrique pas un sous-marin supersonique

Julien Bergounhoux

Sujets relatifs :

, ,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Non, la Chine ne fabrique pas un sous-marin supersonique

Une équipe de scientifiques chinois aurait mis au point une nouvelle méthode de supercavitation, un système de propulsion sous-marine à grande vitesse. Mais cette innovation n'enlève rien aux problèmes innés liés à cette technologie. Même dans le meilleur des cas, elle ne permettra jamais à un sous-marin de transporter des êtres humains à des vitesses dépassant celle du son.

Des chercheurs chinois du laboratoire de mécanique des fluides et de transfert thermique de l'Institut de technologie de Harbin affirment avoir mis au point une nouvelle méthode de supercavitation. La supercavitation est une technologie de propulsion sous-marine qui implique de créer une bulle d'air (en général grâce à l'émission d'un gaz suffisamment chaud pour vaporiser l'eau) qui enveloppe l'objet à propulser. Le frottement ne se fait alors plus avec l'eau mais avec le gaz, ce qui lui permet d'aller beaucoup plus vite. Jusqu'à présent, les Russes ont été les principaux instigateurs de cette technologie, notamment avec leur torpille VA-111 Shkval, mise en service en 1977. Celle-ci est capable d'atteindre une vitesse de 370 km/h dans l'eau, contre 190 km/h au maximum pour une torpille moderne à propulsion traditionnelle.

Cependant les inconvénients de ce système sont nombreux. La torpille doit être lancée à une vitesse relativement élevée (93 km/h pour la Shkval) pour former sa bulle et elle utilise une propulsion par fusée, ce qui nécessite beaucoup de carburant et limite grandement sa portée (15 km au maximum pour la Shkval). Une fois lancée, il n'est de plus pas réellement possible de modifier sa trajectoire, car elle n'est plus en contact avec l'eau (et un gouvernail serait donc inutile).

La nouvelle technique développée par les chercheurs chinois résoudrait quelques uns de ces problèmes en utilisant une membrane liquide dont la torpille se couvrirait en permanence. Cela lui permettrait d'opérer son accélération initiale par elle-même, sans avoir besoin d'être lancée à grande vitesse, car la résistance avec l'eau serait suffisamment réduite par la membrane même à basse vitesse. Une fois atteinte la vitesse de 75 km/h, la torpille passerait dans un état de supercavitation. La membrane liquide pourrait alors l'aider à se diriger en modifiant la friction de l'eau sur les différents côtés de l'engin.

A en croîre le South Morning China Post, qui a rapporté cette découverte, elle pourrait permettre à un sous-marin de se déplacer à la vitesse du son sous l'eau (5 336,435 km/h), ce qui lui permettrait de rejoindre San Francisco depuis Shanghai en seulement 100 minutes. Une affirmation irréaliste, qui ne prend pas en compte les forces auxquelles seraient exposées les hypothétiques passagers d'un tel engin, l'impossibilité d'y installer un système de décélération efficace (une rentrée soudaine dans l'eau à de telles vitesses détruirait le vaisseau), les dégâts qu'un tel mode de propulsion risquerait de causer sur son chemin (chocs éventuels avec des animaux marins, onde de choc provoquée par le déplacement d'eau), et surtout l'énorme moteur-fusée qui serait nécessaire pour n'atteindre ne serait-ce que le quart de cette vitesse. Un moteur qui demanderait une énorme quantité de carburant (qu'il faudrait bien stocker quelque part, augmentant la masse totale à déplacer) pour ne parcourir que quelques kilomètres...

En bref, si cette méthode basée sur une membrane liquide fonctionne, elle pourra peut-être trouver une utilisation dans de futures torpilles à supercavitation, pour améliorer leurs performances. Mais on n'est pas prêt de voir des sous-marins supersoniques relier la Chine aux Etats-Unis plus vite qu'un avion.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Ariane 6, bus électrique, Volkswagen ID.3… les meilleures innovations de la semaine

Ariane 6, bus électrique, Volkswagen ID.3… les meilleures innovations de la semaine

Quelles sont les innovations qui vous ont le plus marqués au cours des sept derniers jours ? Cette semaine, vous avez apprécié[…]

Cyber-protection de la 5G, verre plié, bateau imprimé… les meilleures innovations de la semaine

Cyber-protection de la 5G, verre plié, bateau imprimé… les meilleures innovations de la semaine

Trafic maritime, cybersécurité, avion électrique… les innovations qui (re)donnent le sourire

Trafic maritime, cybersécurité, avion électrique… les innovations qui (re)donnent le sourire

Energy Observer, IA médicale, réacteur Iter… les meilleures innovations de la semaine

Energy Observer, IA médicale, réacteur Iter… les meilleures innovations de la semaine

Plus d'articles