Nous suivre Industrie Techno

Nobel de Physique pour les inventeurs de la LED bleue qui économise l'énergie

Jean-François Preveraud

Mis à jour le 07/10/2014 à 22h43

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Nobel de Physique pour les inventeurs de la LED bleue qui économise l'énergie

Isamu Akasaki, Hiroshi Amano et Shuji Nakamura

© DR

Isamu Akasaki, Hiroshi Amano et Shuji Nakamura ont reçu aujourd’hui le Prix Nobel de Physique 2014 pour leurs travaux qui ont abouti à la mise au point de la LED bleue aujourd’hui à la base des sources électroniques de lumière blanche.

L'Académie royale suédoise des sciences a décidé de décerner le Prix Nobel de Physique 2014 à Isamu Akasaki (Université Meijo et Université de Nagoya, Japon) ; Hiroshi Amano (Université de Nagoya, Japon) et Shuji Nakamura (Université de Californie, Santa Barbara, Californie, États-Unis) pour « l'invention de diodes émettrices de lumière bleue efficaces qui ont permis d'importantes économies d'énergie pour les sources de lumière blanche. »

Voilà qui est bien dans l’esprit de ce que voulait Alfred Nobel en créant ses célèbres prix : récompenser des travaux apportant une avancée à l’ensemble de l’humanité. C’est bien le cas pour cette nouvelle source lumineuse permettant de créer une lumière blanche brillante, tout en consommant moins d’énergie que les technologies plus anciennes.

Lorsque Isamu Akasaki, Hiroshi Amano et Shuji Nakamura ont créé la diode électro-luminescente (LED) bleue au début des années 90, ils ont apporté une véritable révolution au monde de l’éclairage et de l’affichage. En effet, si l’on savait créer facilement des LED rouges et vertes depuis 1962, le manque de la couleur bleue empêchait de créer des sources de lumière blanche par la synthèse additive des trois couleurs primaires.

Leurs travaux ont permis de développer des sources lumineuses blanches offrant aujourd’hui un flux lumineux de 300 lm/W, alors que les lampes à fluorescence sont à 70 lm/W et celles à incandescence à 16 lm/W. Un gain appréciable quand on sait qu’environ un quart de la consommation électrique mondiale concerne l’éclairage. De plus, les lampes à LED économisent aussi les matières premières puisque leur durée de vie moyenne est de 100 000 heures, contre 10 000 heures pour les lampes fluorescentes et 1 000 heures pour les ampoules à incandescence.

Voilà qui répond bien aux souhaits d’Alfred Nobel.

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.nobelprize.org/

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

« L’association de l’industrie avec les scientifiques permettra de connaître la vitesse de formation de l’hydrogène naturel dans le sol », avance le chercheur Alain Prinzhofer

« L’association de l’industrie avec les scientifiques permettra de connaître la vitesse de formation de l’hydrogène naturel dans le sol », avance le chercheur Alain Prinzhofer

Géochimiste spécialiste de l'hydrogène dit naturel, présent dans le sous-sol, Alain Prinzhofer est aussi directeur[…]

Electronique de puissance pour l'auto : une opportunité à saisir pour la France

Electronique de puissance pour l'auto : une opportunité à saisir pour la France

Safran et GE Aviation lancent le développement d'un moteur de rupture pour réduire la consommation de carburant de 20 %

Safran et GE Aviation lancent le développement d'un moteur de rupture pour réduire la consommation de carburant de 20 %

Décarboner l'aviation, mission impossible ?

Dossiers

Décarboner l'aviation, mission impossible ?

Plus d'articles