Nous suivre Industrie Techno

Nicolas Colin : "L’innovation, c’est comme le vélo : quand on arrête de pédaler, on tombe"

Nicolas Colin :

Nicolas Colin est le cofondateur associé de The Family, une société d'investissement dédiée aux start-up.

© DR

Chaque semaine, Industrie & Technologies prend les chemins de traverse et donne la parole à des personnalités qui ont l'innovation dans la peau. En 12 questions, ces personnes du monde de l'industrie tirent le portrait de cette discipline. Découvrez aujourd'hui la vision de Nicolas Colin, associé cofondateur de The Family, une structure d'investissement dédiée aux start-up. 

Quand on vous dit innovation, spontanément vous répondez ?

Continue ! Parce que maintenant il n’y a plus cette alternance de phases d’innovation très courtes, puis de phases de stabilité. L’économie numérique a cette particularité de devoir innover en permanence. C’est quelque chose de déroutant pour les entreprises traditionnelles.

Votre dernière rencontre avec l’innovation c’était quand et où ?

Samedi dernier, lorsque j’ai déjeuné avec le financier et économiste William Janeway, auteur d’un ouvrage érudit et visionnaire, Doing Capitalism in the Innovation Economy. Il est le seul capital-risqueur, à ma connaissance, à citer Keynes, Marx et Braudel.

Quelle innovation avez-vous dans votre poche ?

J’ai un iPhone 5 – déjà dépassé… Mais je ne suis ni early adopter ni amateur de gadgets. J’aime les objets simples, utiles et robustes.

Votre innovation préférée ?

Celle qui simplifie la vie !

Et celle que vous détestez ?

L’innovation dans le discours et pas dans les actes. Ce sont souvent ceux qui parlent le plus d’innovation qui la pratiquent le moins.

Si vous deviez remettre le prix Nobel de l’innovation, quelle personnalité récompenseriez-vous ?

Clayton Christensen, auteur du livre Le dilemme de l’innovateur.

Et s’il était attribué à une entreprise, laquelle choisiriez-vous ?

Amazon, une entreprise qui investit tout dans l’amélioration de l’expérience client. C’est cette obsession qui provoque l’innovation. Le modèle hybride d’Amazon est également précurseur. Il inclut depuis l’origine des activités tangibles, comme la gestion des entrepôts. Par rapport aux pure players comme Google ou Facebook, cela donne un bien meilleur aperçu de ce que pourraient être les innovations futures.

La qualité qu’il faut cultiver pour innover ?

C’est la capacité à rester proche de son client : il faut s’installer dans son intimité pour le connaître et identifier de nouvelles opportunités de le satisfaire.

Quel défaut ?

Innover ne dispense pas d’être excellent sur son cœur de métier. Il faut être irréprochable sur ce qu’on fait déjà avant d’envisager de faire des choses nouvelles.

Citez un livre qui vous a inspiré en matière d’innovation ?

Le livre de William Janeway, justement, Doing Capitalism in the Innovation Economy. Dans la foulée des travaux pionniers de l’économiste Carlota Perez, il explique de façon limpide le rôle respectif des entrepreneurs, des pouvoirs publics et des investisseurs dans l’économie de l’innovation.

En matière d’innovation, vous êtes plutôt…

… Start-up ou grand groupe ?

Les deux ! Les start-up, car c’est là où l’innovation naît. Mais réussir à convaincre les grands groupes de passer à l’action est également passionnant !

Technologie ou service ?

Je ne m’intéresse pas – ou très peu – à la technologie. Ce qui m’intéresse, c’est la compréhension intime du client afin de développer un sens aigu de ce qui est important pour lui.

Continue ou disruptive ?

Continue, car avec l’innovation en continu on minimise l’ampleur des ruptures. Lorsqu’on innove tous les jours, l’effort à fournir face à un gros obstacle est bien moindre. On saute plus haut car on est mieux échauffé, sans risque de se blesser. A l’inverse, une mutation trop radicale peut être destructrice pour les salariés et les clients. L’innovation, c’est comme le vélo : quand on arrête de pédaler, on tombe.

Enfin, de quelle innovation rêvez-vous (pas seulement la nuit) ?

Aucune innovation en particulier, plutôt d’une vie où tout deviendrait plus simple. Est-ce qu’une entreprise ou un produit peut apporter ça ? Dans l’univers du luxe, tout est simple et fluide. L’économie numérique veut proposer la même expérience, mais au plus grand nombre.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Pour bien commencer la semaine : Chez Renault, un jumeau numérique pour optimiser la production

Pour bien commencer la semaine : Chez Renault, un jumeau numérique pour optimiser la production

Difficile de trouver la motivation en ce début de semaine ? Voici une petite sélection d’innovations qui pourraient vous aider[…]

Avec le jumeau numérique de Cosmo Tech, Renault optimise sa production de moteurs

Avec le jumeau numérique de Cosmo Tech, Renault optimise sa production de moteurs

Intelligence artificielle : comment Facebook veut doter les robots d’un « sens commun »

Intelligence artificielle : comment Facebook veut doter les robots d’un « sens commun »

Avec sa « Ruche », Thalès apporte de l’agilité au développement des solutions de cyberdéfense

Avec sa « Ruche », Thalès apporte de l’agilité au développement des solutions de cyberdéfense

Plus d'articles