Nous suivre Industrie Techno

Nanotechnologies : les start-up face à la question de la santé au travail

Philippe Passebon

Sujets relatifs :

, ,
Nanotechnologies : les start-up face à la question de la santé au travail

4 scénarios pour la santé des salariés

© graphis obsession / Eva Wihem

L’INRS a dévoilé mercredi 3 décembre un rapport sur les conséquences que pourrait avoir le développement des nanomatériaux  sur la santé et la sécurité au travail dans les petites entreprises en France. Un groupe d’experts pluridisciplinaires a élaboré 4 scénarios sur l’évolution du développement des nanomatériaux en France avant de déduire l’impact de chacun d’entre eux sur la prévention des risques professionnels.

Le rapport de l’INRS dévoilé le 3 décembre Développement des nanomatériaux manufacturés à l’horizon 2030 – Conséquences en santé et sécurité au travail dans les petites entreprises en France est conséquent - il compte 269 pages - mais reste malgré tout très digeste : après avoir fait l'état de l'art des techniques, politiques et marchés liés aux nanotechnologies, les chercheurs s’appuient sur des exemples concrets d’entreprises pour construire leurs scénarios et n’hésitent pas à imaginer de nouvelles applications aux nanosciences pour illustrer leur propos - comme la mise au point en 2024 de la nanozabine, qui, une fois injectée sous la peau et activée par des radiations, arrête presque entièrement les effets visibles du vieillissement.

Du fait de leurs propriétés variées et souvent inédites, les nanomatériaux ne font en effet que commencer à montrer toutes leurs potentialités. « Toutes les grandes familles de matériaux sont concernées : les métaux, les céramiques, les diélectriques, les oxydes magnétiques, les polymères, les carbones, etc, » rappellent les rédacteurs du rapport. 80 % des producteurs français de nanomatériaux sont des TPE/PME. Aussi le rapport cible-t-il les petites entreprises, en particulier les start-up. Au vu de différentes études récentes, nombre de salariés sont donc d’ores et déjà potentiellement exposés aux nanomatériaux manufacturés. En France, ils seraient 5 000 salariés en entreprise et 7 000 chercheurs à être exposés.Toutefois, en dépit des nombreuses recherches, les connaissances sur la toxicité (et l’écotoxicité) des nanomatériaux manufacturés demeurent parcellaires.

Dans un premier ouvrage de synthèse publié en 2007, l’INRS avait souligné les besoins en termes de recherche en toxicologie, métrologie, etc. Il récidive cette année le même sujet mais en imaginant quatre scénarios de développement des nanotechnologies d’ici 2030 et leurs conséquences sur la sécurité et la santé des travailleurs :

1er scénario : Un engagement fort et fructueux de l’État et des entreprises : un développement massif

Les expert se placent en 2030 en imaginant que les années 2020 ont été marquées par une succession d’innovations scientifiques et techniques majeures dans différents domaines. Au cours de cette période, les investissements publics et privés alloués à des technologies nouvelles et prometteuses se sont ainsi très fortement accrus.

Conséquences : On dispose à la fois des outils et de l’argent pour innover, produire et prévenir les risques. Les nouveaux produits sont correctement catégorisés ce qui permet la mise en place de moyens de prévention des risques professionnels adaptés.

2ème scénario : Un rejet éclairé de la part de la société : un développement dans quelques rares filières stratégiques

Conséquences : Dans un contexte d’opacité, les systèmes publics de prévention des risques professionnels ne sont pas les bienvenus dans les entreprises. Pour ces dernières, les interventions de l’Etat, à travers une application sans nuance du principe de précaution, peuvent peser gravement. 

3ème scénario : Une mainmise industrielle : un développement dans des secteurs porteurs

Conséquences : Le contrat individuel entre l’entreprise et le travailleur est devenu la règle. La prévention est strictement du ressort des entreprises et s’exprime majoritairement en termes de réparation et non pas en termes de prévention primaire. 

4ème scénario :   Une volonté régionale soutenue : un développement en fonction des compétences locales

Conséquences : La protection de la santé des travailleurs répond à des exigences très générales définies au niveau européen, mais elle est pilotée par les instances régionales.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Hydrogène, hydrogel résistant, plastique conducteur… les innovations qui (re)donnent le sourire

Hydrogène, hydrogel résistant, plastique conducteur… les innovations qui (re)donnent le sourire

Difficile de trouver la motivation en ce début de semaine ? Voici une petite sélection d’innovations qui pourraient vous aider[…]

OneWeb, mobilité hydrogène, hydrogel renforcé… les meilleures innovations de la semaine

OneWeb, mobilité hydrogène, hydrogel renforcé… les meilleures innovations de la semaine

Energy Observer, IA médicale, réacteur Iter… les meilleures innovations de la semaine

Energy Observer, IA médicale, réacteur Iter… les meilleures innovations de la semaine

Mobilité hydrogène, mini-usine médicale, composites thermoplastiques… les innovations qui (re)donnent le sourire

Mobilité hydrogène, mini-usine médicale, composites thermoplastiques… les innovations qui (re)donnent le sourire

Plus d'articles