Nous suivre Industrie Techno

Nanotechnologies : des feuilles de route européennes pour les matériaux et le médical

Industrie et Technologies
Une dizaine de conférences européennes ont confronté des prospectives issues du programme Nanoroadmap aux industriels intéressés.

Pendant tout le mois de novembre, une dizaine de conférences dans autant de pays ont eu lieu pour exposer les résultats d’enquêtes prospectives dans le cadre du programme européen Nanoroadmap. Il s’agit de définir de grandes lignes de travail, à la manière de ce qui est pratiqué pour la microélectronique.

La journée française, qui s’est tenue à Lyon le 23 novembre, était soutenue par plusieurs industriels déjà impliqués dans les nanotechnologies. Ainsi dans les matériaux, Arkema et Nanoledge, un grand groupe et une PMI très impliqués dans les nanotubes de carbone.

Arkema se lance dans la production industrielle des nanotubes et son unité française entre en service en ce moment, avec déjà prévues des extensions de capacité. L’idée est aussi d’attirer autour du site de production des sociétés de compoundage qui intégreront les nanotubes dans des résines pour rendre leur incorporation dans des matériaux efficace (accroissement des propriétés) et sûre (problèmes d’hygiène).

Nanoledge, PMI issue du CNRS a vite abandonné l’idée de devenir société de production de nanotubes mais se pose en expert de la bonne manière d’incorporer des nanotubes dans un matériau pour qu’ils développent leurs propriétés de manière optimale. Cet exemple des nanotubes est révélateur du problème des nanotechnologies, pleines de promesses…à condition d’investir suffisamment ! Arkema a su réaliser l’ingénierie de production pour fournir des qualités reproductibles sans pour autant comprendre en détail les mécanismes mis en jeu. Nanoledge développe un savoir-faire basé sur des connaissances fondamentales, directement utiles aux applications.

Autre point soulevé par Daniel Bernard d’Arkema sur les nanotubes de carbone, la mise en route de leur normalisation à l’échelle mondiale. La réunion de lancement s’est tenue début novembre à Londres et le comité technique ISO 229 est lancé. Là se déroule la vraie lutte d’influence au sein des trois groupes de travail : terminologie (sous la présidence des Canadiens), métrologie (Japonais) et HSE c’est à dire hygiène santé sécurité (Américains) ; l’argumentation HSE risque bien de devenir un outil de guerre économique. Les Français se mobilisent peu sur ces questions pourtant essentielles pour le développement et la commercialisation des futurs produits.

Les nanotubes de carbone (nanoparticules en général) ne sont pas les seuls thèmes de la roadmap : matériaux nanoporeux, dendrimères et dépôts en couche mince sont également passés en revue dans ce rapport.

Autre rapport (version définitive fin 2005), l’impact des nanotechnologies dans les dispositifs médicaux et de santé. Deux points forts ont été soulevés à Lyon, les technologies nanofluidiques pour l’impression de haute qualité des biopuces (présentation de Nanobiogène) et les capteurs pour les habits et appartements intelligents (présentation d’André Dittmar de l’Insa). Nanobiogène propose déjà des systèmes commerciaux très compétitifs notamment pour la protéomique et les méthodes à haut débit. Côté capteurs les choses sont très avancées et aux portes des applications de masse.

Quatre thèmes ont été retenus dans le rapport :

  • délivrance de molécules et encapsulation
  • biophotonique et imagerie moléculaire
  • lab on chip et méthodes à haut débit
  • capteurs biomoléculaires

Sur ces quatre points, les experts ont défini les étapes à venir d’ici 2015 et les domaines dans lesquels les applications commerciales ont le plus de chance d’apparaître.

Ces deux rapports sont des documents essentiels pour les entreprises qui souhaitent se construire des plans à moyen terme.

Christian Guyard

Pour en savoir plus : http://www.nanoroadmap.it/

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Des cellules solaires plus efficaces grâce aux nanomatériaux

Des cellules solaires plus efficaces grâce aux nanomatériaux

Une famille de nanomatériaux capable de produire, après auto-assemblage, une énergie photovoltaïque avec une grande[…]

Une sonde thermique pour imprimer des électrodes nanométriques

Une sonde thermique pour imprimer des électrodes nanométriques

Des pinces acoustiques miniatures pour manipuler le vivant

Des pinces acoustiques miniatures pour manipuler le vivant

La nanomédecine s'attaque au cancer

Analyse

La nanomédecine s'attaque au cancer

Plus d'articles