Nous suivre Industrie Techno

Naissance de deux méga alliances dans les écrans plats

Industrie et  Technologies
Sharp s'associe à Toshiba, tandis que Hitachi, Matsushita et Canon resserrent leurs liens.


La bataille dans les écrans plats de télévision monte d'un cran avec la naissance au Japon, à quelques jours d'intervalle, de deux méga alliances. La première réunit Pioneer, Sharp et Toshiba. La seconde regroupe Hitachi, Matsushita et Canon. En comptant l'alliance entre Samsung et Sony, concrétisée par la création en 2004 de la société commune S-LCD, le marché va être dominé par trois principales forces.

Sharp, qui a repoussé en 2003 l'offre d'alliance de Sony dans les écrans LCD, ne peut plus se permettre de jouer cavalier seul. Après avoir longtemps régné en maître sur le marché de la télévision LCD dont il est l'inventeur, il se trouve aujourd'hui relégué à la troisième place du podium mondial derrière Samsung et Sony. Pour résister au rouleau compresseur Samsung-Sony, il a besoin de bâtir une contre-alliance forte.

Premier pas dans ce sens : son entrée en automne dernier, à hauteur de 14%, dans le capital de Pioneer, fabricant japonais de téléviseurs haut de gamme à écran plasma. En difficulté sur son marché, ce dernier cherche à rebondir en entrant dans le segment haut de la télévision LCD. Pour cela, il a besoin d'une source stable d'approvisionnement en panneaux LCD de grande qualité. Sharp va les lui fournir, comme il le fait déjà pour un autre fabricant de téléviseurs haut de gamme, l'Allemand Loewe. Le partenariat noué entre les deux entreprises va au-delà du marché de la télévision à écran plat. Il porte aussi sur le développement en commun des futures technologies d'affichage, de disque optique et de terminaux automobiles.

Avec le renfort de Toshiba, Sharp change radicalement de stratégie. Jusqu'ici, la firme d'Osaka réservait jalousement ses écrans LCD de télévision à un usage interne. Il n'acceptait de les livrer qu'à des fabricants de téléviseurs haut de gamme, dont il est actionnaire, comme c'est le cas de Loewe et maintenant de Pioneer. Pour la première fois, il consent à les fournir à un grand fabricant de télévision. En élargissant la base d'utilisation de ses écrans, il espère ainsi mieux amortir ses investissements industriels, réduire ses coûts et gagner en compétitivité. Toshiba, qui s'approvisionne aujourd'hui essentiellement auprès de IPS Alpha, au Japon, et LG.Philips LCD, en Corée du Sud, prévoit de couvrir 40% de ses besoins en 2010 par des écrans LCD de Sharp. Les écrans d'une diagonale de 40 pouces et plus viendront de la méga usine dite de dixième génération en construction à Sakai, près d'Osaka, au Japon. A son ouverture prévue en mars 2010, cette usine de 3,4 milliards de dollars, sera la plus avancée au monde.

L'alliance entre Hitachi, Matsushita et Canon n'est pas nouvelle. Les trois géants sont déjà parties prenantes au sein d'IPS Alpha, le second fabricant d'écrans LCD de télévision au Japon. Ils en détiennent respectivement 50 %, 30 % et 2 % du capital. Matsushita et Canon accroissent leur influence en prenant chacun 25 % du capital de Hitachi Displays. Filiale à 100 % de Hitachi, cette société possède en effet 50 % du capital d'IPS Alpha. La participation de Matsushita dans IPS Alpha passe donc à 42,5 % et celle de Canon à 15 %. Matsushita ambitionne d'en prendre le contrôle en rachetant les 15 % de capital détenus par Toshiba, puis d'investir 2,7 milliards de dollars dans une nouvelle usine de septième ou huitième génération de fabrication d'écrans LCD. Mise sur pieds en 2005, IPS Alpha dispose aujourd'hui d'une seule usine (de sixième génération) fabricant des écrans LCD de 26, 32 et 37 pouces.

Plus connu sous la marque Panasonic, Matsushita concentrait jusqu'ici son effort sur la télévision à écran plasma. S'il fabrique ses propres écrans plasma, il dépend pour les écrans LCD de sources d'approvisionnement extérieures. Or il cherche à équilibrer sa stratégie en faveur de la télévision à écran LCD, qui représente aujourd'hui 84% du marché en volume de la télévision à écran plat. Pour cela, il tient à maîtriser la fabrication de ses écrans LCD, comme il le fait déjà pour les écrans plasma.

Pour sa part, Canon se prépare au passage dans les produits portables des écrans LCD actuels aux écrans organiques électroluminescents (OLED), plus minces, plus performants et plus sobres. Le numéro un mondial de la bureautique envisage cette transition en 2010 pour ses appareils photo numériques. Or Hitachi Displays ne se contente pas d'être spécialiste des écrans LCD de petit et moyen formats. Il fait aussi partie des acteurs majeurs dans le développement des écrans OLED au Japon. D'ailleurs Canon négocie avec Hitachi pour prendre le contrôle de cette filiale. Les manœuvres se poursuivent donc. De quoi redessiner le paysage industriel des écrans plats dans le monde.

Ridha Loukil

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Comment la technologie GaN révolutionne la conversion de puissance

Avis d'expert

Comment la technologie GaN révolutionne la conversion de puissance

Avec l’accroissement de la consommation d’électricité, lié notamment au numérique, la performance des[…]

Un transistor organique haute performance pour l’électronique imprimée

Fil d'Intelligence Technologique

Un transistor organique haute performance pour l’électronique imprimée

La réalité virtuelle immersive, un outil industriel qui se démocratise grâce au jeu vidéo Fortnite

La réalité virtuelle immersive, un outil industriel qui se démocratise grâce au jeu vidéo Fortnite

Un algorithme pour estimer les capacités d’une batterie lithium-ion en temps réel

Fil d'Intelligence Technologique

Un algorithme pour estimer les capacités d’une batterie lithium-ion en temps réel

Plus d'articles