Nous suivre Industrie Techno

N'ayez plus de doute sur la qualité du courant

Youssef Belgnaoui

Sujets relatifs :

,
- Grâce à de nouvelles normes, producteurs, distributeurs et consommateurs d'électricité disposent désormais des mêmes références. Reste à en faire bon usage.

Le marché français de l'électricité est ouvert depuis le 1er juillet. Enfin pas complètement, puisque le consommateur particulier ne pourra se passer du fournisseur national avant 2007. L'ouverture est toutefois significative. Les quelque 3 000 industriels, gros consommateurs d'énergie électrique, sont désormais rejoints par toutes les autres entreprises, quelle que soit leur taille. Professionnels, artisans, commerçants, TPE, PME peuvent aller faire leur marché électrique ailleurs que chez EDF. Ce qui représente environ 3,5 millions de sites. Les entreprises françaises peuvent donc changer de distributeur en toute liberté, et ce à tout moment, sans frais, sans risque de coupure et sans aucune différence de qualité de leur courant.

Critères d'acquisition et traitement de la mesure

La qualité n'en demeure pas moins une notion bien subjective. Il y a là comme un paradoxe, puisque la tension électrique est, quant à elle, mesurée - en principe - en toute objectivité. Les spécialistes européens de la question se sont donc penchés sur le problème et ont établi toute une batterie de paramètres caractérisant la qualité de la tension à fournir. Ils ont établi une norme.

« L'EN 50160 présente les différents types de perturbations de la tension en fonction de la forme d'onde, du niveau de la tension, de la fréquence et du déséquilibre du système triphasé. Elle définit les paramètres à surveiller ainsi que les différents seuils à ne pas dépasser », explique Marie-Aude Massin, chef de produits test et mesure chez Chauvin Arnoux. La tension fournie est donc considérée comme "bonne" si elle respecte les prescriptions de cette norme.Pour en juger, il faut bien entendu la mesurer et vérifier que toutes les valeurs caractéristiques respectent les limites imposées par la norme.

Mais en cas de litige, - et il y en a - à quelles valeurs se fier ? « Il faut savoir que, si l'on utilise deux appareils quelconques en parallèle pour analyser la tension, les résultats ne sont pas forcément identiques s'ils n'intègrent pas les mêmes procédures de mesure », observe Hervé Mougeot, responsable international des projets de système de qualité d'énergie chez Lem.

Les procédures à mettre en oeuvre sont d'autant plus importantes que la détermination de certains paramètres exige une définition précise des critères d'acquisition ainsi que de la manière dont doit être traitée la valeur mesurée. Prenons par exemple le "flicker", une variation rapide de la tension qui entraîne un scintillement de l'éclairage et un papillotement des écrans presque insensible à l'oeil mais qui peut, à la longue, conduire à une gêne voire à un malaise chez certaines personnes. « Pour le déterminer, il faut mettre en oeuvre une chaîne de traitement assez complexe. Car d'un côté, on dispose d'une mesure physique et, de l'autre, on constate une gêne physiologique », souligne Xavier Mamo, chef de groupe qualité de l'électricité à la division R&D chez EDF.

Pour comparer ce qui est comparable, une norme a donc été établie. Celle-ci, l'IEC 61000-4-30, spécifie les méthodes de mesure de tous les paramètres qui permettent de qualifier l'alimentation électrique.

Grâce à ces deux normes, les analyseurs de réseau électrique parlent donc le même langage et la qualité de la tension est évaluée à partir de données objectives et clairement définies. C'est une chance ! Car les fournisseurs d'énergie électrique, qui vont profiter de l'ouverture du marché, ne seront pas obligatoirement français. Ils parleront peut-être le français avec un accent belge, espagnol ou encore italien. Mais, en matière de qualité, les normes EN 50160 et IEC 61000-4-30 devront être leurs uniques références.

Reste que, si certaines entreprises s'apprêtent à profiter de la dérégulation du secteur électrique pour changer de fournisseur, elles auront toujours et malgré tout, indirectement, affaire à EDF.

En effet, le fournisseur historique continue d'assurer le transport et la distribution de l'électricité. Il doit donc surveiller en permanence son réseau afin de s'assurer qu'il ne s'y propage pas de perturbations. Exercice pour lequel son savoir-faire est reconnu. « Des analyseurs électriques sont placés en permanence en différents points du réseau. Ils nous permettent de vérifier nos engagements et, si ce n'est pas le cas, de disposer d'informations nous permettant de corriger les défauts », note Xavier Mamo d'EDF.

Contrôler son réseau interne

L'opérateur national continue à étoffer son réseau de surveillance en installant des analyseurs en des points stratégiques. « Il veut se protéger d'éventuelles plaintes de clients chez les nouveaux fournisseurs. En mesurant et en enregistrant en permanence les paramètres électriques au niveau des postes sources, il pourra prouver que la qualité de la tension était conforme jusqu'au point de livraison. Car il faut savoir que plus de 90 % des problèmes électriques que relèvent les clients ont pour origine l'autoperturbation », rapporte Jean-Marc Pailla de GP Technologie.

Les industriels, dont le process est sensible aux perturbations électriques, ont donc tout intérêt à surveiller leur réseau interne. Ces contrôles sont réalisés sur le terrain avec des appareils portables lors de campagnes de mesure ponctuelles pour identifier et corriger un dysfonctionnement. Des instruments fixes peuvent aussi être installés en permanence. « Ainsi, l'industriel dispose de toutes les informations relatives à son réseau. S'il y installe un nouvel équipement, il peut contrôler immédiatement si ces modifications ont un impact sur la qualité de la tension et prévenir les défaillances avant qu'elles ne surviennent », assure Bertrand Coudert, chef de marché EDF chez Enerdis.

LES ANALYSEURS BONS POUR LE SERVICE

- Le fameux Qualimètre, conçu sur mesure par Siemens pour EDF, est progressivement remplacé par des instruments plus performants de nouvelle génération. Pour profiter des évolutions techniques et maîtriser ses coûts sans être lié au même fournisseur, EDF a fait le choix d'appareils "sur étagères". Le français Alpes Technologie, avec l'Alptec 2000, et le suisse Lem, avec le Qwave, sont pour l'instant ses deux fournisseurs privilégiés. Mais, d'ici la fin de l'année, EDF lancera un nouvel appel d'offres. Chauvin Arnoux, qui dispose d'une offre en la matière, espère faire partie des heureux élus. Ce type d'analyseur trouve également toute sa place chez un industriel qui souhaite assurer la surveillance de son réseau électrique interne.

EDF RENFORCE SA SURVEILLANCE

- EDF est depuis longtemps très attentif à la qualité de l'énergie fournie. L'entreprise va même jusqu'à s'engager, sous contrat, auprès des industriels à leur fournir une énergie électrique répondant à des exigences qualitatives spécifiques. Installés aux points stratégiques du réseau, les analyseurs surveillent donc en permanence la tension. Les mesures sont ensuite télérelevées. Il y a deux ans, EDF a pris la décision de renforcer encore le contrôle de son réseau. D'ici dix ans, tous les postes sources devraient être équipés d'un système de surveillance interrogeable à distance. Ce qui représente au bas mot, 4 000 points de mesure !

RÉGLEMENTATION

Deux normes - L'EN 50160 définit la qualité de la tension Elle présente les différents types de perturbations de tension, les paramètres à surveiller et les limites à ne pas dépasser. - L'IEC 61000-4-30 définit les procédures de mesure Elle établit de quelles façons les analyseurs doivent mesurer et traiter les paramètres électriques à surveiller.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0861

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2004 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

50 % d'énergie en plus dans les supercondensateurs

50 % d'énergie en plus dans les supercondensateurs

Une meilleure connaissance des supercapacités et de nouveaux matériaux dopent ces petites "bombes" d'énergie.Le Cirimat (Centre interuniversitaire de[…]

01/11/2006 | ÉLECTRICITÉR & D
Eurocopter tricote ses gaines

Eurocopter tricote ses gaines

Et la lumière fut...

Et la lumière fut...

L'Euro 2004 sous surveillance

L'Euro 2004 sous surveillance

Plus d'articles