Nous suivre Industrie Techno

MSEE veut gérer le cycle de vie des services dans le secteur industriel

Jean-François Preveraud

Sujets relatifs :

, ,
MSEE veut gérer le cycle de vie des services dans le secteur industriel

Développer les outils pour le PLM des services

Le projet européen Manufacturing SErvice Ecosystem (MSEE) réunit pour trois ans un consortium d'une vingtaine d'entreprises et laboratoires européens qui vont travailler à la définition d’outils et de méthodes pour gérer le cycle de vie des services dans le secteur industriel.

Porté par une vingtaine d’entreprises et de laboratoires de recherches européens, le projet Manufacturing SErvice Ecosystem (MSEE) a démarré le 1er octobre 2011 pour une durée de 3 ans.

Il vise à définir des outils et des méthodes pour gérer le cycle de vie des services dans le secteur industriel. Il est né du constat qu’il n’existe aucune offre dans le domaine, alors même que les ventes de services, ainsi que les collaborations entre entreprises pour concevoir et délivrer ces services, sont en plein développement.

L’objectif du consortium est de transposer les concepts et les outils de la gestion du cycle de vie des produits (Product Lifecycle Management – PLM) aux services (Service Lifecycle Management – SLM), en vue améliorer la pertinence, les ventes et la rentabilité des services assurés par les entreprises industrielles et leur écosystème de partenaires.

Le projet MSEE dispose d’un budget global de 15 M€, dont 10 M€ sont financés par l'UE, et le reste est pris en charge par les organismes participants, sur leurs budgets de recherche respectifs.

Ce projet réunit un consortium d'une vingtaine d'entreprises et laboratoires européens, dont Hardis et l’IMS de l’Université de Bordeaux-Talence (33) pour la France.

Une boîte à outils Open Source

En collaboration avec TXT (Italie), DITF et SAP (Allemagne), Hardis va apporter sa contribution avec le développement d'une boîte à outils Open Source pour modéliser les services et mesurer les indicateurs clés de performance (KPI) de façon à pouvoir les optimiser en continu. Ces outils seront destinés à soutenir le projet de recherche et à être expérimentés par des sites pilotes.

Pour Hardis, le projet MSEE va nécessiter un investissement total de 880 k€, dont 450 k€ seront financés par l’Union Européenne. « Ce projet constitue une véritable opportunité pour nous : la veille technologique et la montée en compétences de nos collaborateurs assurées pendant le projet seront réutilisables sur d'autres activités de services du groupe Hardis. Tandis que la participation à un tel projet nous permet de nous ouvrir et d'être beaucoup plus visibles sur le marché européen », estime Zein Srour, Directeur Régional d'Hardis Ouest, antenne responsable de ce développement.

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus :
http://cordis.europa.eu/ & http://www.hardis.fr
 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

  « Les SATT vont jouer un rôle-clé dans la création des filières technologiques d’avenir », lance Caroline Dreyer, présidente du réseau

« Les SATT vont jouer un rôle-clé dans la création des filières technologiques d’avenir », lance Caroline Dreyer, présidente du réseau

Les mesures du plan de relance présentées début septembre font la part belle aux technologies d'avenir. Ce qui devrait[…]

22/09/2020 | Recherche
La médaille d'or du CNRS pour l’astrophysicienne Françoise Combes, spécialiste de la dynamique des galaxies

La médaille d'or du CNRS pour l’astrophysicienne Françoise Combes, spécialiste de la dynamique des galaxies

Lancement de la mission Mars 2020

Dossiers

Lancement de la mission Mars 2020

[Solar Orbiter] Les premières images du soleil dévoilées

[Solar Orbiter] Les premières images du soleil dévoilées

Plus d'articles