Nous suivre Industrie Techno

Moteurs thermiques : le diesel aussi propre que l’essence

Jean-François Preveraud

Sujets relatifs :

, ,
Moteurs thermiques : le diesel aussi propre que l’essence

Steve Ciatti qui dirige l'équipe de l’Argonne National Laboratory qui travaille sur le moteur diesel à essence.

© DR

En remplaçant le gas-oil par de l’essence et en adaptant l’injection d’un moteur diesel, les chercheurs de l’Argonne National Laboratory arrivent à rendre ce moteur aussi peu polluant qu’un moteur essence, tout en ayant une efficacité énergétique double.

Plus efficace que le moteur à essence, le moteur diesel est aussi beaucoup plus polluant, notamment en termes de particules solides et de Nox. C’est pourquoi, aux USA, une équipe de l’Argonne National Laboratory de l’U.S. Department of Energy, emmenée par Steve Ciatti, mène des recherches pour améliorer cette situation. Et les premiers résultats obtenus au banc dynamométrique semblent prometteurs.

Cette équipe cherche à diminuer les émissions nocives du moteur diesel tout en gardant son rendement aux alentours de 40 % et en améliorant son autonomie, sans ajouter de couteux traitements sur l’échappement.

Dans un moteur diesel, le carburant est directement injecté dans la chambre de combustion et s’auto-enflamme instantanément au contact de l’air comprimé et chaud contenu dans le cylindre. « C’est cette inflammation extrêmement rapide, déficitaire en oxygène, qui provoque une combustion incomplète rejetant des particules et des oxydes d’azote. Ce que nous voulons faire c’est combiner l’efficacité du diesel avec la propreté du moteur à essence », explique Steve Ciatti.

« L’idée est donc d’injecter directement et en plusieurs fois dans le cylindre du moteur diesel non plus du gas-oil mais de l’essence qui s’enflamme moins rapidement. Cela permet de mieux homogénéiser le mélange air combustible. Les performances énergétiques obtenues sont proches de celles des moteurs diesel, globalement double de celle des moteurs à essence, tout en ayant des émissions de particules solides et de Nox beaucoup plus faibles. Par contre, la puissance maximale du moteur est inférieure de 25 %par rapport à celle du moteur diesel ».

L’équipe de Steve Ciatti travaille maintenant à rendre le système plus prédictible et suffisamment fiable pour être implanté dans un véhicule commercialisé. L’Argonne National Laboratory travaille sur ce sujet avec General Motors.

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.anl.gov

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Eolien marin flottant, impression 3D et design, satellites... Les innovations qui (re)donnent le sourire

Eolien marin flottant, impression 3D et design, satellites... Les innovations qui (re)donnent le sourire

Pas encore en vacances ? Voici une petite sélection d’innovations qui pourraient vous aider à garder néanmoins le sourire.[…]

Mobilité hydrogène, Tchernobyl, prix Atos-Joseph Fourier… les meilleures innovations de la semaine

Mobilité hydrogène, Tchernobyl, prix Atos-Joseph Fourier… les meilleures innovations de la semaine

Le design génératif offre une cure de jouvence au minibus Volkswagen

Le design génératif offre une cure de jouvence au minibus Volkswagen

Mobilité hydrogène : Plastic Omnium ouvre deux centres de R&D en Belgique et en Chine

Mobilité hydrogène : Plastic Omnium ouvre deux centres de R&D en Belgique et en Chine

Plus d'articles