Nous suivre Industrie Techno

Moderna lance un essai clinique pour un vaccin à ARN messager contre le sida

Kevin Poireault

Sujets relatifs :

,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Moderna lance un essai clinique pour un vaccin à ARN messager contre le sida

La technologie à ARN messager qui a fait le succès des vaccins anti-Covid s'attaque au VIH.

© Marco Verch/Flickr

L’entreprise de biotechnologie américaine Moderna, à l’origine de l’un des trois vaccins contre le covid-19 qui utilise la technologie d’ARN messager, lance un essai clinique pour un candidat-vaccin contre le VIH, enregistré ce 19 août. C’est la première fois qu’un vaccin de ce type est testé pour lutter contre le sida.

Après le Covid-19, le sida. La technologie de vaccins à acide ribonucléique messager (ARNm) déployée par BioNTech (BNT162), CureVac (CvnCoV) et Moderna (mRNA-1273) contre le covid-19 va être utilisée pour lutter contre le VIH. ClinicalTrials, le site officiel dédié aux essais cliniques des National Institutes of Health (NIH) américains a enregistré le 11 août le lancement du tout premier essai clinique d’un vaccin à ARNm pour lutter contre le virus du sida.

Mené par Moderna, cet essai de phase 1, randomisé mais non en aveugle, concerne un échantillon de 56 personnes âgées de 18 à 50 ans non-infectées par le VIH et en bonne santé. Moderna entend, au bout d'environ 10 mois, pouvoir évaluer la sécurité de son candidat vaccin anti-VIH et à vérifier qu'il déclenche une réponse immunitaire – pas de démontrer son efficacité.

Des résultats encourageants

Moderna a prévu de tester deux versions de ce candidat-vaccin, mRNA-1644 et mRNA-1644v2-Core, auprès de quatre cohortes : deux recevront un mélange des deux versions, et deux autres recevront l'une ou l'autre. En avril dernier, l’entreprise américaine avait aussi évoqué travailler sur un autre candidat-vaccin contre le virus du sida, le mRNA-1574, rapporte Science Alert.

Pour qu’un vaccin anti-VIH soit efficace, la clé semble être de produire des anticorps neutralisants appelé « broadly neutralizing antibodies » (bNAbs). Un autre candidat-vaccin testé depuis février dernier par l'International AIDS Vaccine Initiative and Scripps Research utilise des composants de l'inoculation d'ARNm, mais le vaccin en lui-même n’est pas à ARNm. Un certain degré de réponse immunitaire a été observé, mais la protection contre l'infection par le VIH n'a pas été suffisamment importante.

Contrairement aux vaccins classiques, les vaccins à ARNm n’utilisent aucun agent infectieux mais l’injection d’un ARN messager synthétique transmis aux cellules du patient pour qu'elles produisent des fragments de protéines spécifiques qui se trouvent à la surface du virus cible afin de lutter contre le véritable virus dès qu’il infecte l’organisme. Moderna espère que cette technologie sera plus efficace à produire des bNabs.

 

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Covid-19 : l'INRAE et l'Université de Tours annoncent de premiers résultats positifs pour leur vaccin nasal universel

Covid-19 : l'INRAE et l'Université de Tours annoncent de premiers résultats positifs pour leur vaccin nasal universel

L'université de Tours et l'INRAE ont organisé une conférence de presse, jeudi 9 septembre, pour annoncer « des[…]

09/09/2021 | VaccinCovid-19
Dépistage du Covid-19 à l'école : quelle stratégie pour être efficace ?

Dépistage du Covid-19 à l'école : quelle stratégie pour être efficace ?

[Covid-19] Ces pays qui se mobilisent pour lutter contre la contamination par aérosol dans les écoles

[Covid-19] Ces pays qui se mobilisent pour lutter contre la contamination par aérosol dans les écoles

Aération, capteurs de CO2, purificateurs : pourquoi ils sont essentiels pour limiter les contaminations au Covid-19 à l'école

Aération, capteurs de CO2, purificateurs : pourquoi ils sont essentiels pour limiter les contaminations au Covid-19 à l'école

Plus d'articles