Nous suivre Industrie Techno

Modeleur 3D : il transforme les croquis en maquette

ANA LUTZKY redaction@industrie-technologies.com

Sujets relatifs :

,
Son métier, c'est le volume. Autrefois sur de l'argile ou du bois, aujourd'hui sur son ordinateur, il traduit dans l'espace les croquis d'un designer.

LE CONSEIL DU PRO

« La sculpture et le travail à la main ont été essentiels dans ma formation. Cette notion de la forme, que j'ai incorporée, me permet de mieux comprendre aujourd'hui ce que je modélise sur un logiciel numérique 3D. Mon objet est plus rapidement adapté à son usage. Il est moins sujet à la casse lors de la phase de tests par exemple. »

SA MISSION

Sous ses doigts, le dessin d'un objet est transcrit en prototype fonctionnel sur un logiciel 3D.

Dans la chaîne de conception et de fabrication d'un produit, il se situe en aval du designer, et en amont de l'ingénieur. Le dialogue avec ces deux interlocuteurs est permanent. Avec le designer, il travaille le style de l'objet, grâce à l'aperçu concret de la 3D. Avec l'ingénieur, il réajuste le produit aux contraintes techniques.

Son rôle peut parfois se limiter à la modélisation de plans très précis, l'objet étant ensuite fraisé par une machine à laquelle est soumis le fichier numérique. Mais lorsque les dessins sont plus abstraits, le modeleur dispose d'une grande part d'interprétation et de créativité. Un même dessin donne alors des volumes différents selon la sensibilité de chaque modeleur.

ET LE SALAIRE DANS TOUT ÇÀ ?

Depuis deux ans, la profession observe un certain gel des salaires du fait de la concurrence du modelage numérique en Asie ou en Europe de l'Est. Comptez 1 100 euros nets par mois pour un premier job, pour atteindre 2 000 euros nets par mois après trois ans d'activité. Un indépendant débutant peut facturer 25 à 30 euros de l'heure.

Le modeleur 3D

QUELLES COMPÉTENCES ?

De l'oeil et du toucher. À vous les astuces ergonomiques pour que la cafetière, le fer à repasser ou la lampe conçus sur les planches du designer soient instinctivement maniables. Un goût certain de la forme, de l'esthétique et de la cohérence d'un produit sont de mise.

Une capacité d'écoute, pour interpréter des souhaits, des photos, des plans qui vous sont soumis. Une grande rigueur pour traduire ces derniers en objets réalisables.

Le sens du travail en équipe : situé entre le bureau d'études et la production, le modeleur doit satisfaire les deux mondes, sans se faire écraser.

Une appétence pour la technique. À l'écoute des ingénieurs, il peut être force de proposition et pousser ces derniers à être plus inventifs afin d'adapter les possibilités physiques à la forme souhaitée.

QUELLES FORMATIONS ?

Des BTS existent, mais le plus souvent, les modeleurs sortent d'écoles de niveau bac +4. L'ISD Valenciennes, plus industrielle, l'ENSCI, l'école publiquede design de Nantes, très multidisciplinaire, figurent parmi les plus prisées avec 20 à 30 diplômés par an.

Outre les cours d'image de synthèse et d'infographie, le gros de la formation consistera à vous familiariser avec les logiciels de modélisation 3D tels que Alias, Catia ou Solidworks.

Strate Collège, l'école de design industriel de Sèvres, allie aux cours de modélisation des cours de sculpture et de dessin, essentiels pour appréhender le volume. L'enseignement est complété par des cours de méthodes de communication et de sémiologie, afin de pouvoir dialoguer avec les autres corps de métier sur son savoir-faire. Les places sont chères : le cursus ne compte que 7 ou 8 diplômés par an.

OÙ EXERCER SES TALENTS ?

Autrefois royale, la voie du design automobile laisse aujourd'hui la place aux entreprises de produits les plus divers en termes de débouchés.

Si PSA et Renault disposent de leurs propres équipes de modeleurs, le studio D3 ou le cabinet Pyramis sont des sous-traitants reconnus du secteur automobile. L'industrie aéronautique constitue également un vivier naturel pour les modeleurs 3D. Plus exotique, l'agence de nautisme Van Peteghem Lauriot Prévost travaille au design et modelage de yacht.

Côté PME, les ateliers Daum se spécialisent dans le cristal et le luxe. Les Ateliers Stéphane Gérard réalisent quant à eux des maquettes en atelier pour Louis Vuitton ou Kenzo. EuroModel réalise également beaucoup de maquettes pour les PME, et Style & Design balaie large, de la grande distribution au luxe.

D'autres se spécialisent dans le flaconnage et le packaging, une problématique importante dans l'industrie.

ET APRÈS ?

Si votre sensibilité vous porte du côté de la conception, passer du métier de modeleur à celui de designer est une possibilité.

La vie d'artiste vous tente ? Plusieurs sculpteurs ont débuté leur carrière par une formation de modeleur.

Les métiers de la communication peuvent vous convenir si vous êtes un bon infographiste.

Enfin, une fois un bon carnet d'adresses constitué, travailler en freelance de manière transversale permet de varier les plaisirs.

En savoir plus ?

Des lampes modélisées avec des algorithmes, pour avoir un aperçu de la complexité extrême d'une forme modélisée sur ordinateur :http://tinyurl.com/29s259d

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0924

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2010 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Ingénieur d'affaires : au plus près des besoins du client

Ingénieur d'affaires : au plus près des besoins du client

Un sens aiguisé des affaires et un solide bagage technique. L'ingénieur chargé d'affaires joue de sa double compétence pour apporter une solution[…]

01/02/2012 |
Ingénieur d'études : une imagination contrôlée

Ingénieur d'études : une imagination contrôlée

Ingénieur agronome : il récolte les fruits de la technique

Ingénieur agronome : il récolte les fruits de la technique

L'ingénieur automaticien : il asservit la machine

L'ingénieur automaticien : il asservit la machine

Plus d'articles