Nous suivre Industrie Techno

Mobilité hydrogène : Zoom sur le partenariat entre Renault et PlugPower sur les utilitaires légers

Aline Nippert
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Mobilité hydrogène : Zoom sur le partenariat entre Renault et PlugPower sur les utilitaires légers

La Renault Master va évoluer vers une version hydrogène dans le cadre de la co-entreprise Renault-PlugPower. Une flotte pilote sera déployée cette année.

© Renault

Zoom sur le partenariat annoncé le 12 janvier entre Renault et l'américain PlugPower sur les véhicules utilitaires légers à hydrogène. Philippe Prével, en charge des projets de « carburants alternatifs » et Andy Marsh, PDG de PlugPower détaillent pour Industrie & Technologies leur future offre clefs en mains, de l'approvisionnement en hydrogène en passant par la maintenance des véhicules et stations de recharge.

Hydrogène all inclusive ? Le groupe Renault et Plug Power, spécialiste américain des piles à combustibles, ont annoncé le 12 janvier la création d’une co-entreprise (à 50/50), qui devrait se concrétiser d’ici cet été. Les partenaires franco-américains affichent l’ambition de conquérir « plus de 30 % » des parts du marché européen des véhicules utilitaires légers à hydrogène.

Si les partenaires « travaillent sur des études de marchés » pour éventuellement se diversifier dans les années qui viennent, les véhicules utilitaires des flottes captives sont particulièrement adaptés à l'hydrogène : « Le fourgon à hydrogène devra être ravitaillé chaque jour. La tournée-du-laitier est la meilleure option pour la mobilité hydrogène : le véhicule commercial quitte l’entreprise le matin et revient au même endroit le soir, on peut donc y placer une station », précise M. Prével.

Les premières flottes pilotes, attendues courant 2021, concerneront le fourgon de type Master (3,5 tonnes de PTAC). « La décision n’est pas encore arrêtée concernant le véhicule utilitaire Trafic », précise Philippe Prével, en charge des projets de « carburants alternatifs » au sein du groupe Renault. Une chose est néanmoins sûre : la Kangoo ZE hydrogen (utilitaire Renault de moins de 3,5 tonnes), développée en partenariat avec Symbio, la co-entreprise française de Michelin et Faurecia spécialiste des piles à hydrogène, n’est plus la priorité du groupe.

Vers une offre clefs en main, de l'approvisionnement en hydrogène à la maintenance du véhicule

« Les ventes de nos véhicules à hydrogène étaient limitées par manque d’infrastructures de ravitaillement, explique Philippe Prével. Nous nous sommes rendu compte que l’approvisionnement en hydrogène est un enjeu clef ! Or, avec la société Symbio, ce n’était pas possible de répondre à ce besoin dès la phase de lancement », justifie-t-il.

Le constructeur français souhaite aller au-delà de la vente de véhicules. « Nous souhaitons proposer, clefs en mains, tout ce dont le client a besoin lorsqu’il achète une voiture à hydrogène : les stations de recharge, l’approvisionnement en hydrogène, toute la maintenance, etc, développe M. Prével. Notre mission est de proposer une gamme complète de services, adaptée aux besoins de la clientèle. »

Combinaison d'expertises

Avec quels atouts l’américain PlugPower a-t-il conquis le géant Renault pour co-construire cet écosystème ? « Nous sommes pionniers dans l’industrie des piles à combustibles ! Nous avons déployé plus de 110 stations de recharge aux Etats-Unis, produit plus de 40 000 systèmes de piles à combustible, en premier lieu pour les chariots élévateurs, puis pour d’autres engins mobiles. Nous distribuons ainsi approximativement 40 tonnes d’hydrogène par jour, aux quatre coins des Etats-Unis », s’enthousiasme Andy Marsh, PDG de PlugPower. « Nous allons combiner nos savoir-faire. Tandis que PlugPower apportera son expertise sur la durabilité des piles à combustible, nous saurons identifier les types de contraintes que devra supporter la pile dans un véhicule », renchérit le responsable de Renault.

Ainsi, la pile à combustible développé grâce à l’expérience de PlugPower n’aurait pas besoin d’être remplacé pendant toute la durée de vie du véhicule : « Pour un utilitaire, la vitesse moyenne est estimée entre 30 et 40 km/h, ce qui correspond à une durée de vie de 300 à 500 000 km. D’après nos informations, et qui seront complétées pendant la phase de développement, la durée de vie de la pile devrait suffire », lance M. Prével, confiant.

Compression à 350 puis 700 bars avant de passer à la forme liquide

Si la collaboration ne fait que commencer, les deux partenaires sont en mesure de détailler certains aspects technologiques de la phase pilote. « Au départ, nous allons certainement opter pour une distribution d’hydrogène comprimé à haute pression. Pour des utilitaires, les modes de stockage à bord supportent en général une pression de 350 bars, mais je pense que nous allons rapidement passer à 700 bars », prévoit Andy Marsh. Concernant les stations elles-mêmes, nous allons également commencer avec du gaz comprimé. Mais je pense que l’hydrogène sous la forme liquide sera de plus en plus courant à l’avenir, en Europe, car elle offre le meilleur rapport quantité stockée/volume. »

De l'hydrogène gris-vert avant d'être vert

Quid des fournisseurs d’hydrogène ? « Nous avons besoin de sites de productions locaux, probablement en France ou à proximité », affirme le responsable de Renault. « Même si nous visons l’hydrogène issu des énergies renouvelables, nous allons sans doute opter pour un mix de différents types d’hydrogène pendant une phase de transition », admet le PDG américain. Dans un premier temps, l’hydrogène des stations Renault-PlugPower sera à la fois obtenu à base de gaz naturel ou de charbon (hydrogène gris) et par électrolyse de l’eau (hydrogène vert). « C’est quelque chose qui changera année après année », renchérit Philippe Prével.

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Qui est la jeune société finlandaise Terrafame qui fournira à Renault le nickel des batteries électriques ?

Qui est la jeune société finlandaise Terrafame qui fournira à Renault le nickel des batteries électriques ?

Le constructeur automobile Renault et l'entreprise minière finlandaise Terrafame ont annoncé avoir scellé, le 8 octobre, un[…]

Des millions de modèles de machine learning pour accélérer le contrôle qualité chez Volkswagen

Des millions de modèles de machine learning pour accélérer le contrôle qualité chez Volkswagen

Pourquoi Tesla s'est positionné comme une entreprise de robotique lors de son AI Day

Pourquoi Tesla s'est positionné comme une entreprise de robotique lors de son AI Day

La stratégie électrique de Renault en trois points technos clefs

La stratégie électrique de Renault en trois points technos clefs

Plus d'articles