Nous suivre Industrie Techno

MIT : un virus décompose l'eau pour produire de l'hydrogène

MIT : un virus décompose l'eau pour produire de l'hydrogène

Angela Belcher, professeur de sciences des matériaux et de biotechnologies au MIT, qui a dirigé l’équipe de recherche.

© Dominick Reuter

Les chercheurs du MIT développe un procédé biologique imitant la photosynthèse. Leur technique repose sur l'utilisation d'un virus pour décomposer les molécules d'eau. A la clé, la production d'hydrogène directement à partir de l'énergie solaire.

Les chercheurs du MIT ont peut-être trouver le moyen de stocker l'énergie solaire. Ils ont, en tout cas, identifié un virus, appelé M13, pour décomposer les molécules d'eau. M13 joue le rôle de liant entre un pigment (porphyrine de zinc) et un catalyseur (oxyde d'iridium). Le pigment capte l'énergie solaire, transmise par le virus jusqu'au catalyseur.

Moins cher et moins rare

Pour prolonger l'efficacité du procédé dans le temps, les chercheurs ont encapsulé le virus dans un microgel. Grâce au catalyseur, les molécules d'eau sont décomposées. Pour l'instant, la réaction conduit à la seule production d'oxygène. L'hydrogène se retrouve en effet sous forme de protons et d'électrons.

Les chercheurs développent désormais la deuxième partie du procédé pour les recomposer en atomes et molécules d'hydrogène. Ils tenteront aussi de trouver un autre candidat comme catalyseur, moins cher et moins rare que l'iridium.

Thomas Blosseville

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Pour bien commencer la semaine, la course effrénée vers un vaccin contre le Covid-19

Pour bien commencer la semaine, la course effrénée vers un vaccin contre le Covid-19

De gros moyens, des délais raccourcis, un large éventail de technologies mises en œuvre, plusieurs essais cliniques en[…]

Avec son éolienne offshore de 14 MW, Siemens Gamesa veut détrôner l’Haliade-X de General Electric

Avec son éolienne offshore de 14 MW, Siemens Gamesa veut détrôner l’Haliade-X de General Electric

Dissocier un mélange d'hydrogène et de gaz naturel : GRTgaz va tester la séparation membranaire en Allemagne

Dissocier un mélange d'hydrogène et de gaz naturel : GRTgaz va tester la séparation membranaire en Allemagne

Un procédé montre le potentiel des MXenes pour les batteries à forte puissance

Un procédé montre le potentiel des MXenes pour les batteries à forte puissance

Plus d'articles