Nous suivre Industrie Techno

Mise en orbite réussie pour deux nouveaux satellites de Galiléo

Mise en orbite réussie pour deux nouveaux satellites de Galiléo

Les satellites 7 et 8 de la constellation Galiléo ont été mis en orbite vendredi 27 mars. Ils ont redonné un nouvel élan au projet, freiné par l’échec du mois d’août, qui s’était soldé par la perte de deux satellites.

Huit satellites sont désormais en orbite, après le succès de vendredi 27 mars, pour une constellation qui atteindra à terme 30 satellites. Ils doivent permettre à l’Europe de se doter de son propre système mondial de navigation par satellite, et de concurrencer ainsi le GPS (Global Positioning System) américain. Cinq heures après le décollage du lanceur russe Soyouz, les satellites s’en sont séparés puis se sont placés sur leur orbite.

La nouvelle rassure, après l’échec du 22 août 2014, lors duquel deux satellites de la constellation s’étaient perdus dans l’espace, retardant ainsi la mise en place définitive de la constellation pour cette année. Désormais, deux satellites seront placés tous les trois mois. Galiléo devrait entrer en service en 2016, lorsque la constellation comptera 18 satellites.

Galileo est destiné à être le seul système de positionnement par satellites au monde entièrement géré par des civils. Si la Commission européenne en est le pilote, c’est l’Agence européenne de l’espace (ESA) qui en assure la maîtrise d’œuvre.

Pour en savoir plus : http://www.esa.int/

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Innover contre le virus] Le supercalcul à l’assaut du Covid-19

[Innover contre le virus] Le supercalcul à l’assaut du Covid-19

Pendant l'été, Industrie & Technologies revient sur plusieurs mois de mobilisation des industriels et des chercheurs pour faire[…]

Hydrogène vert, souveraineté du cloud et Lab Robotique, le best of de la semaine

Hydrogène vert, souveraineté du cloud et Lab Robotique, le best of de la semaine

« Que Bpifrance choisisse AWS quand le président de la République réclame la souveraineté numérique, ce n'est pas acceptable ! », assène Frans Imbert Vier (Ubcom)

« Que Bpifrance choisisse AWS quand le président de la République réclame la souveraineté numérique, ce n'est pas acceptable ! », assène Frans Imbert Vier (Ubcom)

Michel Morvan, président de Cosmo Tech : l'amoureux de la complexité

Interview

Michel Morvan, président de Cosmo Tech : l'amoureux de la complexité

Plus d'articles