Nous suivre Industrie Techno

Miras : une plate-forme de guidage robotisé pour traiter le cancer de la prostate

Séverine Fontaine

Sujets relatifs :

, ,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Miras : une plate-forme de guidage robotisé pour traiter le cancer de la prostate

Endocontrol est spécialisée dans l’assistance robotique à la chirurgie endoscopique (ici ViKY EP, un positionneur d'endoscope motorisé).

© Endocontrol

Deux sociétés grenobloises mettent en commun leur expertise en imagerie et robotique pour réaliser une plate-forme de guidage robotisé pour le traitement du cancer de la prostate. L’objectif : traiter de manière fiable ce cancer sans réaliser de grosse opération.

Miras – pour Multi-Image & Robot Assisted Surgery - est un projet R&D qui consiste à réaliser une plate-forme de guidage des interventions chirurgicales du cancer de la prostate. Le projet est né d’une collaboration entre les deux sociétés grenobloises Koelis, qui conçoit des dispositifs de navigation chirurgicale en urologie, et Endocontrol, spécialisée dans l’assistance robotique à la chirurgie endoscopique.

La plate-forme associera une technologie de navigation chirurgicale à la fusion en temps-réel d’images 3D (IRM et échographie) et des systèmes asservis de robotique légère. Difficile pour le moment, de visualiser la plate-forme, puisque le projet R&D n’en est qu’à ses premières esquisses. Clément Vidal, directeur d’Endocontrol, évoque une robotique bien plus légère que celle du robot chirurgical Da Vinci. Surtout que l’objectif de cette plate-forme est « de toujours laisser un accès au patient ainsi qu’une possibilité pour le chirurgien de reprendre la main sur l’appareil à tout moment ».

En vidéo, les techniques d'imagerie de Koelis :

« Nous sommes au début d’un programme de recherche », explique Clément Vidal, qui a pourtant quelques idées sur la question. « Deux interactions entre le chirurgien et la plate-forme sont possibles : la co-manipulation et le téléguidage. Et ces deux options sont envisagées ». En effet, les deux sociétés embrassent toutes les possibilités de développement, notamment en se basant sur l’avis d’experts de différents établissements : le CHU de Grenoble et les hôpitaux parisiens de la Pitié-Salpêtrière et Cochin.

La fusion de deux technos : imagerie et robotique

La plate-forme assistera le praticien dans l’évaluation de la géographie du cancer et dans le guidage de ses gestes grâce à la surveillance active et au traitement focal. En d’autres termes, elle permettra de traiter le cancer de la prostate sans réaliser d'opération trop invasive. « Lorsque la plate-forme pointera sur l’image une vision suspicieuse, le bras pourra aller – soit seul, soit avec le chirurgien – vers le point suspicieux. Et ainsi pourra réaliser une ponction ou faire une biopsie à cet endroit précis ». Pour ce faire, l’opération consistera à amener à un endroit précis une aiguille de traitement, qu’elle soit de cryothérapie, de radiofréquence ou autre : « a priori, les aiguilles seront adaptables selon les cliniques. Elles seront standardisées », précise Clément Vidal.

Mais la difficulté avec la prostate lors d’un examen, c’est qu’elle se déforme. « La plate-forme permettrait de guider le chirurgien à l’endroit même où il faut ponctionner, tout en connaissant la déformation en temps réel ». Ce qui permettrait de détecter le cancer et de le traiter plutôt que de procéder à l'ablation de l'organe, posant ensuite chez le patient des problèmes d’érection ou d’incontinence.

Le projet de 3 ans a été doté via le Fonds unique interministériel (FUI) de 4,4 millions d’euros.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Trois projets de l’IRT SystemX pour optimiser la fabrication additive

Trois projets de l’IRT SystemX pour optimiser la fabrication additive

Lors d'un webinaire organisé le 25 novembre, l'IRT SystemX a présenté plusieurs projets menés avec des partenaires[…]

Thermoformeuses et ensacheuses font passer les emballages au vert

Thermoformeuses et ensacheuses font passer les emballages au vert

L’usinage 4.0, un défi technique qui reste à relever

L’usinage 4.0, un défi technique qui reste à relever

FormNext 2020: « Une édition a minima, qui recentre la fabrication additive sur des applications clés  », selon Jean-Daniel Penot, de France Additive.

FormNext 2020: « Une édition a minima, qui recentre la fabrication additive sur des applications clés », selon Jean-Daniel Penot, de France Additive.

Plus d'articles