Nous suivre Industrie Techno

Microsoft veut démocratiser le calcul haute performance

Antoine Cappelle
Microsoft veut démocratiser le calcul haute performance

Windows HPC serveur permet de visualiser en direct le fonctionnement du réseau de calcul.

© Microsoft

La puissance de calcul est devenue un élément important de compétitivité pour les entreprises. Une opportunité pour Microsoft, qui développe des solutions pour simplifier l’installation et la gestion d’infrastructures de calcul haute performance.

Peut-on avoir accès au calcul haute performance (HPC - High Performance Computing) quand on est une entreprise qui n’a pas les moyens ou les compétences pour acheter et gérer les infrastructures nécessaires ? La simulation et la modélisation numérique s’est largement répandue, faisant de la puissance de calcul un critère de compétitivité dans de nombreux secteurs. Un marché sur lequel Microsoft se positionne grâce à son logiciel HPC Server, dont la nouvelle version HPC Server 2008 R2 est disponible depuis septembre. 

Construire un réseau capable de gérer le HPC nécessite généralement d’avoir des compétences sous Linux, ainsi qu’en programmation parallèle, pour exécuter des programmes sur plusieurs processeurs simultanément. Pour une entreprise, cela peut impliquer d’avoir une équipe dédiée, et d’investir dans des Clusters, des groupes d’ordinateurs reliés entre eux pour cette fonction. Une solution pas toujours rentable, par exemple si le système n’a vocation à être utilisé que ponctuellement. 

C’est pourquoi Microsoft veut jouer la carte de la simplicité et de l’adaptabilité. Le logiciel HPC Server propose une interface nécessitant de ne maitriser que le .Net pour mettre au point des programmes adaptés au calcul parallèle. Il sert également à contrôler le réseau en temps réel : la nouvelle version peut gérer des Custers quatre fois plus gros que la précédente. 

Du HPC à base d'ordinateurs de bureaux

Pour qui ne dispose pas d’un Cluster, cette version offre la possibilité d’utiliser un réseau d’ordinateurs de bureaux pour du HPC. « On trouve toujours des ordinateurs inactifs », constate Jeff Wierer, directeur de Windows High Performance Computing. « Le logiciel permet de gérer simplement la disponibilité des postes : pendant la nuit ou les week-ends, ou de s’assurer qu’aucun utilisateur ne les utilise ». Microsoft HPC server peut aussi répartir les tâches entre les ordinateurs, afin qu’un travail ne soit pas perdu en cas de défaillance d’une machine. 

Et si ponctuellement une puissance de calcul plus importante est nécessaire, le Cloud Computing peut apporter une solution complémentaire. A partir de novembre, la plate-forme Windows Azure se mettra au service du HPC : de la puissance de calcul disponible sur demande. 

« A l’avenir, nous comptons sortir de nouvelles mises à jour tous les six mois », explique Jeff Wierer. Microsoft continuera de se focaliser sur la démocratisation du HPC, dans la lignée de la stratégie annoncée par Bill Gates en 2005.

Antoine Cappelle


 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

#BuildforCOVID19 : l’OMS lance un hackathon express en ligne pour lutter contre la pandémie

#BuildforCOVID19 : l’OMS lance un hackathon express en ligne pour lutter contre la pandémie

Un hackathon en ligne d’à peine cinq jours. C’est le format qu’a choisi l’Organisation mondiale de la santé pour[…]

Pour bien commencer la semaine : La 5G et l'IA stimulent les dépôts de brevets européens

Pour bien commencer la semaine : La 5G et l'IA stimulent les dépôts de brevets européens

Supercalculateur, train à hydrogène et centrale à électrolyse…. Les meilleures innovations de la semaine

Supercalculateur, train à hydrogène et centrale à électrolyse…. Les meilleures innovations de la semaine

Passerelles IIoT, les médiatrices de l'usine 4.0

Passerelles IIoT, les médiatrices de l'usine 4.0

Plus d'articles