Nous suivre Industrie Techno

Lu sur le web

Microsoft prêt à s’offrir l’intelligence artificielle de SwiftKey pour 250 millions de dollars

Microsoft prêt à s’offrir l’intelligence artificielle de SwiftKey pour 250 millions de dollars

© SwiftKey

Basée à Londres, la start-up SwiftKey a développé un moteur d'intelligence artificielle pour perfectionner son clavier virtuel prédictif. Microsoft pourrait utiliser cette technologie pour de nombreuses autres applications. 

Selon les informations du Financial Times, Microsoft s’apprêterait à mettre la main sur la start-up londonienne SwiftKey pour environ 250 millions de dollars (229 millions d'euros). La firme de Redmond devrait officialiser l’opération dans les heures à venir.

Fondée en 2008, SwiftKey est à l’origine d’un clavier virtuel disponible depuis 2010 sur Android et depuis 2014 sur le système d’exploitation mobile d’Apple. Le clavier virtuel prédictif serait actuellement installé sur plus de 300 millions d’appareils dans le monde. Mais pourquoi Microsoft débourserait une telle somme pour une application de clavier ? Certainement pour améliorer l'expérience utilisateur proposée sur ses smartphones. Toutefois, selon le quotidien économique, le géant de la high tech serait, en réalité, bien plus intéressé par les recherches en intelligence artificielle (AI) menées par la jeune pousse. SwiftKey a, en effet, mis au point un nouveau clavier pour Android qui s’appuie sur des réseaux de neurones et non sur des algorithmes classiques pour suggérer les mots suivants. Swiftkey assure que sa technologie serait capable d’apprendre des mots en argot, des surnoms et même les Emojis préférés des utilisateurs.

Grâce à cette acquisition, Microsoft pourrait utiliser le moteur d’intelligence artificielle de SwiftKey pour de nombreux autres cas d’usage. La firme de Redmond pourrait, par exemple, s’en servir pour améliorer son assistant personnel Cortana. Par ailleurs, l’opération permettrait à Microsoft d’étoffer son équipe spécialisée en intelligence artificielle, en la complétant notamment par deux pointures du domaine. En effet,  le travail des fondateurs de la jeune pousse, Ben Medlock et Jon Reynolds, est particulièrement reconnu par les spécialistes de l’AI. Le tandem est notamment à l’origine du système de communication de l’ordinateur qu’embarque le fauteuil roulant du professeur Stephen Hawking. Le dispositif permet à l’astrophysicien de participer à des conférences et d’écrire des articles.

Selon des sources proches du dossier, les 150 collaborateurs de la start-up, répartis à Londres, San Francisco et Séoul, devraient rejoindre Microsoft Research et travailler sous la houlette d’Harry Shum. 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

DeepCubeA, l'algorithme champion de Rubik’s Cube

DeepCubeA, l'algorithme champion de Rubik’s Cube

Publiés le 15 juillet dans la revue Nature Machine Intelligence, les travaux d’une équipe de l’Université de[…]

Mobilité hydrogène, Tchernobyl, prix Atos-Joseph Fourier… les meilleures innovations de la semaine

Mobilité hydrogène, Tchernobyl, prix Atos-Joseph Fourier… les meilleures innovations de la semaine

Simulation et IA, découvrez les quatre lauréats du prix Atos-Joseph Fourier 2019

Simulation et IA, découvrez les quatre lauréats du prix Atos-Joseph Fourier 2019

Radiall et le CEA-Leti s'allient pour développer les futures antennes 5G

Radiall et le CEA-Leti s'allient pour développer les futures antennes 5G

Plus d'articles