Nous suivre Industrie Techno

Microcar fait ses emplettes sur le Net

Thierry Mahé

Sujets relatifs :

,
Microcar fait ses emplettes sur le Net

Dotée de batteries Lithium-ion pour une autonomie de 120 km, la Zenn, fera prochainement son entrée sur le marché américain, via Feel Good Cars à Toronto (Canada).

© D.R.

Le constructeur de voiturettes va rapidement réaliser 80 % de ses achats sur le Net, via le logiciel Sourcing Parts. Les bénéfices sont au rendez-vous.

Microcar, l'un des leaders européens de la voiture sans permis, achève la restructuration de sa politique d'achats sur une plate-forme du Net. Projet rondement mené puisque cette gestion de la relation fournisseurs (avec le produit Sourcing Parts), lancée en janvier 2006, trouve sa vitesse de croisière.

L'usine de Microcar (groupe Bénéteau, sise à Boufféré, en Vendée) regroupe le bureau d'études et l'atelier d'assemblage où 84 personnes travaillent en ligne. Microcar procède essentiellement au montage final du véhicule, et donc achète des produits techniques - ici, peu ou pas de transformation de matière première, type cataphorèse ou emboutissage. Aussi, l'impact des achats sur le prix de revient du véhicule atteint des sommets : 91 %, contre typiquement 80 % dans l'automobile grand public. Cette prégnance des achats se retrouve au plan humain, puisque Pascale Le Berre, en poste depuis 2001, travaillait auparavant au service achats de Brandt, et que Philippe Thill, DGA de Microcar, dirigeait les achats de Matra Automobile.

Le principe de la plate-forme d'appel d'offres et d'approvisionnement tient en un mot : mutualiser. Les groupes acheteurs paient pour avoir accès au service ASP (Application Service Provider : accessible en ligne sans qu'aucun logiciel ne tourne en local) de Sourcing Parts. Chacun est incité à faire s'inscrire ses propres fournisseurs, et bénéficie en retour de l'accès aux fiches de l'ensemble des fournisseurs inscrits. Pour ces derniers, c'est gratuit lorsqu'ils sont "parrainés". En outre, 20 % des fournisseurs en base - ils ont dû s'acquitter de l'ASP - viennent spontanément. Bien sûr, côté acheteurs, l'intérêt est d'élargir leur panel de consultation. Intérêt aussi pour les fournisseurs qui accroissent leur visibilité auprès d'une population d'acheteurs cohérente : l'entreprise suisse Sourcing Parts s'est en effet volontairement dédiée à l'industrie manufacturière.

Ces plates-formes d'achats soudent le dernier chaînon de la chaîne logistique étendue, puisque les fournisseurs, qui généralement ne "rentrent" pas dans les systèmes de gestion intégrés de l'entreprise (ERP), trouvent ici un moyen d'être en phase avec le système d'information de leur client.

Évidemment, cet outil impose une démarche structurée, puisqu'il bannit les traditionnels fax, mails et autres appels téléphoniques. Ainsi, les fournisseurs sont assujettis au respect d'une grille de réponses très précise aux appels d'offres. Sinon, leur réponse n'est tout simplement pas recevable ! Ils sont aussi tenus à un timing précis : leur réponse peut être exigible en quinze jours, une relance étant automatiquement expédiée cinq jours avant l'expiration de l'appel d'offres.

60 % de ses fournisseurs déjà inscrits

« Nous avons créé une dizaine de grilles, selon les métiers, précise Pascale Le Berre. Nous pouvons, par exemple, exiger une décomposition du coût (matière première, transformation, main d'oeuvre, etc.), afin de comparer les propositions et éventuellement orienter un fournisseur vers une solution mieux adaptée. »

Première bonne surprise pour Microcar, la règle du jeu a été rapidement respectée. En interne, d'abord, où Pascale Le Berre se félicite de l'adhésion très rapide de son équipe d'acheteurs (trois personnes). Et surtout de celle des fournisseurs réguliers du constructeur. Déjà 60 % d'entre eux (ils sont 120) se sont inscrits sur le site d'achats en ligne, et respectent les procédures.

« Mieux, une part croissante de nos fournisseurs devance la relance ! », souligne la directrice achats. Ainsi, depuis janvier, quelque 2,7 millions d'euros d'achats ont été réalisés, couvrant une centaine de références. Pascale Le Berre ajoute : « À court terme, 80 % des appels d'offres seront traités avec cet outil. » Tout ceci en un temps très court puisque l'accord de la direction du groupe pour cet ASP est tombé en septembre 2005.

Pascale Le Berre explique : « La règle est d'avoir trois fournisseurs par équipement : un actif et deux challengers. » C'est la concurrence, pas la foire d'empoigne... « Il est vrai, reconnaît la directrice des achats, que tous les industriels ne se précipitent pas pour fournir quelques milliers de pièces par an... C'est souvent à nous de séduire l'industriel. »

Gain de production et bénéfice qualitatif

On le voit, la place de marché selon Microcar est assez loin des méthodes brutales propres aux achats de "commodités". Dont les fameuses enchères inversées. Paul de La Rochefoucault, dirigeant de Sourcing Parts, se montre d'ailleurs assez critique avec cette procédure, rigide et parfois perverse : « Une réponse anormalement moins-disante peut décourager tout le monde, et stopper le mécanisme d'adaptation du prix. » De surcroît, en matière d'équipements, l'avantage du coût est souvent pondéré par l'appréciation d'un délai, d'un mode de fabrication.

Les bénéfices sont au rendez-vous. Les responsables de Sourcing Parts avancent que le coût de la location du logiciel en ASP est effacé au-delà d'un bénéfice pour l'entreprise de 0,1 % de gain annuel. C'est réussi puisque Pascale Le Berre estime le gain réel entre 0,5 et 1 %. Et surtout, elle chiffre l'augmentation de productivité (temps gagné) à 60 %. « Cet allégement de la partie administrative se retrouve en approfondissement de la relation commerciale et aussi du marketing achat : très en amont des besoins immédiats, avant que le bureau d'études ne formule la demande. »

Car le bénéfice est surtout de nature qualitative. Ainsi, le planning des appels d'offres et du dépouillement des réponses est-il beaucoup mieux tenu. L'entreprise, qui dispose de tableaux de bord détaillés, gagne beaucoup en structuration, en visibilité. « Lorsque je passe un appel d'offres, je suis désormais certaine de n'oublier aucun fournisseur », précise Pascale Le Berre. Le logiciel a aussi cet atout d'historiciser la relation client fournisseur. Important lors du départ, de l'arrivée d'un acheteur. Et bien sûr, cet outil accompagne la politique d'élargissement du spectre géographique des fournisseurs. Ainsi, le marché des achats déborde aujourd'hui largement de son pré carré initial (français et italien), pour s'étendre aux pays du Maghreb, à l'Inde, au Mexique voire à des destinations inattendues comme l'Iran, très compétitif sur les pièces en aluminium.

Cette productivité accrue des achats sert des ambitions de conquête. Car sur ce marché très porteur (croissance de 12 % en France) mais très concurrentiel (Aixam, Microcar, Ligier, JDM, Chatenet... tous français, 60 à 70 % de la production nationale étant exportée), inventer de nouveaux territoires est un défi. Microcar est ainsi en passe de "prendre" le marché américain avec sa dernière-née, la Zenn, qui a remporté le trophée Bibendum 2006 dans la catégorie véhicule urbain. Elle est dotée de batteries Lithium-ion et dispose d'une autonomie de 120 km. Ce qui en fait un véhicule adapté aux trajets courants. Elle sera commercialisée dès la rentrée, via Feel Good Cars à Toronto (Canada).

L'ENTREPRISE

- Créée en 1981, filiale depuis 1995 du groupe Bénéteau - Établie à Boufféré (Vendée) - 51 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2005-2006 - 152 salariés - 7 000 véhicules par an (32 véhicules par jour) - 40 variantes par véhicules

ÉTABLIR LA CONFIANCE

- Une plate-forme d'achats sur le Net repose sur un équilibre délicat qui tient sur la confiance que chacun lui porte. Paul de La Rochefoucault, fondateur et président de Sourcing Parts, explique : « Notre métier, c'est d'animer une communauté. Si un fournisseur passe du temps à répondre à des appels d'offres et que personne n'acquitte ses réponses, il va se décourager et entraîner en retour la désaffection des acheteurs. Il faut répondre par un cercle vertueux de confiance. C'est pourquoi nous avons mis en place des mécanismes qui responsabilise tout le monde. Nous affectons des étoiles à ceux qui jouent plus ou moins le jeu. Dans cette démarche, nous nous sommes pour partie inspirés des sites d'enchères comme eBay. » Sourcing Parts compte une soixantaine de groupes clients et 2 500 utilisateurs. C'est, depuis le début, un outil type ASP (c'est-à-dire un service Internet) et le fondateur se félicite qu'un gros client comme Thales qui a, dans un premier temps, préféré une solution intranet (derrière un Firewall), soit revenu à une configuration ouverte.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0881

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2006 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

LES ENTREPRISES PROMETTEUSES PARIENT SUR L'INNOVATION

LES ENTREPRISES PROMETTEUSES PARIENT SUR L'INNOVATION

L'innovation figure parmi les priorités des entreprises d'excellence, une communauté de 1 200 sociétés sélectionnées et suivies de près par Oseo pour[…]

01/06/2010 | LE BAROMÈTRE
L'ONTARIO POUSSE SON INDUSTRIE AUTOMOBILE

L'ONTARIO POUSSE SON INDUSTRIE AUTOMOBILE

Plus d'articles