Nous suivre Industrie Techno

Métallurgie - Les poussières d'aciérie mieux valorisées

Rédaction Industrie et Technologies

La voie hydrométallurgique acide promet d'extraire le fer et le zinc des poussières d'aciérie. Une unité de démonstration en apportera la preuve.

Lorsqu'une aciérie électrique produit une tonne d'acier, elle engendre en même temps 20 kg de poussières renfermant du zinc, du fer et des métaux lourds. Que faire de ces déchets dont le volume s'élève pour la France à 80 000 t/an ?

Chez l'aciériste Wheelabrator Allevard à Cheylas (Isère) on s'apprète à installer le procédé Récupac.

Cette unité de démonstration soutenue par le programme européen Life Environnement, valorise les poussières selon un procédé hydrométallurgique par voie acide.

Couvert par trois brevets mondiaux, il valorise pour la première fois non seulement le zinc, mais aussi les oxydes de fer. Ce n'était pas le cas pour les procédés thermiques, pour la stabilisation par des liants, ou même pour sa variante en voie basique.

Farouk Tedjar, co-développeur du procédé explique : « on met les poussières en solution acide. Grâce à un composé à base de zinc, et en une seule étape, on précipite ensuite sélectivement les métaux lourds qui forment un nodule polymétallique, tandis que zinc et fer restent en solution. C'est le premier point fort du procédé, en regard de la voie basique qui ne dissout que le zinc. »

Autre point fort, et non le moindre : avoir trouvé une valorisation pour la fraction ferreuse :  par transformation physico-chimique, on produit des oxydes de fer assez purs et fins (moins d'un micron de granulométrie moyenne) pour être utilisés directement par le marché des pigments rouges et jaunes.

Les qualifications ont été obtenues auprès d'utilisateurs comme les fabricants de dalles ou de revêtements de sols, qui sont prêts à acheter ces pigments au même prix qu'ils les importent de Chine actuellement.

Seuls 10% de la masse initiale devra finalement être enfouie. Un gain environnemental et économique évidents. « Si 30% du gisement européen était traité ainsi, on économiserait 24 000 t de zinc et 50 000t de pigments par an » calcule déjà Farouk Tedjar. (Lire aussi notre enquête du n°837).
Anne Fritsch

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

« Les leviers technologiques traditionnels ne suffisent plus à compenser la croissance du trafic aérien », prévient Philippe Beaumier (Onera)

Dossiers

« Les leviers technologiques traditionnels ne suffisent plus à compenser la croissance du trafic aérien », prévient Philippe Beaumier (Onera)

Les projets autour du développement d’un « avion vert » se multiplient. Objectif : produire un appareil ultra-sobre[…]

Des procédés thermiques à électrifier

Des procédés thermiques à électrifier

« L’association de l’industrie avec les scientifiques permettra de connaître la vitesse de formation de l’hydrogène naturel dans le sol », avance le chercheur Alain Prinzhofer

« L’association de l’industrie avec les scientifiques permettra de connaître la vitesse de formation de l’hydrogène naturel dans le sol », avance le chercheur Alain Prinzhofer

Electronique de puissance pour l'auto : une opportunité à saisir pour la France

Electronique de puissance pour l'auto : une opportunité à saisir pour la France

Plus d'articles