Nous suivre Industrie Techno

Mercedes s’associe à Nvidia pour développer des véhicules autonomes nouvelle génération d’ici 2024

Kevin Poireault

Sujets relatifs :

, ,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Mercedes s’associe à Nvidia pour développer des véhicules autonomes nouvelle génération d’ici 2024

© Daimler AG

Mercedes s'associe à Nvidia. Un partenariat inédit dans l'auto, tiré par le développement des véhicules autonomes. Le constructeur de voitures premium s’associe au spécialiste des processeurs pour l'intelligence artificielle pour concevoir des véhicules autonomes de nouvelle génération avec une architecture logicielle unique dès 2024.

« C’est la première fois qu’une telle collaboration voit le jour dans le secteur du transport ! » Quelques jours seulement après la suspension de son partenariat avec BMW dans le déploiement de véhicules autonomes, Mercedes-Benz annonce, en grande pompe ce 23 juin, sa coopération avec l’un des leaders des processeurs graphiques et de l’informatique embarquée, Nvidia.

L’objectif de ce duo  - inédit, comme l’a souligné Jensen Huang, PDG de Nvidia : développer un système informatique embarqué, basé sur Nvidia Drive, qui sera installé sur tous les véhicule de la marque Mercedes-Benz à partir de 2024.



Ce système informatique sur puce (System on chip, ou SoC), appelé Nvidia Orin, est basé sur l'architecture de supercalculateur Nvidia Ampere, dévoilée en mai dernier. « L’ensemble des fonctions logicielles sera intégrée dans un seul et même système d’exploitation, MBUX, développé depuis quelques années par Mercedes-Benz », a rappelé Ola Källenius, président du conseil d'administration de Daimler et directeur de Mercedes-Benz Cars. Nvidia et Mercedes-Benz y développeront conjointement des applications automobiles automatisées alimentées grâce à des algorithmes d’intelligence artificielle, supportés par la plate-forme Drive, afin d’atteindre les niveaux 2 et 3 d’autonomie - selon la norme SAE - ainsi que des fonctions de stationnement automatisé jusqu'au niveau 4.

Un système doté de plus de puissance de calcul que nécessaire

Cette centralisation des fonctions d’autonomie à une infrastructure logicielle unique permet de simplifier la maintenance et les mises à jour : « À mesure que la technologie et le cadre réglementaire se développeront, il sera possible de mettre à jour chaque voiture en ligne pour permettre de nouvelles fonctions de conduite automatisée, de sécurité et de confort », peut-on lire dans le communiqué commun des deux groupes. Pour faciliter l’implémentation de ces nouvelles fonctions, « le système sera doté de beaucoup plus de puissance de calcul que les véhicules n’en auront besoin à l’heure de leur sortie », précise Jensen Huang.



Interrogé sur le lien entre cette annonce et la fin de la coopération entre les groupes Daimler et BMW, Ola Källenius a préféré appeler celle-ci une « pause » mais a confirmé la relation de cause à effet entre les deux : « Il s’agit d’un problème de calendrier : aujourd’hui, nous avons décidé de nous concentrer plutôt sur la maîtrise de l’ensemble logiciel de nos véhicules nouvelles génération. »

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

La stratégie électrique de Renault en trois points technos clefs

La stratégie électrique de Renault en trois points technos clefs

Renault a détaillé sa stratégie électrique eWays au cours d'une table ronde réservée aux médias[…]

Comment ESI Group a permis à Volkswagen de concevoir 100% en virtuel le SUV Nivus

Comment ESI Group a permis à Volkswagen de concevoir 100% en virtuel le SUV Nivus

Mercedes en pole position de la simulation

Mercedes en pole position de la simulation

Electronique de puissance pour l'auto : une opportunité à saisir pour la France

Electronique de puissance pour l'auto : une opportunité à saisir pour la France

Plus d'articles