Nous suivre Industrie Techno

[Meilleures technos de l'année] L'éolien prend le large

[Meilleures technos de l'année] L'éolien prend le large

© David_Kaspar / Creative Commons

Avec une première turbine raccordée au réseau en 2018, la France fait ses premiers pas concrets dans l’éolien en mer. Si les projets des premières fermes françaises avancent, le rythme que laisse entrevoir la programmation pluriannuelle de l’énergie n’a rien à voir avec celui qui a cours cours Outre-Manche.

« Avis favorable » pour la construction et l’exploitation des éoliennes flottantes au large de Groix & Belle-Île (Bretagne). Après une enquête publique menée du 17 août au 28 septembre 2018, les conclusions ont été publiées le 6 décembre. D'après Le Télégramme, une décision du préfet est attendue au premier trimestre 2019. Néanmoins, cette bonne nouvelle pour les industriels impliqués dans le projet ne compense pas la déception des acteurs de l’éolien en mer en cette fin d’année : les annonces de la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) ne sont pas à la hauteur des attentes. France énergie éolienne (FEE), le porte-parole des professionnels français du secteur, parle même d’un « sabordage ». Le 27 novembre, le gouvernement a fixé un objectif pour l’éolien en mer compris entre 4,7 GW et 5,2 GW mis en service d'ici 2028. Dans un discours à l’Elysée le même jour, le Président de la République Emmanuel Macron a également annoncé le lancement de quatre nouveaux appels d’offres d’ici la fin du quinquennat.

Mais sur l’objectif maximum de 5,2 GW de la PPE, un volume de 3,5 GW est déjà engagé dans trois appels d’offres déjà lancés. Les quatre nouveaux appels d’offres annoncés d’ici 2022 concernent donc 1,7 GW, au mieux, à répartir sur des projets de fermes éoliennes flottantes ou posées. Les 3,5 GW déjà engagés concernent sept fermes éoliennes. Les six lauréats des deux premiers appels d’offres ont été annoncés en 2012 et 2014 pour l’équivalent de 3 GW. « Durant le quinquennat, nous mettrons en service le premier parc au large de Saint-Nazaire », a assuré Emmanuel Macron lors de son discours à l’Elysée. Le lauréat du troisième appel d’offre pour l’installation de 500 MW au large de Dunkerque devrait être annoncé mi-2019.

Les 2 premiers MW raccordés au réseau français

Malgré un retard important par rapport à ses voisins en termes de capacité installée, la France a vu sa première éolienne en mer raccordée au réseau en 2018. Le 18 septembre, Floatgen a livré ses premiers MWh. Installée à 22 km au large du Croisic (Loire-Atlantique), la turbine de 2 MW repose sur un flotteur breveté par Ideol et construit par Bouygues Travaux Publics. Pour l’école Centrale de Nantes, qui a mis à disposition son site d’essais dédié aux énergies marines renouvelables (SEM-REV), c’est aussi la première fois qu’un outil de production injecte de l’électricité dans son câble d'export installé depuis 2015. L’éolienne sera testée pendant deux ans.

Outre-Manche, autre échelle : fin 2017, d'après WindEurope, le Royaume-Uni cumulait 6 835 MW de capacité installée en éolien en mer. Les chiffres pour l’année 2018 sont attendus début 2019, mais le leader européen devrait le rester. D’autant que la ferme éolienne offshore la plus puissante du monde a été inaugurée officiellement le 6 septembre 2018 en mer d’Irlande. Baptisée Walney Extension, elle vient compléter les fermes de Walney phase 1 et 2 mises en service en 2011 et 2012. Avec une puissance de 659 MW, Walney Extension devance les 630 MW de London Array, précédente détentrice du record de capacité d’une ferme éolienne offshore. Inaugurée en 2013 au Sud-Est de l’Angleterre, cette dernière est composée de 175 turbines Siemens de 3,6 MW réparties sur 107 km². Walney Extension compte deux fois moins de turbines, plus puissantes et réparties sur une surface de 145 km² : 47 turbines Siemens de 7 MW et 40 autres fournies par MHI-Vestas dont les 8,0 MW pourront être boostés à 8,25 MW.

Concernant la puissance des turbines, l’année 2018 a vu la présentation de la plus puissante d’entre elles : l’Haliade-X de General Electric Renewable Energy avec ses 12 MW. L’entreprise espère construire un premier démonstrateur au deuxième trimestre 2019 et fournir les premières unités en 2021. En se basant sur des conditions de vent typiques en mer du Nord, l’éolienne pourrait produire 67 GWh chaque année : de quoi alimenter 16 000 foyers européens. Cela représente 45 % d’énergie en plus par rapport à n’importe quel modèle aujourd’hui disponible sur le marché.

L'éolien en mer en France

Éolien « posé » : sept projets commerciaux pour 3,5 GW

Le gouvernement a lancé trois appels d'offres en 2011, 2013 et 2016. Les six lauréats des deux premiers ont été annoncés en 2012 et 2014. Le dernier le sera mi-2019.

  • Saint-Nazaire (Atlantique, Pays de la Loire) : 80 éoliennes Haliade 150 de General Electric posées sur le fond marin entre 12 et 25 mètres de profondeur avec des fondations de type monopieu, c’est-à-dire un pieu en acier enfoncé dans le sous-sol marin. Avec des turbines de 6 MW, la puissance totale de la ferme atteint 480 MW.
  • Fécamp (Manche, Normandie) : 83 éoliennes Haliade 150 de General Electric posées sur le fond marin avec des fondations de type gravitaire. L’emprise au sol et le poids d’une structure en béton remplie de ballast assurent la stabilité des équipements. Avec des turbines de 6 MW, la puissance totale de la ferme atteint 498 MW.
  • Courseulles-sur-mer (Manche, Normandie) : 75 éoliennes Haliade 150 de General Electric posées sur le fond marin avec des fondations de type monopieu, c’est-à-dire un pieu en acier enfoncé dans le sous-sol marin. Avec des turbines de 6 MW, la puissance totale de la ferme atteint 450 MW.
  • Saint-Brieuc (Manche, Bretagne) : 62 éoliennes SG 8.0-167 DD de Siemens Gamesa Renewable Energy posées sur le fond marin avec des fondations de type jacket, c’est-à-dire des treillis métalliques en acier. Avec des turbines de 8 MW, la puissance totale de la ferme atteint 496 MW.
  • Dieppe – Le Tréport (Manche, Normandie) : 62 éoliennes SG 8.0-167 DD de Siemens Gamesa Renewable Energyposées sur le fond marin avec des fondations de type jacket, c’est-à-dire des treillis métalliques en acier. Avec des turbines de 8 MW, la puissance totale de la ferme atteint 496 MW.
  • Îles d’Yeu et de Noirmoutier (Atlantique, Pays de la Loire) : 62 éoliennes SG 8.0-167 DD de Siemens Gamesa Renewable Energyposées sur le fond marin avec des fondations de type jacket, c’est-à-dire des treillis métalliques en acier. Avec des turbines de 8 MW, la puissance totale de la ferme atteint 496 MW.
  • Dunkerque (Mer du Nord, Hauts-de-France) : La puissance totale de la ferme atteindra environ 500 MW. Le lauréat de l’appel d’offres lancé en 2016 sera annoncé mi-2019.

Éolien flottant : quatre fermes pilotes pour 100 MW

En 2016, l’ADEME a révélé les quatre lauréats de l’appel à projets EOLFLO lancé en 2015. Les fermes pilotes doivent être construites en 2020 - 2021.

  • Groix & Belle-Île (Atlantique, Bretagne) : Porté par Eolfi et CGN Europe Energy, le projet vise à implanter 4 éoliennes de 6 MW de General Electric sur des flotteurs semi-submersibles fournis par Naval Energies.
  • Gruissan (Méditerranée, Occitanie) : Porté par Quadran Energies Marines, le projet Eolmed vise à implanter 4 éoliennes de 6,2 MW de Senvion sur des fondations flottantes semi-submersibles en béton conçues et construites par Ideol et Bouygues Construction.
  • Port-Saint-Louis-du-Rhône (Méditerranée, Provence-Alpes-Côte d’Azur) : Porté par la société Provence Grand Large (PGL), filiale d’EDF Energies Nouvelles, le projet vise à implanter 3 éoliennes sur la zone dite de « Faraman ». Siemens Gamesa fournira les éoliennes de 8 MW et SBM Offshore s’associera à l’IFP Energies Nouvelles pour fournir les flotteurs.
  • Leucate - Le Barcarès (Méditerranée, Occitanie) : Porté par Engie et EDP Renewable, le projet « Les éoliennes flottantes du golfe du Lion » (EFGL) prévoit d’implanter 4 éoliennes sur des structures flottantes en acier. General Electric fournira les turbines Haliade 150 de 6 MW. Principle Power et Eiffage fourniront les flotteurs.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Test réussi pour les ailes Oceanwings d’Energy Observer, qui a rejoint l’Arctique

Test réussi pour les ailes Oceanwings d’Energy Observer, qui a rejoint l’Arctique

Le premier voyage en mer du bateau autosuffisant Energy Observer depuis l’installation des ailes Oceanwings, réduisant la consommation[…]

Haliade-X : la turbine de l’éolienne la plus puissante du monde dévoilée par General Electric

Haliade-X : la turbine de l’éolienne la plus puissante du monde dévoilée par General Electric

Hydroquest annonce la mise en service de son hydrolienne marine à double axe vertical

Hydroquest annonce la mise en service de son hydrolienne marine à double axe vertical

Eolien marin flottant, impression 3D et design, satellites... Les innovations qui (re)donnent le sourire

Eolien marin flottant, impression 3D et design, satellites... Les innovations qui (re)donnent le sourire

Plus d'articles