Nous suivre Industrie Techno

[Meilleures technos de l'année] Effervescence autour des vols spatiaux habités

[Meilleures technos de l'année] Effervescence autour des vols spatiaux habités

Les capsules Starliner de Boeing et Crew Dragon de SpaceX seront testées en 2019.

© Twitter // @Commercial_Crew

L’année 2019 sera celle des premiers lancements tests pour les capsules de SpaceX et Boeing destinées à transporter des humains vers la station spatiale internationale (ISS). Ces missions interviendront quelques mois après la défaillance, le 11 octobre 2018, du lanceur russe Soyouz MS-10, seul moyen d’accès à l’ISS pour les hommes à l’heure actuelle. Pendant ce temps, l’Agence spatiale américaine poursuit le développement d’Orion, sa capsule destinée à transporter l’homme vers la Lune et au-delà.

Plus de peur que de mal. Le 11 octobre 2018, le vaisseau Soyouz MS-10 connait une défaillance quelques minutes après son départ de Baïkonour (Kazakhstan). A bord, l’astronaute américain Nick Hague et le cosmonaute russe Alexey Ovchinin en route pour la station spatiale internationale (ISS). Les deux hommes sont contraints de s’éjecter pour revenir sur Terre, indemnes. Les vols habités sont alors suspendus jusqu’à nouvel ordre et une commission d’enquête est ouverte pour élucider la cause de la défaillance. Si celle-ci est identifiée rapidement et que le vol habité suivant vers l’ISS, Soyouz MS-11, se déroule sans encombre le 3 décembre, l’évènement met en lumière le niveau de dépendance vis à vis de la Russie pour l’accès à la station spatiale internationale. Depuis l’arrêt de la navette spatiale américaine, le lanceur Soyouz est le seul à assurer la relève des équipages. D’où le souhait des Etats-Unis de retrouver une solution, voire deux, pour y aller par ses propres moyens.

Au programme de l’année 2019 : de nombreuses missions tests pour les capsules habitées des entreprises américaines privées SpaceX et Boeing. Baptisée Demo-1, la première est prévue le 17 janvier 2019 pour la capsule Crew Dragon de SpaceX. Inhabitée, celle-ci sera lancée vers l’ISS à bord d’une fusée Falcon 9. Elle s’y amarrera avant de revenir sur Terre. Pour Boeing, une mission similaire portant le nom d’Orbital Flight Test est prévue pour mars 2019. La capsule Starliner sera lancée grâce à une fusée Atlas V de United Launch Alliance. Les deux entreprises devront ensuite effectuer un test de leur système d’abandon de mission en cas de problème avant d’embarquer des hommes. Les missions habitées, Demo-2 pour SpaceX et Crew Flight Test pour Boeing, sont prévues respectivement en juin et août 2019. La Nasa précise que les dates sont susceptibles d’évoluer en fonction des enseignements tirés au fur et à mesure des missions.

« Le succès de ces vols habités (…) permettra à la Nasa de se concentrer sur l’exploration de l’espace profond avec le vaisseau Orion et le Space Launch System (SLS) pour ramener l’homme sur la Lune et l’emmener vers Mars », indique l’Agence spatiale américaine. Le 6 novembre 2018, le centre spatial Kennedy (Floride, USA) a réceptionné le module de service de la capsule Orion. Il y sera intégré et testé après avoir été fabriqué en Europe sous la supervision d’Airbus et expédié depuis l’Allemagne. Destiné à fournir la propulsion, l’énergie, le traitement de l’eau et de l’air, il sera intégré au module habité fabriqué par Lockheed Martin. Le tout est destiné à être lancé par le SLS, en cours de développement. Si aucun calendrier précis n’est donné pour le moment, la Nasa a fourni quelques détails sur la première mission d’exploration (Exploration Mission-1, EM1) : inhabitée, elle aura pour objet l’envoi d’Orion à plus de 60 000 km au-delà de la Lune avant de la faire revenir sur Terre.

Cinquante ans après la mission Apollo 11 qui a vu l’homme poser le pied sur la Lune pour la première fois, 2019 offrira quelques occasions de suivre le développement de nouvelles technologies pour envoyer l’homme dans l’espace.
 

La capsule Crew Dragon de SpaceX à côté du lanceur Falcon 9 dans un hangar du complexe de lancement 39A du centre spatial Kennedy (Floride). (Crédit photo : Twitter // @Commercial_Crew)
 

Construite au centre spatial Kennedy (Floride), la capsule Starliner de Boeing a rejoint les locaux de la compagnie à El Segundo (Californie) en novembre 2018 pour y subir une série de tests. (Crédit photo : Twitter // @Commercial_Crew)

 

Le module de service européen (ESM) d'Orion est chargé dans un avion Antonov à Brême (Allemagne) le 5 novembre 2018. (Crédit photo : NASA/Rad Sinyak)
 

L'ESM d'Orion reçu au centre spatial Kennedy le 6 novembre 2018 (Crédit photo : NASA/Bill White)

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

SpaceX met en orbite 60 nouveaux satellites de sa constellation Starlink

SpaceX met en orbite 60 nouveaux satellites de sa constellation Starlink

Le 11 novembre, Space X, l’entreprise d’Elon Musk, a mis 60 nouveaux satellites en orbite pour sa constellation Starlink. Ils[…]

12/11/2019 | SpatialInternet
Ariane 6, bus électrique, Volkswagen ID.3… les meilleures innovations de la semaine

Ariane 6, bus électrique, Volkswagen ID.3… les meilleures innovations de la semaine

ThrustMe met en orbite le premier satellite utilisant de l'iode pour se propulser

ThrustMe met en orbite le premier satellite utilisant de l'iode pour se propulser

Pour bien commencer la semaine : L’étage supérieur d’Ariane 6 a son usine 4.0

Pour bien commencer la semaine : L’étage supérieur d’Ariane 6 a son usine 4.0

Plus d'articles