Nous suivre Industrie Techno

Medtec : Le médical attire les technologies mais n’innove pas

Charles Foucault
Medtec : Le médical attire les technologies mais n’innove pas

Buse de l'EasyClad, machine de fabrication directe présentée au Medtec par l'Irépa Laser.

© IREPA Laser

La deuxième édition du Medtec, salon dédié aux dispositifs médicaux, s’est tenue à Besançon mercredi et jeudi dernier. Bien que placé sous le signe de l’innovation, il a plutôt souligné la force des transferts de technologies.

Dans les allées du parc des expositions Micropolis de Besançon, 3 114 visiteurs sont venus rencontrer 264 professionels des dispositifs médicaux au Medtec, les 21 et 22 avril. Faible affluence (toutefois supérieure de 7 % à celle de l’année dernière) dont l’explication réside entre jeunesse du salon, crise, nuage de cendres et présence timide de l’innovation.

L’industrie de la fabrication du matériel médical a vu s’intéresser à elle des technologies déjà utilisées dans d’autres secteurs et qui ont su s’adapter aux exigences de ce marché prometteur.
L’accent a notamment été mis sur le prototypage rapide et la fabrication additive. Il était possible de croiser dans les allées l’imprimante 3D de bureau d’Objet et l’EasyClad, la machine de fonte laser de poudres métalliques 5 axes développée par l’Irépa Laser et désormais en phase d’industrialisation. Sa buse, injectant la poudre coaxialement au faisceau laser, permet, contrairement aux machines utilisant des lits de poudre, de ne faire que les parties complexes d’une pièce tandis que les parties plus simples sont réalisées en usinage classique. « L’innovation n’est plus dans la technique, qui a 5 ans, mais dans le procédé de fabrication dans lequel cette technique s’intègre », explique Sylvestre Nunes, secrétaire de l’Association française de prototypage rapide (AFPR). Utilisée dans l’aéronautique et la défense, la fabrication additive offre la possibilité de réaliser des produits sur mesure à partir de fichiers CAO. Elle est ainsi prisée par les prothésistes.

Qualité et précision

Autre point sur lequel le salon a voulu insister : les microtechnologies. C’est d’ailleurs pour cela qu’il se déroule à Besançon, ville d’accueil du pôle de compétitivité sur les microtechniques. La technique de Metal Injection Molding, qui consiste au moulage de poudre métallique par injection, a rencontré le médical de par sa capacité à réaliser de grandes quantité de produits complexes comme des outils de microchirurgie, dans des aciers biocompatibles et compatibles IRM. « Les pièces biocompatibles en base cobalt chrome sont disponibles depuis 2009, celles en titane le seront cette année », affirme Philippe Altenbourger, responsable grands comptes chez Accelent sff.

Pour fabriquer des outils à usage unique, biocompatibles et de plus en plus petits, les industriels du médical se sont également emparés de la soudure laser des plastiques, aisément automatisable. Résultant de la fonte d’une partie plastique absorbant le rayon laser et se liant ainsi à une autre partie plastique, transparente à ce faisceau, elle évite l’usage d’adhésif, potentiel contaminant.

Miniaturisation toujours, Kistler a adapté sa méthode de contrôle de procédés d’injection et d’assemblage, aux exigences du domaine. En plaçant des capteurs piézoélectriques contre la paroi du moule ou directement au contact de la matière, la courbe de pression qui découle des mesures des tensions électriques engendrées par l’injection, donne une véritable empreinte digitale de celle-ci. Si le système d’analyse relève des différences entre la courbe normale et la courbe obtenue, cela signifie qu’elle a un manque ou un surplus de matière, souvent non constatables par les méthodes optiques.

De nombreuses solutions, adaptation au médical de technologies connues, mais peu de réelles innovations pour cette édition. Espérons que les travaux de recherche en cours sur le micro-assemblage, réel défi technique de part les interactions prédominantes dans le micromonde (forces de surface, électrostatiques et de van der Waals supérieures à la gravité), apporteront des solutions nouvelles aux industriels pour qui le champ de l’infiniment petit représente un enjeu considérable.

À vérifier, l’an prochain au Medtec.

Charles Foucault


Microassemblage réalisé par l’institut Carnot Femto-ST. 

 

 

 

 

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Sonde martienne, édition du génome, usine extraordinaire .... les meilleures innovations de la semaine

Sonde martienne, édition du génome, usine extraordinaire .... les meilleures innovations de la semaine

Quelles sont les innovations qui vous ont le plus marqués au cours des sept derniers jours ? Cette semaine, vous vous êtes[…]

Salon 3D print : les 5 innovations qu’il ne fallait pas manquer

Salon 3D print : les 5 innovations qu’il ne fallait pas manquer

Fabrication additive : moisson d'innovations pour les trophées 3D Print

Fabrication additive : moisson d'innovations pour les trophées 3D Print

Journée mondiale du drone : le meilleur ami de l'industrie

Dossiers

Journée mondiale du drone : le meilleur ami de l'industrie

Plus d'articles