Nous suivre Industrie Techno

Médicaments photo-activables pour thérapies photo-dynamiques

Industrie et Technologies
Organisée pendant le salon Opto 2005, la conférence Bio-Opto a été l’occasion de présenter les dernières innovations en matière de bio-photonique et en particulier les prometteurs médicaments phot-activables.
« La bio-photonique constitue une discipline aux enjeux sociétaux de très grande ampleur », affirme Michel Faupel, administrateur de Rhenaphotonics et chercheur au NIBR (Novartis Institute for Biomedical Research). Les avancées technologiques de cette science ont en effet conduit récemment à la mise au point de nouvelles méthodes d’analyse, de diagnostique mais aussi de thérapie avec l’apparition des médicaments photo-activables. Inactifs lorsqu’ils sont administrés au patient, ces médicaments agissent seulement après avoir été activé par un rayon lumineux d’une longueur d’onde précise.

Le docteur Eric Bertrand, chercheur chez Novartis à Bâle, a ainsi présenté, lors de la conférence Bio-Opto des thérapies photo-dynamiques mettant en œuvre des médicaments photo-activables.

Un exemple particulier de ces nouvelles thérapies est l’utilisation de la vertéporfine (visudyne) dans le traitement de la néovascularisation choroïdienne sousfovéale classique (NVC) causée par une dégénérescence musculaire liée à l’âge (DMLA).

La DMLA est la première cause de cécité dans les pays industrialisés chez les plus de 50 ans. En France, environ un million de personnes de plus de 65 ans présentent les symptômes de cette pathologie et près de 100 000 risquent une atteinte sévère de la vision (uni ou bilatérale).

Les traitements classiques au laser posent problèmes. « En effet, la DMLA touche une petite partie de la rétine appelée macula qui est très photosensible, explique le docteur Eric Bertrand, le traitement directement au laser de cette zone est à peu près aussi néfaste que la DMLA elle-même ! »

« Mais l’utilisation de médicaments se révèle également problématique. Il faut que le composé administré au patient soit actif au niveau de la macula et totalement inactif dans le reste du corps. » Et c’est exactement ce que permettent les médicaments photo-activables.

La vertéporfine est injectée dans le bras du patient sous une forme inactive. Présente dans le système vasculaire, elle va alors se répandre dans le corps donc, entre autre, au niveau de la macula. Un laser diode non thermique est utilisé pour activer la vertéporfine à une longueur d’onde de 689 nm non invasive pour la macula.

La vertéporfine est le premier traitement approuvé par la FDA (Food and Drugs Administration) pour ralentir la perte de vision causée par la DMLA.
« On essaye désormais de mettre au point d’autres composés photo-activables comme des siARN ou des ARN photo-activables, témoigne le Docteur Eric Bertrand, les médicaments de demain seront actifs quand on veut et où on veut. »

Bertrand Beauté

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Projet EOL, la mini-usine de fabrication de médicament

Projet EOL, la mini-usine de fabrication de médicament

Les Global Industrie Awards ont récompensé les entreprises les plus innovantes lors du salon Global Industrie qui s’est tenu[…]

13/03/2019 | MédicamentsMédical
L'apnée du sommeil détectée à domicile

L'apnée du sommeil détectée à domicile

Médecine du futur : au carrefour des technologies

Dossiers

Médecine du futur : au carrefour des technologies

La nanomédecine s'attaque au cancer

Analyse

La nanomédecine s'attaque au cancer

Plus d'articles