Nous suivre Industrie Techno

Médicaments imprimés, famille robot, Google Science Fair : les innovations qui (re)donnent le sourire

Baptiste Cessieux
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Médicaments imprimés, famille robot, Google Science Fair : les innovations qui (re)donnent le sourire

Le géant change de nom

© Capture d'écran Alphabet

Retour de vacances, bureau à moitié vide et temps grisâtre. Le 17 août n’est pas un lundi comme les autres... Pendant que la moitié de la France est (encore, ou enfin) en vacances, une poignée d’irréductibles lutte contre les statuts Facebook et autres photos de plages ensoleillées. Pour eux, pour vous, la rédaction d’Industrie et Technologies a concocté un florilège d’innovations qui (re)donnent le sourire.

La robotique évolue toute seule

Génération après génération, un robot-mère construit des enfants de plus en plus performants. Oui, oui, vous avez bien lu. Pas de panique tout de même, nous ne sommes pas près de nous retrouver devant des supers-robots menaçants le genre humain. Ici, l’évolution ne se fait que sur un critère : la vitesse pour aller d’un point A à un point B. Et il est difficile de ne pas esquisser un sourire devant la démarche pataude, voir surréaliste, de certaines générations de robot. Une preuve, s’il en fallait encore, que l’évolution n'avance pas en ligne droite...

Levure de bière, enfer pour le cancer

Et si, à partir d’une petite levure on pouvait lutter contre le cancer ? Dans le cadre du concours IGem, une équipe d’Evry Genopole a modifié génétiquement une levure de bière pour qu’elle pénètre les globules blancs, à la manière d’un virus. Une fois installée, elle modifie le « programme » du globule blanc afin qu’il attaque les cellules cancéreuses ! Une innovation qui promet de grandes choses. Mais si vous préférez la bière en bouteille, la carte des brasseries françaises devrait vous mettre un sourire aux lèvres. Ou l’eau à la bouche.

Google devient… Alphabet

C’est la grosse information de la semaine en matière de numérique. Google change de nom, ou plutôt se recentre ainsi sur son domaine, tandis qu'Alphabet chapeautera les activités historiques ainsi que les nouveaux projets, dans des domaines d'une pluralité étonnante. Industrie et Technologies vous explique plus en détail la mue du géant d’Internet.

Et les médicaments sortiront de l’imprimante

C’est une première mondiale : un laboratoire américain, Aprecia Pharmaceuticals, a reçu l’autorisation de mise sur le marché d’un médicament imprimé en 3D. Malgré tout, vous ne pouvez pas le commander au Fab Lab du coin, l’intérêt est ailleurs. Eh oui, en utilisant l’impression 3D, l’industriel a réussi à fabriquer un médicament particulièrement poreux, qui se dissout en moins de cinq secondes, contre quarante pour un médicament classique. Une innovation de taille, qui reste pour l’instant l’apanage d’un médicament de traitement des crises d’épilepsie. L’entreprise précise néanmoins qu’elle envisage de fabriquer d’autres médicaments de cette manière.

Un jeune Lorrain a rendez-vous avec Google

Il s’appelle Eliott Sarray, il n’a que 14 ans et il s’envole le 21 septembre pour le siège de Google... enfin, pour le siège d'Alphabet. Le jeune Lorrain est en effet le seul Français à s’être qualifié au concours Google Science Fair - le nom n'a pas encore été modifié - grâce à un petit robot jardinier. En accédant à la phase finale de ce concours doté d’un prix de 50 000 dollars, il prend la suite de Guillaume Roland qui présentait l’année dernière un réveil olfactif. Espérons qu’il suive le même parcours : le réveil n’a pas gagné, mais sa renommée lui a permis de remporter 192 000 euros lors d'une campagne de crowdfunding.

France : Première prothèse imprimée en 3D

En mars dernier, nous vous parlions d’Handiii, avec trois « i », la prothèse japonaise imprimée en 3D pour seulement 300 dollars. Cette fois-ci c’est un autre modèle qui fait son apparition en France. Maxence, 6 ans, né sans main droite va ainsi recevoir une prothèse imprimée en 3D par l’ONG Enabling the Future. Présentée comme une première dans l’Hexagone par Le Parisien, la nouvelle est exactement le genre d’innovation qui redonne le sourire. Et une bonne façon d’observer à quel point l’impression 3D pénètre peu à peu dans notre société.

L’électronique au secours des ostréiculteurs

Huitres, moules et autres fruits de mer bretons sont menacés par la voracité des dorades. La solution apportée par Ifremer est une sorte d’épouvantail marin. Un émetteur sonore est ainsi placé sous l’eau pour empêcher les amateurs d’huitres de s’approcher trop près des précieux champs marins. Eh oui, même le 15 août, il faut déjà penser à protéger les huitres du réveillon. 

 

 

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Le CEA et AddUp s'associent pour développer la fabrication additive dédiée au secteur de l'énergie

Le CEA et AddUp s'associent pour développer la fabrication additive dédiée au secteur de l'énergie

En marge du Salon 3D Print, le CEA et le spécialiste de l'impression 3D métal AddUp ont annoncé une collaboration technique[…]

Calcul intensif, trophée 3D Print, captage de CO2... les meilleures innovations de la semaine

Calcul intensif, trophée 3D Print, captage de CO2... les meilleures innovations de la semaine

Quand les robots tirent les ficelles

Avis d'expert

Quand les robots tirent les ficelles

Avec OneWeb, Airbus accélère la cadence

Avec OneWeb, Airbus accélère la cadence

Plus d'articles