Nous suivre Industrie Techno

Mécatronique innovante : l'état de l'art

Industrie et  Technologies
Cette conférence a permis de faire le point sur cette approche des systèmes à travers le retour d'expérience de nombreux industriels, ainsi que les avis d'universitaires et de spécialistes des méthodologies et outils de développement associés.


Le cabinet Innovactiom a organisé, fin novembre dans les locaux de l'Institut Supérieur de Mécanique de Paris - Supméca à Saint-Denis (93), deux journées de conférence-formation sur la mécatronique innovante, qui ont réuni plus de 120 participants.

Les interventions d'une quinzaine d'experts, issus de grands groupes, d'écoles d'ingénieurs et de PME innovantes, ont permis de dresser un état de l'art des dernières évolutions de la mécatronique, dans ses pratiques, ses applications, ses marchés et ses perspectives de développement.

Mais tout d'abord qu'est-ce qu'est un système mécatronique ? Comme son nom l'indique, il est multi-domaines et le plus souvent il suppose une haute intégration 3D, dont découlent des contraintes multi-physiques fortes avec couplages de champs (électromagnétisme, thermique, contraintes mécaniques, vibro-acoustique...). De plus, il est hybride (continu et discret) et étant le plus souvent intégré au sein d'un système complexe, il doit disposer d'une réelle aptitude à dialoguer avec un système informatique embarqué.

La conception de systèmes aussi hétérogènes impose le recours à des méthodologies et des outils très différents. Il y a donc un réel besoin à court terme pour de nouveaux outils et méthodes transverses, afin d'optimiser les systèmes mécatroniques le plus tôt  possible dans leur cycle de développement.

Une intégration plutôt qu'une juxtaposition

En introduction de cette conférence, Jean-Yves Choley, Responsable du Département Mécatronique de Supméca, a rappelé que, de par son haut niveau d'intégration, à la fois fonctionnelle, structurelle et 3D, la mécatronique fait souvent appel à des outils et des méthodologies incompatibles, ce qui accentue l'intérêt de la recherche dans ce domaine. Guy Convenant, Responsable Mécatronique chez Valéo, a quant à lui insisté sur l'intégration grandissante de l'électronique pour remplacer des pièces mécaniques et proposer des fonctions nouvelles dans le domaine automobile (aide au stationnement, réduction de consommation...).

Dominique Gentile, Directeur de l'Institut des Sciences et Techniques des Yvelines (ISTY), a pour sa part confirmé que la mécatronique n'était pas une simple juxtaposition de plusieurs mondes, mais la recherche d'une véritable intégration, tant dans le périmètre et la profondeur, que dans la complexité des systèmes.

Bertrand Du Peloux, ingénieur de recherche du groupe Cedrat, a présenté la modélisation comportementale d'un véhicule hybride, la Toyota Prius II, en s'appuyant sur l'expertise de Cedrat dans les solutions logicielles pour l'ingénierie mécatronique et électronique. En complément, Yannick Hervé, Directeur R&D de la société Systems'Vip a mis l'accent sur les atouts de la modélisation VHDL-AMS pour le prototypage virtuel fonctionnel et la simulation de systèmes complexes

Enfin, Jean-Luc Journo, PDG d'Avyron Aircraft, a exposé les applications mécatroniques présentes au sein de son projet d'avion léger, labellisé par le pôle Astech, afin de le doter de commandes de vol électriques. Toujours dans le domaine aéronautique, Sophie Ponchaud, Directrice Technique de Wuilfert, a présenté différents asservissements mécatroniques dans la simulation de mouvements et le contrôle embarqué.

Ne pas oublier formation et méthodologie

Jean Breton, Directeur Associé de Thésame, a choisi de mettre l'accent sur quelques bonnes pratiques en matière d'organisation et d'anticipation de l'innovation. François Rieuneau, Directeur du CFA Ingénieurs 2000, accompagné de Denis Lecrux, consultant en mécatronique, ont ensuite rappelé les bienfaits de l'apprentissage, tant pour l'entreprise que pour l'apprenti, et plus particulièrement dans le domaine mécatronique et auprès des entreprises innovantes. Le mot de la fin fut laissé à Jean-François Quilici, chercheur, qui a rappelé tous les dangers d'oublier les fondamentaux scientifiques dans toute pratique innovante, et notamment à l'interface des disciplines mécatroniciennes.

Pour ceux qui le souhaite, le contenu intégral des interventions des différents participants est disponible (brochure + CD-Rom) au prix de 100 € TTC auprès d'Innovaxiom.

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.innovaxiom.com & http://www.supmeca.fr

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Le design génératif offre une cure de jouvence au minibus Volkswagen

Le design génératif offre une cure de jouvence au minibus Volkswagen

Le constructeur automobile Volkswagen et l'éditeur de logiciel de CAO Autodesk ont travaillé ensemble pour moderniser le design du[…]

Vers le prototypage fonctionnel

Vers le prototypage fonctionnel

Qui est Cobot ++, le puissant robot collaboratif que développe l’IRT Jules Verne pour Airbus ?

Qui est Cobot ++, le puissant robot collaboratif que développe l’IRT Jules Verne pour Airbus ?

Cinq innovations de production développées à l'IRT Jules Verne

Cinq innovations de production développées à l'IRT Jules Verne

Plus d'articles