Nous suivre Industrie Techno

Mécatronicien

> Métier multicompétence, il draine de jeunes ingénieurs aptes à piloter par l'informatique des systèmes mécaniques complexes.

Les mécatroniciens de l'automobile sont tout au plus deux cents en France... un village.
Disséminés entre les deux constructeurs
français et quelques grands équipementiers de l'automobile, les Bosch, Siemens, Delphi... Plus une poignée chez les fournisseurs d'outils logiciels comme Etas. Ils se croisent au salon RTS (temps réel) et à Equip'Auto.
En revanche, fort peu de formations initiales. Il est vrai qu'historiquement, la mécanique est une affaire de grandes écoles et l'informatique un art d'universitaires.L'ESIEE (École supérieure d'ingénieurs en électronique et électrotechnique),
à Marne-la- Vallée, a cependant mis en place une filière temps réel très adaptée au métier de la mécatronique.

Avoir un grand sens de la communication

Pascal Chaumette dirige le groupe algorithmique de la division châssis de Delphi (Villepinte). Siège des grandes fonctions de liaison au sol, suspension, roulis, direction, répartition de freinage..., envahies par l'électronique. Il anime une équipe entre dix et vingt personnes. Il explique: «Un projet de mécatronique commence par de la simulation pure dans des environnements comme MatLab Simulink ou Adams, où l'on intègre le système à l'étude dans un modèle dynamique du véhicule. »
Ensuite, les algorithmes sont déployés en simulation réelle, avec de vrais actionneurs sur des bancs d'essais. Ce que Pascal Chaumette nomme :
« Exposer le modèle au réel. » Et la validation se poursuit, sur piste, dans des prototypes instrumentés. Le code informatique est généré automatiquement vers les calculateurs d'essais. Et la tendance est aujourd'hui de générer jusqu'au code qui équipera les microcontrôleurs embarqués.

Si l'équipe de Pascal Chaumette comprend quelques purs informaticiens et quelques experts en électronique, les véritables mécatroniciens sont plutôt « des ingénieurs très polyvalents en électronique, temps réel, simulation, traitement du signal, mécanique...,des gens qui ont une vision système. Il faut qu'ils soient dotés d'une forte personnalité, avec un sens poussé de la communication ». Car, bien évidemment, lors de ?l'exposition du modèle au réel?, le spécialiste en

A noter

Les véritables mécatroniciens

> Sont des ingénieurs polyvalents en électronique, temps réel, simulation, traitement du signal, mécanique...

> Ont une vision système.
mécatronique passe le plus clair de son temps avec l'équipe projet du constructeur automobile. Un ingénieur apte à discuter avec cinq ou six métiers. Évidemment, l'oiseau rare ne tombe pas directement du nid ! « Selon le contenu de leurs études initiales, les jeunes ingénieurs complètent leurs connaissances. J'estime qu'il faut deux ans pour acquérir cette vision système du véhicule.» Le mécatronicien est en fait un Bac +7.

Thierry Mahé 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Dossier composites : comment ils vont surpasser les métaux

Dossiers

Dossier composites : comment ils vont surpasser les métaux

Les composites ne cessent d'innover pour rester compétitifs face aux autres matériaux. L'innovation porte sur les matériaux eux-mêmes, mais aussi sur[…]

Les colloques à venir - Au 12 juin 2009

Agenda

Les colloques à venir - Au 12 juin 2009

Les Nanotechnologies, vous connaissez ?

Les Nanotechnologies, vous connaissez ?

IT 911 mai 2009

IT 911 mai 2009

Plus d'articles