Nous suivre Industrie Techno

Mécanique et microélectronique se font la courte échelle

Industrie et Technologies

Sujets relatifs :

,
Besançon, 28 septembre - 1er octobre. La complémentarité entre la micromécanique et la microélectronique, thème de l'édition 2004 de Micronora s'est avéré riche en sujets d'avenir sur le plan technique. A note

Malgré une approche très ciblée, le salon des microtechniques Micronora, qui vient de se tenir à Besançon, concerne de plus en plus d'applications. Pour les métiers de l'horlogerie et de la mécanique, pour les entreprises d'électronique, d'optique, de téléphonie…, pour les industriels français, suisses, allemands, italiens et même espagnols, l’intérêt de cette exposition est multiple, ce qui explique son succès.

Micronora est un salon où l'on se trouve entre connaisseurs. Bureaux d'études, universitaires, industriels, partenaires et clients viennent vraiment pour les microtechniques. Les produits montrés ont été longtemps des démonstrations du savoir-faire. Cette fois les réalisations sont là.

Les points forts du salon comme tous les deux ans étaient les Microns d’or, mais aussi le Zoom sur la microélectronique et la micromécanique et de nombreuses présentations à l'exemple de celles du nouveau Comité des microtechniques.

Six Microns d'or ont été décernés dans différentes catégories.
- VP Plast a été primé pour un composant de connecteur de 4 mm3 réalisé par surmoulage en bande. L'obtention de cette pièce en un seul processus sur une bande de 80 micromètres au moyen d'un découpage, d'un micro surmoulage de polymères hautes performances, d'un pliage et d'un découpage final de très haute précision, avec contrôle continu et évacuation des pièces non conformes constitue une performance technique.

- Dans la catégorie composants fonctionnels et dispositifs modulaires, le Micron d’or a été remis à Photline pour un modulateur optoélectronique à base de nobiate de lithium à très haut débit (10 Gbits).
Grâce à une technologie de coupe nommée ZPol, les composants bénéficient à la fois des qualités des composants réalisés sur coupe X et de ceux réalisés sur coupe Z. Du fait de l'utilisation d'un seul jeu d'électrodes, le système électronique de pilotage est simplifié et les coûts réduits.
Pour ce qui concerne les appareils, c’est une pipette à réglage digital, réalisée en injection plastique par Simonin qui a été distinguée. Elle s’utilise pour manipuler ou doser des volumes de l’ordre du microlitre avec une résolution de 0,1 microlitre.

- Le Micron d’or de la catégorie machines de production est allé à la machine d’usinage à fil Robofil 250TW de Charmilles qui fournit des usinages de très grande précision notamment des états de surface présentant un Ra de 0,05 µm. Cette machine qualifiée de 'plus précise du monde' par ses concepteurs permet l'utilisation de fils de diamètres de 20 à 33 µm dans une grande variété de matériaux. Un exemplaire équipe maintenant l'ENSMM, Ecole nationale supérieure de la micromécanique.

-  Dans la catégorie prototypes microsystèmes, le prix est allé à la toute jeune entreprise SilMach pour un mouvement d’horlogerie en silicium obtenu par technologie de micro-fabrication collective, comme les MEMS.

- Enfin, une distinction supplémentaire a été décernée à Adiapresse (filiale de Dimeco) pour un ensemble composé d’une presse hydraulique à très grande vitesse 15 m/s et d’un outillage de haute précision pour découpage par procédé adiabatique donnant des résultats proches du découpage fin. Pas de lubrifiant, des pièces froides, pas de risque de blessure, pas de nettoyage des pièces, les avantages sont triviaux mais bien réels.

Sur le Zoom, zone de démonstration portant sur le thème de la micromécanique et de la microélectronique, figurait notamment une intéressante approche de ST Microélectronique pour un imageur.

Il s'agit de l'introduction d'un micromodule optique sur un marché de grande consommation. Dans ce secteur, la course à la miniaturisation et à la résolution bat son plein. Le composant de ST Micro devrait évoluer vers un système complexe incluant l'autofocus et le zoom. Pour cela, les approches mécanique, électronique et optique seront de plus en plus intégrées.

Autre moment fort du salon, la création du CRI - Centre relais innovation - Grand Est qui regroupe l'Alsace, la Bourgogne, la Champagne-Ardenne, la Franche-Comté et la Lorraine a été officiellement concrétisée sur Micronora. L'Europe des micro et nanotechnologies s'est rencontrée à cette occasion sous l'égide de l'Anvar et de la CRCI Franche-Comté. Le Land de Thuringe était présent.

La société autrichienne Battenfeld était aussi venue avec une machine Microsystem capable d'injecter des pièces plastiques d'un poids inférieur à 1 mg avec une carotte réduite. Une quarantaine d'exemplaires ont déjà été vendus dans le monde, mais il s’agit d'une première en France.

Cette machine qui accepte les thermoplastiques, les céramiques ou les poudres métalliques sera prochainement en place à l'ENSMM au sein d'une chaîne production pilote accessible aux PME.

Le CRI a notamment un rôle de soutien. A titre d'exemple, Nanobiogene, société installée à Belfort et spécialisée dans la microinstrumentation, s'appuie sur ce relais pour se développer à l'étranger. Le premier produit est le Nanobiopen, un dispositif de distribution et de nanodosage de réactifs indispensable pour la fabrication de biopuces quantitatives. Il répond aux exigences des outils de diagnostic en matière de reproductibilité, de performance et de coûts plus faibles.

Dans un même esprit, mais d'abord régional, le Comité des Microtechniques constitué en juillet 2004 réunit huit entreprises : AR Electronique, Cryla, Digital surf, Imasonic, Morel Technique, Nanobiogene, Statice et Photline. Ila été créé pour développer et valoriser les synergies entre les industriels des microtechniques.

L'un de ses rôles est d'assurer la promotion du nouveau CTMN, Centre de transfert des microtechniques et nanotechnologies, dont la vocation va 'du copeau à l'atome'. Ce Centre, cinq laboratoires franc-comtois et d'autres établissements à vocation de haute technologie vont bientôt se retrouver au sein de Temis Innovation, nouvelle technopole microtechnique et scientifique, qui verra le jour en mars 2005.

Au fil des stands, d'autres nouveautés étaient visibles. Renishaw était venu avec des codeurs magnétiques rotatifs miniatures, sans usure. LAT du groupe INA montrait pour la première fois des moteurs linéaires Zphi-VC-25/3 capables de fonctionner 50 millions de cycles sans maintenance.

Le Laboratoire d'Automatique de Besançon se distinguait avec la micropince Lemmoc - microprehensile microrobot on chip - système de micromanipulation capable de multiples mouvements avec 4 degrés de liberté. Cette pince est capable de manipuler des grains de sel fin avec dextérité et beaucoup de soin.

Par ailleurs, le Cetim a présenté la 3e version de Cetim devis usinage qui tranche avec les versions précédentes par sa convivialité et sa rapidité. Un bilan technico-économique de toutes les opérations est obtenu en quelques minutes, ce qui change beaucoup la vie des offreurs de la mécanique industrielle.

Enfin, plusieurs entreprises franc-comtoises ont profité de l’occasion pour mieux se faire connaître, en particulier, Silmach, très jeune entreprise des MEMS, déjà mentionnée, Imasonic, leader du domaine des transducteurs ou sondes à ultrasons, Egides PME tournée vers l'étude et la réalisation de mécanismes purement mécaniques et les automatismes à la demande.

Manifestement, il se passe maintenant beaucoup de choses autour de Besançon et des microtechniques.

François-Xavier Lenoir

Pour en savoir plus
- Micronora : www.micronora.com-
- Photline Technologies : www.photline.com
- Charmilles : www.charmilles.com
- SilMach : www.silmach.com
- Cetim : www.cetim.fr
- Nanobiogene : www.nanobiogene.com
- Laboratoire d'automatique de Besançon : www.lab.cnrs.fr
- Groupe Simonin : www.groupe-simonin.com

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Dossier composites : comment ils vont surpasser les métaux

Dossiers

Dossier composites : comment ils vont surpasser les métaux

Les composites ne cessent d'innover pour rester compétitifs face aux autres matériaux. L'innovation porte sur les matériaux eux-mêmes, mais aussi sur[…]

Les colloques à venir - Au 12 juin 2009

Agenda

Les colloques à venir - Au 12 juin 2009

Les Nanotechnologies, vous connaissez ?

Les Nanotechnologies, vous connaissez ?

IT 911 mai 2009

IT 911 mai 2009

Plus d'articles