Nous suivre Industrie Techno

Matériau - Le plastique qui s'auto-répare en cas de fracture

Rédaction Industrie et Technologies
Une équipe de UCLA présente un matériau qui « cicatrise » sous la simple action de la chaleur.


Des chercheurs de l'Université de Californie à Los Angeles (UCLA) ont développé un plastique transparent qui, en cas de fracture, se répare tout seul lorsqu'il est chauffé.

Dénommé Automend, ce matériau présente en outre des caractéristiques mécaniques proches d'une résine époxyde.

Mais, alors que c'est impossible avec un thermodurcissable du type époxyde, une pièce cassée en Automend « cicatrise » par simple chauffage vers 120 °C.

Un avantage de taille par rapport à d'autres plastiques auto-réparables, dont la « cicatrisation » nécessite la présence de catalyseurs ou d'autres additifs.

Selon Fred Wudl, professeur à UCLA et responsable de ces travaux, « ce matériau pourrait par exemple être employé dans les composants électroniques : la réparation se ferait alors en cours d'utilisation puisque ces pièces se réchauffent et se refroidissent fréquemment en service.

Après « cicatrisation », la fracture d'origine est invisible et présente une résistance mécanique d'environ 60 % de celle du matériau de base. A titre de comparaison, un joint collé est rarement invisible et ne conserve que 40 % de la résistance de départ du matériau ».

Par ailleurs, ce polymère est transparent aux ondes électromagnétiques, un atout pour la fabrication de capots de radars et autres équipements de communication. En aéronautique, ce matériau pourrait ainsi convenir à la fabrication de hublots ou de dômes transparents pour radars d'avions.

Pour ce type d'applications, l'Automend présente par ailleurs l'avantage d'être très dur. Il faut dire qu'au départ, les chercheurs californiens cherchaient à mettre au point (par réaction de Diels-Alder) un polymère présentant la dureté la plus élevée possible. MLT

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

« Nous voulons créer en France un Tesla de la batterie sodium-ion », affirme Laurent Hubard, directeur de Tiamat Energy

« Nous voulons créer en France un Tesla de la batterie sodium-ion », affirme Laurent Hubard, directeur de Tiamat Energy

Tiamat Energy a annoncé le 21 novembre son intention de construire la première ligne de production de batteries sodium-ion au monde,[…]

Un béton fibré plus écologique pour renforcer les ouvrages

Fil d'Intelligence Technologique

Un béton fibré plus écologique pour renforcer les ouvrages

Pour bien commencer la semaine : HeXplora, l'open innovation selon Segula Technologies

Pour bien commencer la semaine : HeXplora, l'open innovation selon Segula Technologies

« Nous voulons favoriser l’appropriation de la fabrication additive par les industriels », affirme Guillaume de Crevoisier, directeur commercial mondial des solutions d'impression 3D chez Arkema

« Nous voulons favoriser l’appropriation de la fabrication additive par les industriels », affirme Guillaume de Crevoisier, directeur commercial mondial des solutions d'impression 3D chez Arkema

Plus d'articles