Nous suivre Industrie Techno

Marie passe à la sauce PLM

Jean-François Preveraud
Marie passe à la sauce PLM

Le PLM permet de suivre l'évolution de la composition de 300 recettes.

Le spécialiste des plats cuisinés remplace ses différents outils de gestion de recettes par le PLM Advitium de Lascom. Il gagne ainsi en efficacité et suit mieux ses produits sur les plans nutritionnels et économiques.

Marie est l’un des sociétés françaises spécialiste des plats cuisinés frais et surgelés. Elle fabrique et commercialise des produits sous les marques déposées Marie, Luang et Weight Watchers (sous licence au rayon frais), ainsi que sous des marques distributeurs. Elle lance plus de 50 nouvelles références chaque année et retravaille tous les ans la moitié des 300 références qu’elle commercialise.

Afin de gagner en performance et en efficacité, l’industriel vient de remplacer ses différents systèmes propriétaires lui servant à gérer ses recettes et à automatiser le calcul de ses coûts et de ses besoins en matières premières, par un outil unique de PLM, Advitium Food Solution de l’éditeur français Lascom.

Le besoin d’un système PLM unifié

Chez Marie, la réalisation d’une recette se fait en deux étapes : simulation et industrialisation. La première, menée par le service R&D à la demande du service Marketing, consiste à élaborer de nouvelles recettes en partant soit de zéro soit de l’existant. Après étude de la faisabilité du produit et validation, le service R&D finalise une recette générique. Dans une seconde étape, les usines concernées par l’industrialisation du produit adaptent la recette aux outils de production et aux spécificités d’approvisionnement.

Jusqu’en 2007, les équipes R&D de Marie utilisaient différents systèmes informatiques pour élaborer les recettes. Cette disparité dans les outils obligeait la R&D à ressaisir des données dans certains cas et ne permettait pas de disposer d’une base de données partagée des recettes. Elle n’offrait pas la possibilité de calculer les prix de revient et les valeurs nutritionnelles. La mise en place du progiciel Advitium Food Solution, choisi pour sa convivialité, sa performance et ses fonctionnalités spécifiques au secteur de l’agroalimentaire, a permis à Marie de satisfaire ses besoins métier.

Une mise en œuvre rigoureuse

Le projet d’intégration d’Advitium Food Solution s’est déroulé sur 12 mois, représentant 200 jours/homme de service, qui ont été réalisés par MDTVision, filiale du groupe IBM spécialisée dans le conseil et les services dédiés à la gestion du cycle de vie produit.
A l’issue de la formation de l’équipe projet Marie, intégrant les futurs utilisateurs de la solution, et d’une série d’ateliers de spécifications, la version standard du progiciel a été personnalisée. L’équipe projet de MDTVision, en association avec Lascom, a conçu un prototype et l’a fait évoluer pour répondre aux besoins spécifiques de Marie.

La méthodologie de gestion de projet itérative utilisée par MDTVision a été complétée d’une approche ‘‘time boxing’’, qui impliquait le choix des fonctionnalités prioritaires à intégrer dans la solution. Les délais fixés et le coût ont ainsi été respectés. La solution a été interfacée en standard avec SAP, avant d’être déployée au service R&D et dans les six usines. Durant les quelques mois qui ont suivi le déploiement, l’intégrateur a assuré une prestation de tierce maintenance applicative, au cours de laquelle il a intégré les demandes d’évolutions spécifiées par les utilisateurs métier.

Gains de productivité et de qualité

Le système est en place depuis début 2008. C’est un système unique, transverse, convivial, utilisé par une cinquantaine de collaborateurs de Marie (R&D, qualité, industriel, etc.). « L’outil est assez intuitif pour une utilisation par des personnes non initiées », précise Corinne Fauquet, chef de projet métier. Avec Advitium Food Solution et sa trame de formulation liée à Excel, Marie peut désormais formuler ses recettes, synchroniser l’ensemble des données avec le système ERP et ainsi estimer les coûts et les valeurs nutritionnelles d’un produit, à toutes les étapes de son cycle de développement et sur tous les sites de production.

Les équipes R&D de Marie ont la possibilité de s’appuyer sur l’existant et de travailler sur les sous-ensembles d’un produit. Elles peuvent aussi calculer en automatique, un coût de revient prévisionnel, un coût particulier (par exemple coût en beurre de la tarte épinard-chèvre), ou encore mesurer l’impact d’un changement d’ingrédient et/ou de quantité sur le coût et les valeurs nutritionnelles du produit.

De multiples gains ont été obtenus grâce à la mise en place de cet outil de PLM unifié :
 

  • Utilisation d’un référentiel unique pour le siège et les 6 usines de Marie ;
  • Elaboration et évolution facilitées des recettes ;
  • Simulation des coûts et des valeurs nutritionnelles, qui permet une fiabilisation de la formulation des recettes ;
  • Meilleure prise en compte du risque allergène ;
  • Aide à la rédaction des listes d’ingrédients.


PLM : de l’industrie manufacturière à l’agroalimentaire

L’approche PLM de gestion du cycle de vie produit, couramment utilisée dans l’industrie manufacturière, se révèle adaptée au secteur de l’agroalimentaire. Les problématiques de gestion et d’échange des données produit, de gestion des exigences, de rationalisation des processus métiers, de réduction du cycle de développement, etc. sont similaires. « Nous avons apprécié l’approche PLM de Lascom et la méthodologie de gestion de projet de MDTVision. Le projet est une réussite. Nous avons atteint les objectifs qualitatifs et quantitatifs que nous nous étions fixés », conclut Marie-Dominique Quignon, Directeur R&D Qualité de Marie.

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.marie.fr/corporate/ & http://www.lascom.fr & http://www.mdtvision.com 
 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

La robotique agricole en forum international à Toulouse

La robotique agricole en forum international à Toulouse

La 3ème édition du FIRA (Forum international de la robotique agricole) vient de réunir à Toulouse, les 11 et 12[…]

Le MIT détecte les aliments contaminés grâce aux étiquettes RFID

Le MIT détecte les aliments contaminés grâce aux étiquettes RFID

L’IA au service des offres promotionnelles de l'agroalimentaire

L’IA au service des offres promotionnelles de l'agroalimentaire

Un procédé pour industrialiser la production de particules submicroniques

Fil d'Intelligence Technologique

Un procédé pour industrialiser la production de particules submicroniques

Plus d'articles