Nous suivre Industrie Techno

Marc Vergnet PRÉSIDENT FONDATEUR DE VERGNET

THOMAS BLOSSEVILLE tblosseville@industrie-technologies.com

Sujets relatifs :

,
Il incarne à lui seul l'éolien français. Sa spécialité ? Des machines rabattables pour les zones cycloniques. Persévérant, voire obstiné, Marc Vergnet récolte les fruits de quarante ans d'innovation technologique. Ingénieur agronome, ancien « monsieur renouvelable » de l'Ademe, il a construit sa carrière autour de l'accès à l'eau et à l'énergie aux quatre coins du monde. Portrait d'un capitaine d'industrie engagé de la première heure dans le développement durable.

Les sécheresses mortelles qui frappèrent le Sahel dans les années 1970 ont marqué Marc Vergnet à jamais. Né en Algérie, cet « Africain de coeur » a toujours été intimement lié au continent noir. En témoignent les masques et tableaux qui, dans son bureau d'Ormes (Loiret), côtoient la photo de son dernier bébé, une éolienne de 1 MW.

De la brousse africaine à l'usine commune avec EADS, le parcours de Marc Vergnet détonne dans le paysage industriel français. À 67 ans, il garde une assurance joviale, signe d'un parcours conforme à ses ambitions. À l'heure où la France, pays du nucléaire, se rêve un avenir renouvelable, il peut se targuer d'avoir résisté à l'hégémonie atomique. Parmi les rares industriels français du renouvelable, il est le seul fabricant d'éoliennes de moyenne puissance. Fondée en 1989, dans une loge de concierge parisienne, sa société a déjà essaimé 600 machines dans le monde. Ambitieux, Marc Vergnet ne compte pas s'arrêter là et projette de bâtir avec EADS, en Gironde, son troisième atelier de production.

Son secret ? Face aux géants mondiaux du secteur, Marc Vergnet s'est spécialisé dans les éoliennes de 20 kW à 1 MW pour sites isolés, éloignés ou difficiles d'accès. « Là où personne ne va », résume-t-il. Assurément, lui connaît son cap. Ce que l'on sait moins, c'est qu'il a commencé par forer le sol burkinabais à la recherche d'eau.

L'HOMME

- Proche des gens en Afrique

Pour peu, on l'aurait cru un brin utopiste. À ses débuts, Marc Vergnet voulait « changer le monde ». Il souhaitait surtout vivre en Afrique. Ingénieur agronome (Institut national d'agronomie), puis des eaux et forêts (Engref), il conclut son cursus scolaire par une année à Sciences Po. Objectif : la coopération internationale. Diplômes en poche, il débarque à Ouagadougou, au Burkina Faso, en 1969 représentant le ministère français de l'Agriculture.

« Les sécheresses tuaient des hommes et des femmes. Il y avait pourtant de l'eau dans le sol ! », s'insurge-t-il. Seules manquaient les techniques pour la puiser, en quantité, sans la polluer. Dès lors, il n'a plus qu'une idée en tête : offrir un accès à l'eau et à l'énergie partout, à tous, et surtout aux plus pauvres.

Mais pas à n'importe quelles conditions. « Chaque fois que les pays développés essaient d'imposer leurs technologies au Sud, c'est un échec monumental », remarque-t-il. Lui privilégiera la couleur locale. Il se fait l'apôtre du développement durable, autour de deux piliers, l'humain et le rural. La population africaine ne maîtrise pas les rudiments de l'adduction d'eau ? Il invente une pompe, brevetée, utilisable par les non-initiés, en priorité les femmes, plus sensibles à la qualité de l'eau. Pour la maintenance aussi, il joue local en formant la population pour qu'elle distille dans la brousse des petites sociétés de pièces détachées.

Après son retour en France en 1973, Marc Vergnet passera une quinzaine d'années à promouvoir les chauffe-eau solaires, la biomasse, la géothermie... Notamment au Commissariat à l'énergie solaire, qui deviendra par la suite l'Ademe. Mais l'appel du terrain finit par l'emporter. Il démissionne et fonde, en 1989, la société Vergnet, spécialiste du pompage d'eau, puis du solaire et de l'éolien. Avec toujours la même priorité : adapter aux besoins des populations locales ses technologies, quitte à les réinventer.

L'INGÉNIEUR

null
SES 3 DATES CLÉS

1970 - Il invente une pompe pour développer l'accès à l'eau dans la brousse africaine. 1993 - Il installe sa première éolienne sur l'île La Désirade à la Guadeloupe. 2007 - Avec son introduction en bourse, la société Vergnet prend une nouvelle dimension industrielle.

SES 3 OBJETS FÉTICHES

L'erreur de la France n'est pas d'avoir misé sur l'énergie nucléaire, mais d'avoir tué dans l'oeuf les autres technologies !

Un tableau - Peint par une amie aux débuts de la société Vergnet, il est accroché dans son bureau. Il représente ses racines : l'Afrique, le pompage et, déjà, les éoliennes. Une moto - Mobilité et rapidité lui sont indispensables. Il veut pouvoir aller où il veut, quand il veut, sans perdre de temps. Des photos - Toutes ses inventions portent le nom de l'un de ses petits-enfants : les pompes Cléo et Juliette, les éoliennes Bastien et César.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0922

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2010 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

LES 3 DIMENSIONS DE Marc Bertin RESPONSABLE DE L'INNOVATION CHEZ OBERTHUR TECHNOLOGIES

LES 3 DIMENSIONS DE Marc Bertin RESPONSABLE DE L'INNOVATION CHEZ OBERTHUR TECHNOLOGIES

De la carte à puce au e-commerce, de la Silicon Valley à Paris, des start-up aux géants industriels... Marc Bertin a roulé sa bosse avant de prendre[…]

01/11/2012 |
LES 3DIMENSIONS de Alexandre Guichard

LES 3DIMENSIONS de Alexandre Guichard

LES 3 DIMENSIONS DE Jérôme Frantz DIRECTEUR GÉNÉRAL DE FRANTZ ELECTROLYSE

LES 3 DIMENSIONS DE Jérôme Frantz DIRECTEUR GÉNÉRAL DE FRANTZ ELECTROLYSE

LES 3DIMENSIONS DE Pascal Mauberger, PRÉSIDENT DU DIRECTOIRE DE McPHY

LES 3DIMENSIONS DE Pascal Mauberger, PRÉSIDENT DU DIRECTOIRE DE McPHY