Nous suivre Industrie Techno

Maintenance : ce n'est pas l'affaire des ERP !

Industrie et Technologies

Sujets relatifs :

, ,
Nous avons rencontré Carlo Fichera, Pdg de Siveco Group, l'une des figures du monde de la GMAO. Il nous parle des tendances du marché et de la concurrence des ERP.

Siveco Group est l'éditeur de Coswin une solution destinée à la gestion des actifs, de la maintenance, des pièces de rechange et des approvisionnements.

Industrie et Technologies : pouvez-vous nous résumer le groupe Siveco ?

Carlo Fichera : Nous avons réalisé en 2004 un chiffre d'affaires consolidé de 9 millions d'euros et nous avons un effectif de 70 personnes en France. Notre progiciel est installé aujourd'hui dans plus de 60 pays et fonctionne dans quelques 15 langues. Tous les continents sont couverts, du Moyen-Orient à l'Amérique du sud en passant par l'Asie et l'Europe bien sûr. Nous renforçons notre présence dans les pays producteurs de pétrole, comme le Brésil, l'Algérie ou ceux du Golfe Persique, mais nous sommes évidemment également présents en Chine.

IT : Quels sont les évolutions du marché de la maintenance ?

CF : En France la maintenance des activités de service et des infrastructures comme les autoroutes et la gestion des réseaux d'eau par exemple, est en forte croissance. Dans l'industrie cette évolution est plus mitigée. Seuls les industriels innovants continuent à investir dans des outils comme le nôtre, qui leur permet d'assurer rapidement un pilotage fin des activités de maintenance.

Il faut voir que l'industrie française doit faire face à plusieurs contraintes apparues simultanément : la globalisation ; la concurrence de pays à bas coûts de main d'œuvre et l'arrivée de nouveaux concurrents qui mettent sur le marché des produits à forte valeur ajoutée.
Les entreprises françaises se trouvent ainsi prises entre une économie qui se libéralise à grands pas et une législation ainsi qu'une culture qui ne sont pas adaptées à cette évolution très rapide. Il faut donc envisager des mesures après une analyse approfondie domaine par domaine.

IT : Vous êtes présent en Chine. Comment voyez-vous l'évolution de ce pays ?

CF : On ne peut pas être absent d'un marché d'une telle importance. Cela dit, on peut se poser des questions sur la rentabilité des entreprises étrangères installées en Chine car les prix pratiqués sont à un niveau très bas. Combien d'entreprises installées en Chine gagnent de l'argent ? A cela s'ajoutent les contrefaçons de produits comme les logiciels et le fait que les Chinois apprennent vite, très vite. Dès maintenant, la Chine est en mesure de fabriquer tout ou presque tout. Il n'est pas déraisonnable de penser qu'un jour, des entreprises comme Airbus, réaliseront une partie de leur production sur place ! Il ne faut pas oublier, que c'est un pays qui, vu sa taille, a un pouvoir de négociation très fort vis-à-vis de tout industriel. Bien sûr, l'évolution économique aidant, les Chinois seront un jour des consommateurs comme les occidentaux, mais ce jour là, est ce que nous aurons une industrie occidentale encore en vie pour profiter de cette manne ?

Par ailleurs, la Chine a, elle aussi, des défis internes énormes à affronter, notamment son système bancaire aux prêts accordés non sécurisés, servant en partie aux rachats d'entreprises occidentales ou à la pratique du dumping international. Autre défi sa stabilité sociale, avec une cassure de plus en plus criante entre très riches et très pauvres.

Tous ces changements brutaux conduisent à cette instabilité et incertitude au niveau mondial. Notre survie industrielle dépendra probablement de notre capacité à anticiper ces mutations, à investir dans des systèmes de production et de gestion flexibles et sous contrôle, produisant des produits innovants presque à la carte. Avant on produisait et on commercialisait. Aujourd'hui, dans l'absolu, on devrait commercialiser et produire après.

IT : Comment évolue votre offre techniquement ?

CF : Nous travaillons sur plusieurs plans à la fois. Nos produits sortent d'emblée pour le marché mondial. Plus de 15 langues sont au catalogue. Ensuite nous avons des offres spécifiques par secteurs d'activité et nous restons très proches de notre clientèle pour les évolutions.
Dernièrement par exemple, nous avons sortis des nouveaux modules pour mieux gérer la sous-traitance, la mobilité, la gestion des travaux neufs et des projets.
D'un point de vue technologique, dès l'année passée nous avons lancé la nouvelle génération de notre logiciel phare, baptisée COSWIN 7i. Il a été complètement réécrit en langage Java, pour s'adapter et s'intégrer encore mieux aux réseaux clients multisites et aux accès à distance.

IT : Certains éditeurs d'ERP intègrent un module de maintenance dans leur offre. Comment ressentez-vous cette concurrence ?

CF : Bien que certains grands ERP du marché possèdent des modules concurrents à notre offre, les expériences sur le terrain ne sont pas très concluantes. Ce n'est pas une question de fonctionnalités, bien que cela puisse être parfois important. A vouloir trop rendre homogène toutes les fonctions d'une entreprise, on finit par occulter les spécificités des fonctions. Les gens ensuite sur le terrain se trouvent avec un outil qui ne parle pas leur langage.
 
Pour résumer, on peut dire que dans le domaine de la maintenance, comme ce ne sont pas des outils métiers, les ERP ont tendance à absorber les données, mais pas à les restituer. Par ailleurs, quand on compare les vrais coûts et le temps de mise en œuvre des ERP, par rapport à un logiciel comme Coswin, on peut réellement se poser la question pourquoi faire un choix si lourd, pour équiper une fonction technique de l'entreprise ? Ce que nous constatons est que la mode tout ERP est révolue. Encore récemment, des entreprises telles qu'Airbus, Arjo Wiggins, Lafarge Aluminates et bien d'autres, ont préféré s'équiper de nos logiciels en les interfacant avec leur ERP. L'informatique doit servir au métier et pas le contraire.

Propos recueillis par Mirel Scherer

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Production : Dassault Systèmes fait l’acquisition d’Ortems

Production : Dassault Systèmes fait l’acquisition d’Ortems

En faisant l’acquisition de cet éditeur spécialisé en planification industrielle et en ordonnancement de production,[…]

Rapprocher conception et fabrication

Rapprocher conception et fabrication

Une solution ERP pour les sous-traitants aéronautiques

Une solution ERP pour les sous-traitants aéronautiques

Un ERP pour les PME de l’aéronautique

Un ERP pour les PME de l’aéronautique

Plus d'articles